Le Conseil de sécurité de l’ONU rejette le texte russe

Le Conseil de sécurité de l’ONU rejette le texte russe
Le Conseil de sécurité de l’ONU rejette le texte russe

LLe Conseil de sécurité de l’ONU, divisé, a rejeté lundi un projet de résolution russe contre la militarisation de l’espace, plusieurs pays remettant en question la sincérité de Moscou après son veto à un texte américain contre la prolifération nucléaire dans l’espace.

Fin avril, les États-Unis et le Japon ont présenté au Conseil un projet de texte appelant tous les pays à « contribuer activement à la réalisation de l’objectif d’utilisation de l’espace à des fins pacifiques et à empêcher la course aux armes dans l’espace ».

Le texte appelle plus spécifiquement les États « à ne pas développer d’armes nucléaires ou d’autres types d’armes de destruction massive spécifiquement conçues pour être placées en orbite autour de la Terre, installées sur des corps célestes ou placées, de toute autre manière, dans l’espace ».

Mais la Russie a opposé son veto au projet de résolution, qui a reçu 13 voix pour (sur 15) et une abstention (Chine).

L’ambassadeur russe avait alors estimé que le texte, en se concentrant sur une catégorie d’armes, cachait un « manque d’intérêt » de la part des Etats-Unis et de leurs alliés pour « garantir qu’aucune arme, quelle qu’elle soit, ne soit placée dans l’espace ».

Le projet de résolution présenté par la Russie et la Chine, qui reprenait en partie le texte bloqué en avril, appelait également tous les États membres, « en particulier ceux dotés de capacités spatiales », à prendre « des mesures urgentes pour empêcher à jamais le placement d’armes dans l’espace et la menace ou recours à la force dans l’espace.

Avec sept voix pour (notamment Russie, Chine, Algérie), sept contre (notamment États-Unis, Royaume-Uni, France) et une abstention (Suisse), il n’a pas réuni les neuf voix nécessaires pour être adopté. Une situation récurrente pour les textes proposés par la Russie depuis son invasion de l’Ukraine en février 2022.

Qualifiant l’initiative russe d’« hypocrite », l’ambassadeur adjoint des États-Unis, Robert Wood, a déclaré que Moscou voulait « détourner l’attention de ses efforts dangereux visant à placer une arme nucléaire en orbite ».

Il s’est dit “sceptique” quant aux “intentions” de la Russie avec ce texte, l’accusant d’avoir mis en orbite la semaine dernière un satellite “qui serait capable d’attaquer d’autres satellites”.

“Nous déplorons la méthode d’obstruction utilisée par la Russie qui ne cherchait clairement qu’à diviser le conseil”, a ajouté son homologue française Nathalie Broadhurst, accusant la Russie de ne pas soutenir “sincèrement” les objectifs du texte.

“Nous sommes globalement satisfaits du résultat du vote”, a commenté l’ambassadeur de Russie, estimant qu’il a permis de “démasquer” les Occidentaux qui “s’orientent vers une militarisation de l’espace” et qui selon lui sont désormais “isolés”. » au Conseil.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Elle reste immobilisée pendant trois jours à côté du corps de son petit ami