Marion Barter est officiellement déclarée morte

Marion Barter est officiellement déclarée morte
Marion Barter est officiellement déclarée morte

L’enseignante australienne Marion Barter, alias Florabella Remakel, disparue depuis 1997 et dont la disparition entretient de mystérieux liens avec le Luxembourg, a été officiellement déclarée morte. Il s’agit de la principale décision rendue lors d’une audience tenue par le procureur de Nouvelle-Galles du Sud. LE coroner Teresa O’Sullivan a annoncé la décision dans la nuit de mercredi à jeudi.

Cette décision est l’aboutissement provisoire d’une enquête qui dure depuis des années et qui devrait permettre de déterminer où se trouvait Marion Barter. C’était largement attendu, le procureur de Nouvelle-Galles du Sud et l’avocat de la famille de Marion Barter ayant déposé une demande en ce sens.

Teresa O’Sullivan a annoncé qu’il n’y avait aucun indice précis quant aux circonstances du décès, c’est-à-dire l’heure, le lieu, la nature et la cause exacts. Trouver un coupable éventuel n’est pas la tâche d’O’Sullivan, même si un personnage principal très suspect, le Belge Ric Blum, 84 ans, a été évoqué lors de l’audience. La police australienne est désormais libre de poursuivre son enquête si elle trouve suffisamment d’indices. LE coroner O’Sullivan recommande spécifiquement une enquête pour meurtre en raison des « circonstances troublantes de la disparition ».

Le rappel des faits

Marion Barter, alors âgée de 51 ans et célibataire, avait quitté précipitamment l’Australie fin juin 1997. Elle avait annoncé à ses enfants, déjà adultes, qu’elle souhaitait prendre une année sabbatique et traverser l’Europe jusqu’en Orient. Express depuis la Grande-Bretagne.

Elle quitte son emploi, vend sa maison et s’envole pour l’Angleterre. Peu de temps après, son compte bancaire a été vidé. Apparemment par Marion Barter elle-même, car peu de temps après son vol vers l’Angleterre, elle est retournée en Australie, ce qui est également établi par la décision de jeudi. Au total, il manque une somme à six chiffres (en dollars australiens). Depuis octobre 1997, aucune trace de Marion Barter. La date de décès retenue par le coroner O’Sullivan : après le 15 octobre 1997.

Un nouveau nom : Florabella Remakel

En mai 1997, Marion Barter a changé de nom à l’insu de sa famille, pour s’appeler officiellement Florabella Natalia Marion Remakel. Sur les documents d’enregistrement de son vol de retour inopiné vers l’Australie en août 1997, il est indiqué qu’elle est mariée et femme au foyer au Luxembourg – où elle n’avait auparavant aucun lien.

Un Belge mystérieux : Ric Blum

Marion Barter aurait été en contact avec Ric Blum, aujourd’hui âgé de 84 ans, qui résidait plusieurs années au Luxembourg dans les années 1980. Ric Blum a la nationalité australienne depuis 1976 et y réside également, mais il se rend presque chaque année en Belgique pour des séjours de plusieurs mois. Il vivait aussi de temps en temps en Angleterre.

Photo d’identité de Ric Blum datant du milieu des années 1980, il se faisait alors appeler Frederick de Hedervary. © PHOTO : 7 Actualités

Ces deux dernières années, Ric Blum a été une figure centrale de l’affaire. Né Willy Coppenolle en 1939 à Tournai en Belgique, c’est un escroc en série au lourd casier judiciaire. Au cours de sa vie, il a utilisé plusieurs dizaines de pseudonymes et a même officialisé certains de ces faux noms – en Australie, il s’agit d’une simple démarche administrative.

La référence luxembourgeoise

L’un des faux noms de Ric Blum est Fernand Remakel. Blum a déclaré avoir volé l’identité d’un citoyen luxembourgeois du même nom dans les années 1980. Il détenait également un permis de conduire à ce nom en Australie depuis plusieurs années, ce qui constitue le lien le plus frappant avec l’enseignant disparu. Blum, alias Remakel, a passé une annonce de rendez-vous en 1994, qui a mis sur ses traces les enquêteurs de l’affaire Marion Barter et les a donc conduits au Luxembourg. Il n’est toutefois pas certain que Marion Barter ait jamais vu cette publicité.

Trop de « coïncidences »

Ric Blum a quitté l’Australie sous le nom de Richard Lloyd Westbury quelques jours avant Marion Barter, et y est revenu sous le même nom quelques jours avant elle. La veille du retrait de la dernière somme d’argent de son compte en octobre 1997, 80 000 dollars australiens tout de même, Ric Blum ouvre un coffre-fort dans une banque, qu’il annule deux semaines plus tard. En raison de ces « coïncidences » et d’autres, la police australienne est convaincue que Ric Blum a été l’un des derniers à avoir vu Barter vivant, à moins qu’il n’ait quelque chose à voir avec sa disparition.

Lui-même le nie. Mais le coroner O’Sullivan a déclaré explicitement : « Ric Blum en sait plus sur le voyage de Marion Barter, sur son retour, sur leur relation entre-temps, sur les retraits bancaires – et il ne partage intentionnellement pas ces choses. »

Autres victimes

Plusieurs femmes ont témoigné lors de l’audience que Ric Blum, sous d’autres noms et avec un mode opératoire semblable à celui révélé dans l’affaire Marion Barter, leur avait escroqué de grosses sommes d’argent. Deux Australiennes ont déclaré qu’il les avait convaincues d’aller en Grande-Bretagne ; l’une d’elles, Jeannette Oldenburg, s’y rend avec lui en 2003, suivant quasiment le même parcours que Marion Barter en 1997.

LE Moût de Luxembourg ont rapporté deux Belges âgés dans le cadre d’une enquête conjointe avec le Horaires luxembourgeoisLE Nouveau panneau (Belgique) et la chaîne australienne 7Actualités. Ric Blum leur avait promis, en 2006 et 2012, de les emmener à Bali. L’une d’elles, « Charlotte », a fait le déplacement. Ric Blum était même fiancé à l’autre femme, Ghislaine Danlois, bien qu’il ait été et soit marié quatre fois. Les deux femmes ont perdu beaucoup d’argent. Une troisième veuve belge, Andrée Flamme, a raconté à notre journaliste le vol d’une précieuse collection de pièces de monnaie.

Ghislaine Danlois a vendu sa maison, mais a heureusement gardé l’argent. © PHOTO : Bart Dewaele

Où est Marion Barter?

Cette question essentielle reste sans réponse. La justice australienne l’a déclarée décédée jeudi sur la base des éléments disponibles, notamment parce que Marion Barter, qui aurait atteint depuis longtemps l’âge de la retraite, n’a jamais perçu de pension sur son compte.. Ce qui est sûr, c’est qu’elle était en Grande-Bretagne : il existe des cartes postales de ce pays. Il devient alors clair qu’elle est retournée en Australie et s’est rendue à la banque.

Qu’est-ce que le Luxembourg a exactement à voir avec cela ?

C’est la deuxième grande question. Sur les documents de voyage de Marion Barter, il est d’abord indiqué qu’elle est divorcée, enseignante et qu’elle souhaite se rendre au Luxembourg. Ensuite, il est dit qu’elle est mariée, femme au foyer et vit au Luxembourg. On ne sait pas si un mariage a eu lieu et, si oui, où. Il est très peu probable qu’elle ait jamais mis les pieds au Grand-Duché. LE coroner O’Sullivan conclut cependant que telle était au moins son intention.

Ric Blum avait ou a des liens étroits avec le Luxembourg. Entre octobre 1976 et janvier 1977, il fut arrêté à Wiltz, mais on ignore pour quelle raison. Il a eu une liaison extraconjugale avec une Luxembourgeoise et est resté longtemps en contact épistolaire avec elle. À partir de 1980, il exploite un magasin de meubles à Noertzange, il y a une inscription au registre du commerce avec des membres de sa famille originaires de Belgique. Des voisins ont signalé des transactions douteuses dans ce magasin.

Ce n’est que récemment que des recherches menées par Moût de Luxembourg a révélé qu’il avait fondé une autre entreprise à Schifflange, avec deux Luxembourgeois, un Luxembourgeois et un Italien. Peu de temps après, Ric Blum a fermé ses deux entreprises à la hâte et a disparu. Il a abandonné ses partenaires commerciaux. Lorsque l’un d’eux l’a dénoncé, la police était déjà au courant pour Ric Blum.

Au début des années 1980, Ric Blum (2e à droite), probablement sous le nom de Freddy David, tenait un magasin de meubles à Noertzange. © PHOTO : 7Actualités

Ce qui va se passer maintenant?

Le fait que l’audience se termine sans indication d’un suspect ne signifie pas la fin de l’enquête. Il appartient désormais à la police australienne de rassembler elle-même des preuves dans le cadre d’une procédure distincte visant éventuellement à enquêter sur Ric Blum. La déclaration d’O’Sullivan le suggère explicitement.

Pour sa fille Sally Leydon, le fait que Marion Barter soit déclarée morte signifie d’abord une clôture sur le plan émotionnel, même si le mystère n’est pas résolu. Cependant, l’acte de décès ouvre à Sally Leydon de nouvelles possibilités de rechercher sa mère, qui étaient auparavant interdites pour des raisons de protection des données. Elle veut en profiter : Joni Condos, qui a repéré l’annonce « Remakel » en 2019 et qui l’aide de Leydon dans ses recherches, elle souhaite poursuivre ses investigations sur place à l’automne, au Luxembourg, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas.

Cet article a été initialement publié sur le site Internet du Luxemburger Wort.
Adaptation : Pascal Mittelberger.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Comment l’IA est-elle devenue une arme de guerre déjà essentielle ? – .
NEXT Cuba enregistre un record de température