La commission de l’ONU accuse Israël de crimes contre l’humanité et le Hamas de crimes de guerre

La commission de l’ONU accuse Israël de crimes contre l’humanité et le Hamas de crimes de guerre
La commission de l’ONU accuse Israël de crimes contre l’humanité et le Hamas de crimes de guerre
La présidente de la Commission internationale d’enquête sur les territoires palestiniens et Israël, Navi Pillay, au siège des Nations Unies à Genève, en Suisse, le lundi 20 mars 2023. SALVATORE DI NOLFI / AP

Une commission de l’ONU créée par le Conseil des droits de l’homme après la guerre de 11 jours entre Israël et le Hamas en mai 2021 a publié, mercredi 12 juin, un rapport d’enquête sur les attaques du Hamas contre Israël et contre l’Etat hébreu en Cisjordanie et à Gaza.

Le document accuse Israël d’être responsable dans la bande de Gaza de crimes contre l’humanité, notamment “extermination”. Les groupes armés palestiniens sont accusés de crimes de guerre depuis l’attaque du 7 octobre sur le territoire israélien.

Dans sa conclusion, il attribue à l’armée israélienne « Des crimes contre l’humanité d’extermination, de meurtre, de persécution sexiste ciblant des hommes et des garçons palestiniens, de transfert forcé, d’actes de torture et de traitements inhumains et cruels ont été commis ».

L’ambassadeur israélien à Genève, Meirav Shahar, a immédiatement accusé la commission de « discrimination systématique » contre lui. Cette institution de l’ONU « a prouvé une fois de plus que ses actions sont toutes au service d’un agenda politique dirigé contre Israël », elle a ajouté. Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Oren Marmorstein, a dénoncé le « fausses accusations et calomnies contre les soldats de l’armée » Israélien.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Gaza : l’ONU adopte une résolution soutenue par les Etats-Unis sur un cessez-le-feu en trois phases

Ajouter à vos sélections

Sans commenter ce rapport, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a affirmé, lors d’un point de presse à Genève, que l’ONU était au courant « du niveau unique de destruction et de victimes parmi la population palestinienne au cours de ces mois de guerre, qui n’a aucun précédent dans aucune autre situation que j’ai connue en tant que secrétaire général des Nations Unies ».

Des obstacles aux enquêtes dénoncés par l’ONU

Selon les enquêteurs de l’ONU, les autorités israéliennes et « la branche militaire du Hamas et de six autres groupes armés palestiniens » sont “responsable” de “crimes de guerre”. La présidente de la commission, Navi Pillay, a assuré dans un communiqué qu’il s’agissait « impératif que tous ceux qui [avaient] les crimes commis sont tenus responsables ».

Si le rapport accuse les groupes armés palestiniens d’avoir commis divers crimes de guerre, lors de l’attaque du 7 octobre, il identifie également « violences sexuelles » ayant particulièrement ciblé les femmes israéliennes. Concernant l’offensive israélienne dans la bande de Gaza, la commission affirme que les autorités israéliennes sont « responsable de crimes de guerre » par le recours à la famine comme méthode de guerre, par des attaques intentionnellement dirigées contre des civils, par des violences sexuelles et des actes de torture.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Guerre Israël-Hamas : nouvelles frappes sur Rafah, malgré l’indignation après le bombardement meurtrier d’un camp de réfugiés

Ajouter à vos sélections

Par ailleurs, la commission accuse également les autorités israéliennes de“entraver” ses enquêtes et n’a pas accès à Israël et aux territoires occupés. N’étant pas de cet avis, l’ambassade israélienne considère que l’institution « des tentatives de justifier l’odieuse attaque terroriste du 7 octobre en la contextualisant à travers le prisme du récit palestinien » Et « ne mentionne pas le « terrorisme » qui dure depuis des décennies ni les tirs incessants de roquettes sur le territoire israélien. »

Depuis l’attaque du Hamas du 7 octobre, selon un décompte de l’AFP basé sur les chiffres officiels de l’Etat hébreu, il y a eu 1.194 morts côté israélien, en majorité des civils. Dans le territoire de Gaza, plus de 37 200 Palestiniens, pour la plupart des civils, ont depuis été tués dans les bombardements et les opérations militaires israéliennes, selon les données du ministère de la Santé de la bande de Gaza, dirigé par le Hamas.

Lire le grand format | Article réservé à nos abonnés Enquête : à Gaza, comment les hôpitaux, les écoles et les lieux de culte ont été massivement détruits

Ajouter à vos sélections

Le Monde avec l’AFP

Réutiliser ce contenu
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La difficile libération de Sandra Hemme, innocentée après 43 ans de prison – .
NEXT Antilles menacées par l’ouragan Beryl, classé « extrêmement dangereux » : Actualités