Julius Bär augmente ses actifs sous gestion en début d’année

Julius Bär augmente ses actifs sous gestion en début d’année
Julius Bär augmente ses actifs sous gestion en début d’année

Zurich (awp) – Le gestionnaire de fortune Julius Bär a accéléré la cadence sur les quatre premiers mois de 2024, progressant en actifs sous gestion grâce à des effets de change positifs et à la bonne tenue des marchés actions.

Entre janvier et fin avril, les actifs sous gestion ont augmenté à 471 milliards de francs suisses, après 427 milliards à la fin de l’année dernière, portés par des effets de change positifs et la bonne évolution des marchés boursiers, a annoncé jeudi l’établissement dans un communiqué. libérer.

Après un « début négatif en janvier », les entrées nettes d’argent frais ont atteint 1 milliard à la fin de la période sous revue, contre 3,5 milliards sur la même période en 2023.

Le groupe a également dévoilé d’autres indicateurs de performance, notamment le rapport entre les coûts et les revenus qui s’est dégradé à « près » de 69%, après environ 66% il y a un an. La marge brute s’élève quant à elle à environ 89 points de base, après “un peu plus de 92 points” sur les quatre premiers mois de 2023.

Alors que les actifs sous gestion et la marge brute ont dépassé les attentes des analystes interrogés par l’agence AWP, les entrées de trésorerie ont clairement manqué les attentes de 5,1 milliards.

Gestion intérimaire

La direction n’a pas publié de nouvelles prévisions. Pour l’instant, la banque prévoit entre 2023 et 2025 une marge avant impôts ajustée comprise entre 28 et 31 points de base et un ratio entre coûts et revenus « inférieur à 64 % ».

Face aux lourdes dépréciations enregistrées dans le cadre des crédits accordés au groupe autrichien Signa en faillite, l’établissement zurichois avait relevé son objectif d’épargne brute à 130 millions de francs suisses en février, contre 120 millions auparavant. Cette année, 250 postes doivent être supprimés, mais dans le même temps le groupe souhaite recruter 60 à 65 conseillers clientèle.

L’année dernière, la banque a vu ses résultats fortement pénalisés par l’affaire Signa, avec un résultat d’exploitation en baisse de 15,9% à 3,24 milliards. Cette baisse est la conséquence d’une perte nette sur crédits de 606,3 millions de francs suisses ayant provoqué un amortissement de 586 millions et qui est liée au crédit défaillant accordé à l’entrepreneur autrichien René Benko.

Face à ces pertes, Julius Bär a licencié début février son patron Philipp Rickenbacher. Le directeur général adjoint Nic Dreckmann a depuis pris l’intérim et une « recherche externe » a été lancée pour trouver un successeur. Aucune nouvelle annonce n’a été faite à ce sujet.

al/ck

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’intelligence artificielle est essentielle pour réaliser la Vision 2030 du Royaume, selon un cadre de PwC
NEXT Aura cherche un financement pour la première mine d’uranium de Mauritanie