« Pour nous, c’est un temps plutôt idéal » Malgré le gel et la pluie, les fraises arrivent tôt sur les étals

« Pour nous, c’est un temps plutôt idéal » Malgré le gel et la pluie, les fraises arrivent tôt sur les étals
« Pour nous, c’est un temps plutôt idéal » Malgré le gel et la pluie, les fraises arrivent tôt sur les étals

La 31ème édition de la fête de la fraise se prépare à Beaulieu-sur-Dordogne en Corrèze. Ce rendez-vous incontournable met en valeur les producteurs de la région. Malgré la météo maussade, les fruits sont au rendez-vous, mais la qualité sera-t-elle au rendez-vous cette année sur leurs étals ?

Ils attendent que le soleil, c’est sûr, soit encore plus doux. Mais il y a un bon démarrage, un bon potentiel de production malgré le gel que j’ai eu sur les fleurs”. Sur sa ferme âgée de trois ans, Camille Devineau cultive des fraises en pleine terre, en agriculture biologique.

Cette année il y a eu du gel, mais aussi de la pluie. Pourtant, la productrice a dix jours d’avance sur son planning par rapport à l’année dernière : «Une fraise comme celle-là en plein champ ne donnera qu’à la mi-avril, ou même l’année dernière, j’ai récolté mes premières fraises le 8 mai. explique le producteur. « En surface ou en serre, ils le seront beaucoup plus tôt ».

Chez Thierry Massalve, qui cultive sous serre, la récolte des fraises a effectivement commencé il y a un mois. Et ce début de printemps maussade semble bien convenir à ses récoltes : «Pour nous, c’est un temps tout à fait idéal, car nous n’avons pas de gros pics de température brusques. On a donc une maturité qui arrive assez sereinement» note-t-il.

Le 12 mai prochain à la fête de la fraise de Beaulieu, Thierry Massalve prévoit de vendre 300 kilos de fraises. Un événement qui occupe toute son attention : «Il faut anticiper la fête, connaître un peu les volumes dont vous disposerez, comment se dérouleront les vendanges jusqu’au jour de la fête. Nous ne voulons pas décevoir»

Charlotte, mara des bois, gariguette, ou mariguette, deux tonnes de fraises devraient être vendues aux 15 000 visiteurs attendus lors de cette fête de la fraise. Six fraisiers corréziens y proposeront leur production. Ce sera la deuxième participation de la jeune agricultrice Camille Devineau. Elle compte encore sur un peu de soleil pour que ses fraises soient mûres à temps.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV avec le Submarine, l’inventeur de l’aspirateur-balai franchit le pas
NEXT clé pour optimiser l’expérience client et employé