Un dernier hommage à la messagerie ICQ avant sa mort

“Euh-oh!” » ICQ, le service de messagerie instantanée qui a marqué les adolescents dans les années 1990 et 2000, sera mis hors ligne mercredi, 28 ans après son lancement. A la veille de la grande déconnexion, des ex-followers et un spécialiste se souviennent de cette plateforme.

Lancée en 1996 par la société israélienne Mirabilis, la messagerie ICQ (pour Je te cherche”, “texte”: “Je te cherche”}}”>je te cherchesoit je te cherche, en français) a parcouru le monde. Ce service a été transféré pour la première fois aux intérêts américains en 1998, sous la direction du géant des télécommunications AOL. Puis, 12 ans plus tard, ce service de messagerie est racheté par la société russe Digital Sky Technologies, aujourd’hui connue sous le nom de VK, propriétaire de l’imposant réseau social russe du même nom.

La messagerie ICQ sera déconnectée le 26 juin 2024.

Photo : afp via getty images / KIRILL KUDRYAVTSEV

VK a créé la surprise en annonçant fin mai sur le réseau X (anciennement Twitter) la fin de ce service, alors que plusieurs internautes estimaient que cette plateforme était morte et enterrée depuis longtemps.

Un précurseur des réseaux sociaux

À la fin des années 1990 et au début des années 2000, les messageries instantanées comme ICQ, ainsi que mIRC (1995) et MSN Messenger (1999), ont connu un essor. Leur lancement a coïncidé avec la démocratisation du L’accès à Internet dans les foyers, avec l’arrivée des premiers modemsnote Camille Alloing, professeure de communication au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

ICQ a été l’un des premiers outils de communication live, interpersonnelle et instantanée, doté d’une interface simple à comprendre et d’une ergonomie accessible au plus grand nombre. Nous avons rapidement compris où placer les images et comment utiliser les émoticônes.

Une citation de Camille Alloing, professeure à l’UQAM

Au tournant du millénaire, les internautes connaissaient déjà les forums où il était possible de discuter publiquement de différents sujets. La messagerie ICQ n’était pas très différente sur cet aspect : dans des groupes thématiques, on pouvait discuter de plusieurs domaines d’intérêt comme la musique ou certaines émissions de télévision. Ce qui était assez nouveau, c’est que cela pouvait aussi se faire en privé, avec des inconnus, n’importe où dans le monde.

: vous pouvez discuter avec des gens du Japon ou même du Pérou. Et c’était ce qui était intéressant: le fait de voir plus loin que chez nous et les gens avec lesquels nous interagissons », « texte » : « C’était tout ce que disaient les médias : vous pourrez discuter avec des gens du Japon ou même du Pérou. Et c’était ce qui était intéressant : voir au-delà de votre maison et des personnes avec lesquelles vous interagiez”}}”>C’est tout ce qui a été dit dans les médias : vous pourrez discuter avec des gens du Japon ou même du Pérou. Et c’était ça qui était intéressant : voir au-delà de la maison et des gens avec qui nous avions l’habitude d’interagir.indique le professeur de communication.

Ouvrir en mode plein écran

Camille Alloing est professeure au Département de communication sociale et publique de l’UQAM.

Photo : UQÀM

Et les logiciels à télécharger comportaient peu de données, un avantage à l’époque où la RAM des ordinateurs était limitée. On pouvait faire plusieurs choses en parallèle tout en ayant notre ICQ ouvert et cela ne bloquait pas la machinesouligne-t-il.

Un peu comme aujourd’hui, avec les groupes de discussion sur Messenger, nous avons utilisé cet outil pour travailler en ligne à distance. C’était aussi une méthode moins coûteuse pour discuter longtemps avec ses proches que de payer un téléphone, selon le professeur.

Vague de nostalgie

La fermeture d’ICQ, prévue le 26 juin, suscite la nostalgie chez ses ex-abonnés, dont beaucoup gardent un souvenir vif de cette plateforme.

Beaucoup se souviennent du son des notifications ICQ, un certain Oh-oh ! plutôt pointu. D’autres se targuent de se souvenir encore de leur Numéro ICQ : l’inscription au service a généré un nombre à partir de 10 000 (un nombre plus petit signifiait que vous aviez créé votre compte plus tôt).

Pour Simon Van Vliet, né en 1984, l’annonce de la fin de ce service le ramène à son adolescence, plus particulièrement à son introduction à la vie amoureuse.

J’ai eu ma première blonde grâce à ICQ et ma première rupture sur ICQ.

Une citation de Simon Van Vliet

j’ai roulé jusqu’à l’école, comme des lycéensJe peux le faire. Nous avons échangé des contacts et nous sommes retrouvés sur ICQ. Nous avons fait au moins une sortie ensemble en personne, au cinéma. Nous avons surtout chat sur mIRC et sur ICQ pendant plusieurs semaines, où nous nous sommes déclarés notre amour », « texte » : « Nous nous sommes croisés à l’école, comme peuvent le faire les collégiens. Nous avons échangé des contacts et nous sommes retrouvés sur ICQ. Nous avons fait au moins une sortie ensemble en personne, au cinéma. Nous avons principalement discuté sur mIRC et sur ICQ pendant plusieurs semaines, où nous nous sommes déclarés notre amour”}}”>C’était croisés à l’école, comme peuvent le faire les enfants de 1ère secondaire. Nous avons échangé des contacts et nous nous sommes retrouvés sur ICQ. Nous avons fait au moins une sortie ensemble en personne, au cinéma. Nous avons surtout chat sur mIRC et sur ICQ pendant plusieurs semaines, où nous nous sommes déclarés notre amouril raconte.

Cet espace de socialisation sur le Web est devenu un moyen plus simple d’approfondir la relation, car j’étais très timide avec les filles.note-t-il.

Il se souvient également d’avoir animé des discussions dans la salle qui avait pour thème le rock progressif, lui qui était un grand admirateur du groupe Pink Floyd. : “Hé, tu regardes cool. Viens dans une salle privée avec moi pour discuter. “Tu as rencontré des inconnus que tu ne reconnaîtrais jamais dans la rue”, “texte”: “Dans ces espaces, nous nous disions:” Hé, tu as l’air cool. Venez dans une salle privée avec moi pour discuter. “Vous avez rencontré des inconnus que vous ne pourriez jamais reconnaître dans la rue”}}”>Dans ces espaces, on se disait : « Hé, tu as l’air cool. Venez dans une salle privée avec moi pour discuter. Tu as rencontré des inconnus que tu ne pourrais jamais reconnaître dans la ruesouligne-t-il.

Ouvrir en mode plein écran

Il était très simple d’installer ICQ sur votre ordinateur, comme vous pouvez le voir sur cette image de 1999.

Photo : ICQ

Marie-Michèle Giguère se souvient des appels téléphoniques qu’elle faisait à ses amis pour leur dire de se connecter à Internet et de discuter sur ICQ.

1, quelque part au cours de l’hiver 1996, nous nous sommes rencontrés, trois amis, et nous sommes allés sur ICQ ensemble », « texte » : « Au lycée1, quelque part au cours de l’hiver 1996, nous nous sommes retrouvés, trois amis, et nous sommes allés ensemble sur ICQ”}}”>En secondaire 1, quelque part à l’hiver 1996, nous nous sommes rencontrés, trois amis, et nous sommes allés ensemble sur ICQelle dit.

On avait souvent des forfaits Internet avec un nombre d’heures maximum par mois, alors on se disait : « On fera une heure d’ICQ chez toi et une heure chez moi ».

Une citation de Marie-Michèle Giguère

Cependant, c’est lorsqu’elle a rencontré un amant à Montréal, à l’époque où elle vivait au Québec, qu’elle a trouvé la motivation de se brancher plus souvent sur ICQ. Elle se souvient avoir imprimé ses conversations avec lui.

Je viens d’une culture où nous écrivions beaucoup de lettres entre amis et où nous en gardions beaucoup de traces. Imprimer nos conversations était un réflexe. J’ai longtemps conservé ces échanges dans une boîte, quelque part en 1997 ou 1998. J’en avais une grosse pile. Cela a dû être vraiment ennuyeux à lire.elle rit.

Marc-André Mongrain, rédacteur en chef du site Sorstu.ca, se souvient avoir donné des maux de tête à l’administration de son école secondaire, lui qui voulait réaliser une entrevue sur ICQ afin de terminer sa mini-thèse à la fin du année. études, vers 1997.

J’ai eu du mal à faire accepter cette méthode d’entretien à l’époque. Si je me souviens bien, mon lycée a dû contacter le ministère de l’Éducation pour obtenir l’approbation d’une discussion ICQ devant servir d’entretien formel.

Une citation de Marc-André Mongrain

Cet ancien utilisateur d’ICQ, aujourd’hui âgé de 42 ans, portait le pseudonyme buzzpopman. C’est sous ce nom qu’il discutait avec d’autres internautes sur des sujets comme la version québécoise de l’émission. LE Simpson.

Il a également eu des conversations avec ses amis, dont la plupart étaient également inscrits sur la plateforme. Pour lui, écrire plutôt que décrocher le téléphone était beaucoup moins intimidant et lui permettait de rester en contact avec plus de gens. Aujourd’hui, on ne se parle presque plus au téléphone. Nous nous envoyons davantage de SMS ou nous nous écrivons sur Messenger ou Instagram. [ICQ] c’était le début de çail croit.

Le professeur Camille Alloing de l’UQAM souligne que les habitudes numériques se suivent et se ressemblent. Nous voyons aujourd’hui beaucoup d’adolescents se tenir côte à côte et s’envoyer des messages. J’ai fait la même chose lorsque j’étais colocataire à l’université. Nous nous envoyions des messages via ICQ pendant que l’autre était dans la pièce voisine.

Nous avons eu cette idée d’être entre nous avec le reste du monde en discutant avec cette messagerie.

Une citation de Camille Alloing, professeure à l’UQAM

Malgré quelques mises à jour modernes d’ICQ, notamment le lancement d’une plateforme Web et la possibilité de passer des appels vidéo illimités, le logiciel a été progressivement abandonné au profit de services de messagerie plus lourdement financés, sauf dans le cas de quelques communautés thématiques qui ont toujours utilisé ICQ et qui hésitaient, peut-être, à adopter une nouvelle plateforme comme Discord, suggère Camille Alloing.

Un ordinateur affiche des personnes en train de discuter en vidéo en ligne.

Ouvrir en mode plein écran

Les appels vidéo étaient illimités sur ICQ.

Photo : ICQ

ICQ est également en ébullition avec le démantèlement, en mars 2024, d’un réseau de pédophiles qui échangeaient des images et des vidéos à caractère pédopornographique sur la plateforme russe.

Le propriétaire du service, VK, a estimé la fréquentation mensuelle d’ICQ à 11 millions de personnes en 2022. À son apogée, en 2001, elle en comptait plus de 100 millions. À titre de comparaison, les plateformes de Meta, telles que Messenger et WhatsApp, comptent aujourd’hui des milliards d’abonnés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV MiB en baisse ; les yeux rivés sur le discours de Biden et les données américaines – .
NEXT BMW va copier Hyundai pour ses voitures de sport électriques – .