Kafka et Flaubert au programme d’Au Bonheur des Livres

Kafka et Flaubert au programme d’Au Bonheur des Livres
Descriptive text here

Kafka et Flaubert au menuÀ la joie des livres cette semaine ! En 2024, nous commémorons les cent ans de la mort de Franz Kafka, à 40 ans, au sanatorium Kierling, en Autriche. Kafka ? Tout le monde le connaît, même s’ils ne l’ont jamais lu, et il n’y a pas beaucoup d’écrivains dont le nom est ainsi passé dans l’usage courant… » C’est kafkaïen ! », s’exclame-t-on par exemple pour désigner une situation administrative absurde et contraignante.

Cette postérité de l’auteur de Procès cependant, ne tient qu’à un fil, puisque l’on sait qu’il avait demandé à son ami Max Brod de brûler tous ses manuscrits et papiers à sa mort (très peu de ses textes ayant été publiés de son vivant). Heureusement pour nous, Max Brod a trahi cette volonté, et c’est ainsi que commence l’histoire compliquée de l’œuvre posthume de Kafka : un authentique roman à suspense raconté par Léa Veinstein, invitée deÀ la joie des livres pour sa passionnante « enquête littéraire », je vais chercher Kafka (Éd. Flammarion).

Guillaume Durand la reçoit en compagnie d’Éric Laurent, auteur d’un récit intitulé Au travail qui retrace en détail l’écriture de Gustave Flaubert de Madame Bovary (Ed. Flammarion)… Une aventure captivante celle de créer un personnage qui restera aussi dans la postérité, et que tout le monde connaît aussi, sans forcément avoir (re)lu le chef-d’œuvre de Flaubert depuis ses années lycée.

Flaubert, Kafka : des « monstres » de la littérature mondiale, dont l’actualité est plus que jamais vivante, comme nous le verrons dans la riche conversation de Guillaume Durand avec Léa Veinstein et Éric Laurent, deux écrivains d’aujourd’hui, nullement dépassés et pleins d’un enthousiasme contagieux, ce qui nous convaincra encore une fois de la joie intemporelle des livres.

L’émission, en partenariat avec le Centre National du Livre, sera ensuite disponible en revision.

Photographie : Statue de Franz Kafka du sculpteur Jaroslav Róna, à Prague en République tchèque (illustration, Bex Walton, CC BY 2.0)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV J’ai juré. L’écrivain Michel Bussi a dédié ses livres à Champagnole
NEXT On lit « Repentie », un thriller sulfureux de Margot Douaihy