FEQ : Beaucoup d’amour pour le mal-aimé Nickelback

FEQ : Beaucoup d’amour pour le mal-aimé Nickelback
FEQ : Beaucoup d’amour pour le mal-aimé Nickelback

Pour le meilleur ou pour le pire, et pour des raisons qu’on ne s’explique pas forcément, Nickelback s’est mérité le surnom de « groupe de rock qu’on adore détester ». Cela n’empêche pas cette machine à succès d’attirer les foules. Les dizaines de milliers de spectateurs excités, entassés sur les plaines d’Abraham pour l’ouverture du 56et Le Festival d’été de Québec en a fait la démonstration jeudi.

Depuis la sortie du documentaire Détester aimer : Nickelback Sur Netflix, l’aura polarisante du groupe albertain mal-aimé refait surface dans l’actualité. Et ce n’est pas le groupe de Chad Kroeger qui semble s’en plaindre ! En effet, la prestation du groupe au FEQ a été précédée d’une bande-annonce du documentaire… Quitte à vivre avec l’étiquette, autant y aller à fond !

C’est donc sans s’excuser d’exister que le quatuor canadien a pris possession d’une scène des plaines d’Abraham agrémentée d’écrans géants spectaculaires dont il est difficile de quitter les yeux, tant ils sont énormes et accrocheurs.

Ouvrir en mode plein écran

La scénographie du spectacle de Nickelback comprenait des visuels de poursuites en voiture de course.

Photo : Radio-Canada / Erik Chouinard

Précédé d’une vidéo d’une poursuite policière, Chad Kroeger (chant, guitare), Ryan Peake (guitare, chant), Mike Kroeger (basse) et Daniel Adair (batterie) se sont lancés dans une performance bien répétée qui rappelle le spectacle de la tournée. Lancez-vous présenté il y a un peu plus d’un an au Québec, et encore récemment en Europe, contrairement à quelques titres.

L’introduction, percutante, n’a pas été modifiée et on comprend pourquoi. San Quentin, Sauve-moi et Loinle quatuor a rapidement – ​​et littéralement – ​​mis le feu aux poudres, car leur prestation était accompagnée de grandes colonnes de flammes et de pétards assourdissants.

Ouvrir en mode plein écran

Nickelback a livré une prestation en pleine forme au Festival d’été de Québec.

Photo : Radio-Canada / Erik Chouinard

Le chanteur Chad Kroeger, dans son uniforme habituel composé de t-shirt noir, de jeans et de protège-poignets, a dirigé sa troupe de main de maître, partageant parfois la vedette avec son collègue Peake, qui a notamment assuré les voix de Il vaut la peine de le dire.

Plus tard, le guitariste a même osé prononcer quelques mots de français, lui qui disait s’être entraîné sans grand succès la veille, lors d’un dîner au restaurant La Buchette.

Profitant d’une météo idéale et d’un public conquis sur les Plaines, Nickelback a mis le pied au plancher, à l’image des bolides du visuel d’ouverture, qui ont refait surface tout au long de la prestation.

Ouvrir en mode plein écran

Fidèle à ses habitudes, le chanteur Chad Kroeger portait son uniforme habituel composé d’un t-shirt noir, d’un jean et de protège-poignets.

Photo : Radio-Canada / Erik Chouinard

Deux invités, le chanteur d’Arkells Max Kerman et l’auteur-compositeur Talk, sont ensuite venus ajouter leur grain de sel sur deux des méga hits du groupe, respectivement : héros et Rock starentrecoupé de la ballade Photographier.

La représentation s’est terminée, comme il se doit, avec Comment vous me rappelezle plus grand frapper du groupe, qui est revenu pour le rappel avec deux chansons, pour conclure vers 23 heures

La proposition explosée d’Arkells

C’est le groupe ontarien Arkells qui s’est chargé de réchauffer la foule pour Nickelback. Plus méconnu que mal-aimé au Québec, le groupe incarne mieux que quiconque les deux solitudes canadiennes. Extrêmement populaire partout ailleurs au pays, où il remplit les arénas, le quintette n’a pas encore réussi à faire une percée significative au Québec, qui résiste encore à son rock mélodique teinté de cuivres et de claviers.

Ouvrir en mode plein écran

Le chanteur d’Arkells, Max Kerman, a montré ses talents sur la scène des Plaines d’Abraham.

Photo : Radio-Canada / Erik Chouinard

Il ne faut cependant pas longtemps pour constater en tournée le talent du groupe, renforcé par un groupe impressionnant de musiciens. En activité depuis près de vingt ans, avec huit albums et autant de Juno Awards à son actif, la bande de Max Kerman possède une maîtrise indéniable de la scène, à laquelle il est impossible de résister.

1:54

Max Kerman et Mike DeAngelis.

Photo : Radio-Canada / Olivier Bouchard

Des titres plus anciens comme Lanceur d’alerte, Veste de cuir – en réponse à une demande spéciale d’un admirateur –, et 11:11jusqu’au tout récent single De grands sentiments sorti en 2024, en passant par le Frappe à la porte, Sans relâchela ballade Te quitterqui met en valeur la superbe voix de Kerman, le groupe de Hamilton a offert un bel éventail de son répertoire au public québécois.

Ouvrir en mode plein écran

Arkells a apporté son rock inspiré des charts pop et de l’ère Motown aux festivaliers.

Photo : Radio-Canada / Erik Chouinard

Et pour rendre service à ce public francophone, Kerman a même peaufiné son français et interprété la partie vocale défendue par Cœur de pirate dans leur collaboration de 2022, Danse avec toi.

Il y a fort à parier que cette opération de séduction d’envergure aura fonctionné et qu’avec cette performance, Arkells aura réussi à conquérir de nouveaux fans fidèles au Québec.

Ooh la la la… JJ Wilde

Le rockeur ontarien JJ Wilde – de Jillian Dowding au Registraire – a brisé la glace en début de soirée avec une prestation pleine d’énergie, alors que la foule prenait encore tranquillement place sur le site des Plaines.

Sous un soleil encore brûlant à 19h, la chanteuse à la voix puissante et son solide groupe de musiciens ont rapidement créé une ambiance de bar enfumé dans la grande salle à ciel ouvert avec leur rock lourd.

Parfois rappelant Heart et parfois Sheryl Crow, lauréate du Juno 2021 pour l’album rock de l’année pour l’album Impitoyable a proposé une anthologie de ses meilleurs titres, dont Mainsavec son refrain accrocheur fait de ooh la la la.

0:59

JJ Wilde en spectacle au Festival d’été de Québec

Photo : Invision/AP / Amy Harris

Sa prestation sans faille a été rythmée par quelques interactions amicales avec le public. Au début du spectacle, elle s’est notamment enquise de l’état d’un spectateur qui semblait gêné par la chaleur, ce qui lui a valu des applaudissements approbateurs.

Il fait chaud, alors…elle suggéra dans un français aussi hésitant que charmant.

Vêtue d’une version féminine et sexy du smoking canadienJJ Wilde a survolé le matériel comme une lionne, dominant la scène et culminant avec sa reprise réussie de Morceau de mon coeur par Janis Joplin et Meilleur de moichanson titre de son mini-album sorti en mai.

Celle qui célébrait la veille son 32e anniversaire était visiblement reconnaissante de l’opportunité que lui offrait le Festival d’été de préparer le terrain pour Nickelback.

très reconnaissant”, “texte”:”C’est ma première fois à ce festival, je suis très reconnaissant”}}”>C’est ma première fois à ce festival, je suis très reconnaissantelle a confirmé.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le prix de revient revient en force ? Une nouvelle marque s’y intéresse – .
NEXT Melvyn Jaminet écarté du XV de France après des propos racistes : ce que l’on sait