Nans et Mouts nous racontent comment se passe leur retour à la vie normale après le tournage de Nus et Culottés

Nans et Mouts nous racontent comment se passe leur retour à la vie normale après le tournage de Nus et Culottés
Nans et Mouts nous racontent comment se passe leur retour à la vie normale après le tournage de Nus et Culottés

Peu de séries dégagent une telle sincérité. Une telle puissance. Après la saison 11 de Nu et effronté Réalisé l’été dernier avec une audience record (1,19 million de téléspectateurs en moyenne), les deux aventuriers quittent Lyon pour les forêts du Morvan. Avec un rêve poétique et philosophique en tête : « Rencontrez le grand méchant loup et changez la fin de l’histoire ». Ce voyage laisse libre cours à des témoignages émouvants et saisissants d’humanité, de personnes à un moment charnière de leur existence ou meurtries par la vie. Un spectacle beau, utile et porteur de sens, porté par la bienveillance de son tandem.

Télé-Loisirs : Comment choisissez-vous les thèmes de chaque émission ?
Nains :
Quand on commence, on a juste un rêve, pas de thème. Ici, des personnes ont répondu présents en partageant avec nous les Petits Chaperons Rouges qu’ils ont été dans leur vie, tant dans leurs relations que dans les événements. C’est un peu la magie de Nu et effrontéon rencontre des gens et le fil conducteur apparaît à la fin.

Les incontournables : On arrive avec une certaine vulnérabilité, sans vêtements ni argent. Nous avons besoin d’une douche, d’une brosse à dents. Dans cette exposition, il y a une sorte d’effet miroir où les gens se détendent, tombent leurs masques et osent parler un peu plus d’eux-mêmes. Leurs difficultés, leurs épreuves ressortent. Il n’y a pas beaucoup de gens qui ne sont pas abattus par la vie, et c’est ce qui nous rend beaux. Dans la vie de tous les jours, au travail ou à la maison, il faut être tiré à quatre épingles et réussir. Le spectacle est pour eux un espace qui semble être nouveau, être humain, être eux-mêmes, avec leurs fissures.

« Nous ne sommes ni des thérapeutes ni des sauveurs »

Nu et effrontéc’est aussi une plongée dans la France dont on ne parle pas…
Nains :
C’est une photographie actuelle de la France, celle qui ouvre sa porte. La relation commence forcément par un acte de confiance : venir nous chercher en auto-stop, ouvrir la porte de leur maison… Ces personnes osent faire confiance à l’inconnu. On découvre un monde très ordinaire mais extraordinaire en termes de générosité. Une France invisible, qui ne fait pas de bruit mais est là, et même une humanité, différente de celle que l’on voit chaque jour. J’aime la biodiversité humaine trouvée dans Nu et effrontéNous gardons également un tableau avec toutes nos réunions, il y en a environ 2 000.

Vous tombez sur des témoignages bouleversants, dont Cédric qui vous confie qu’il envisage de mettre fin à ses jours. Comment réagissez-vous dans ces moments-là ?
Nains :
Cela nous met dans une situation extrêmement compliquée, comme si nous voyions quelqu’un se faire attaquer. En l’occurrence, il avait changé de point de vue lorsque nous l’avons quitté. Nous assumons le fardeau émotionnel des gens. Il faut être solide et à notre place. Nous ne sommes ni des thérapeutes ni des sauveurs. On vient glaner des histoires.

Les incontournables : Il existe une forme de synchronicité. Il faut que les gens nous rencontrent, comme le dit Charlène Gravel, avec qui nous travaillons depuis le début. Le « nous », ce n’est pas Nans et Mouts. Ils sont prêts pour une rencontre qui aura un grand impact dans leur vie, une bouffée d’air frais. C’est comme s’il y avait un grand architecte ou un tour opérateur qui organisait tout cela. Il faut rencontrer ces gens et eux aussi.

Depuis la saison dernière, vous êtes passé à un format de 90 minutes. Pourquoi ce changement ?
Nains : Au bout d’un moment, nous ne sommes pas rentrés à la maison au bout de 52 minutes. Au fil du temps, nos voyages sont restés de la même durée, environ deux semaines, mais nous avons appris à mieux filmer, à mieux capter ces instants. La densité est devenue telle que c’était comme un zapping au montage avec ce format initial. On avait envie de s’installer beaucoup plus dans ces rencontres.

Les incontournables : Nous en avons pris conscience dans la saison 10, lorsque nous avons rencontré Stéphane, dans Objectif Hautes-Alpes: concerto for a glacier.Il était alcoolique et saoul le soir où nous l’avons rencontré. Il nous a raconté sa souffrance, le viol qu’il a subi à huit ans, son divorce… Si nous n’avions fourni que ce matériel, cela aurait été une bénédiction pour les clichés et les jugements. Alors que si nous le rencontrons dans ses nuances, ses subtilités, nous le comprenons beaucoup mieux. Nous visons la compassion publique.

« Nans aime dire qu’on est passé du génie civil au génie humain »

À la question « Qui considérez-vous comme le grand méchant loup ? », la première jeune femme à témoigner a répondu « un homme ». Cela vous a-t-il surpris ?
Les incontournables :
C’est drôle à entendre, mais c’est sa réalité et c’est génial qu’elle soit nommée. C’est le témoignage de cette jeune femme. Ce n’était pas du tout prémédité. Ce témoignage a contribué à faire prendre conscience de la condition des femmes au 21ème siècle. En tant qu’hommes, ce n’est pas l’expérience que nous menons. J’aime cet épisode car il montre une lueur d’espoir. Si une femme dit cela à deux hommes vêtus seulement de quelques branches, c’est qu’il y a un dialogue.

L’idée d’un Nu et effronté est-ce toujours en préparation ?
Nains :
Oui, c’est toujours un rêve que nous portons, j’espère qu’il se réalisera un jour. A ce jour, plus de 20 couples de femmes ont tenté de partir nues et sans argent, et sont rentrées saines et sauves en France. A ma connaissance, il y a donc plus de femmes que d’hommes qui ont tenté l’expérience. Nu et effronté.

Revoyez-vous déjà tous ces gens que vous rencontrez ?
Nains :
Assez peu. Nous avons dû en revoir cinq ou six. Dans ces voyages, nous nous engageons à tout donner à ces personnes pendant le temps que nous passons avec elles.

Les incontournables : C’est un moment de vérité, et ensuite chacun retourne à sa vie, enrichi par ces moments. Nans aime dire qu’on est passé du génie civil [ils sont ingénieurs de formation, ndlr] au génie humain.

Combien de temps faut-il pour préparer un spectacle ?
Les incontournables :
Pas longtemps. Le thème peut être trouvé en quelques heures, le matériel se rassemble en tout aussi peu de temps. D’autre part, notre travail consiste à purifier l’air intérieur, à nous rendre disponibles le plus possible et à ouvrir notre cœur pour accueillir les gens tels qu’ils sont. Se mettre nu physiquement prend quelques secondes, alors que se mettre nu dans le cœur est un autre travail. Celui d’une vie.

“En 12 ans, nous n’avons jamais été verbalisés”

Les gens vous reconnaissent de plus en plus ?
Les incontournables :
Nous faisons du slalom. Quand les gens nous reconnaissent, nous passons joyeusement cinq minutes avec eux, et nous éteignons les caméras. Nous nous adressons uniquement aux personnes qui ne nous reconnaissent pas.

Nains : Verser Objectif mystèrebeaucoup de gens nous ont reconnus et les autres n’ont pas accepté de nous accueillir. Nous avons dormi dehors, dans un parc pour enfants, puis au sommet d’un immeuble. C’est donc plus difficile pour nous maintenant. C’est paradoxal : nous dormons dehors parce que nous sommes plus connus.

En 12 saisons, vous avez aussi évolué techniquement…
Nains :
Nous avons commencé le spectacle avec deux caméras sur le sac à dos et une à main. Puis vint la GoPro, utilisée dans les voitures, sous l’eau…. Puis vint un drone, et enfin un iPhone doté d’un objectif spécial pour la macro. [autrement dit pour filmer de près, ndlr]On passe de la petite fourmi aux images de drone.

Avez-vous déjà eu des problèmes avec les forces de l’ordre ?
Les incontournables :
Dans ce voyage au départ de Lyon, nous étions sur le parvis de Fourvière et nous nous préparions à nous mettre à nu. Nous sommes extrêmement vulnérables à ce moment-là, même si c’est la 42ème ou 43ème fois que nous le faisons. Nous avons alors rencontré une brigade de la police municipale. Nous avons discuté avec eux. Ils nous ont reconnus. Ils nous ont dit : « Ne vous inquiétez pas, nous savons que s’il y a un appel téléphonique, nous rassurerons les gens ». En 12 ans, nous n’avons jamais été verbalisés, seulement contrôlés quelques fois. Mais comme à chaque fois nous étions en pagne végétal ou en bâche, nous étions dans la légalité. Très souvent, on se familiarise vite avec eux. Il y a un uniforme mais un humain derrière. C’est à lui que nous parlons. Notre métier est d’aller à la rencontre de l’intime, donc on ne peut pas s’arrêter aux casquettes.

Nains : Deux ou trois brigades d’affilée nous ont demandé si on pouvait prendre des photos avec elles !

« Il a fallu un certain temps à mon cerveau pour comprendre comment revenir à un mode de vie sédentaire avec des factures à payer. »

Vous attendiez-vous à une telle longévité ?
Nains :
Chaque saison, nous pensons que c’est la dernière. Nu et effrontéc’est un contrat à durée déterminée renouvelé chaque année. A chaque fois que nous partons en voyage, nous le prenons comme le dernier de notre vie. Nous n’avons pas une vision carriériste de notre métier. C’est une passion que nous nourrissons tant qu’elle est vivante.

Comment se passe le retour à la vie normale par la suite ?
Nains :
C’est de la gymnastique. Il a fallu du temps à mon cerveau pour comprendre comment retrouver une vie sédentaire, avec des factures à payer et un rapport au temps différent. Sur la route, on ne planifie pas à l’avance. Quand je rentre chez moi, il me faut généralement trois jours pour émerger.

Comment vous positionnez-vous par rapport à Je dormirai chez toi ?
Nains :
C’est un oncle, il a ouvert la voie. Il voyage avec un sac à dos et de l’argent. Il dormira chez l’habitant ou sinon à l’hôtel. Nous, on est plutôt nomade.

Les incontournables : Nous n’avons même pas de brosse à dents ! Nous ne nous rendons pas compte à quel point cet objet fait partie de notre vie, c’est presque une extension du corps.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Nans et Mouts nous racontent comment se passe leur retour à la vie normale après le tournage de Nus et Culottés – .
NEXT CNews devient pour le deuxième mois consécutif la première chaîne d’information en France.