WestJet annule plus de 800 vols et modifie les plans pour 110 000 passagers – .

WestJet annule plus de 800 vols et modifie les plans pour 110 000 passagers – .
WestJet annule plus de 800 vols et modifie les plans pour 110 000 passagers – .

Une grève des mécaniciens d’avion de WestJet a forcé la compagnie aérienne à annuler des centaines de vols supplémentaires dimanche, bouleversant les plans d’environ 110 000 voyageurs pendant le long week-end de la fête du Canada et incitant le transporteur à exiger des mesures du gouvernement fédéral.

Le président de WestJet, Diederik Pen, a écrit dans un communiqué publié dimanche que la société a reçu une ordonnance d’arbitrage contraignante et attend que le gouvernement précise de toute urgence qu’une grève et un arbitrage ne peuvent pas exister simultanément.

Il a également insisté sur le fait que c’est un problème qu’ils sont déterminés à régler et, comme tous les Canadiensils attendent.

Les quelque 680 travailleurs, dont les inspections et les réparations quotidiennes sont essentielles aux opérations de la compagnie aérienne, ont débrayé vendredi soir malgré une directive d’arbitrage exécutoire du ministre fédéral du Travail.

Selon l’agence de presse Reuters, Bret Oestrich, le président duAssociation fraternelle des mécaniciens d’avions (AMFA) s’est engagée à poursuivre l’arrêt de travail jusqu’à la signature d’une nouvelle convention collective. Ce dernier indique également à Reuters que les deux parties rencontrent un médiateur ce dimanche.

Tout ce que nous voulons, c’est retourner à la table des négociations.» a déclaré M. Oestreich à l’agence de presse. La grève restera en vigueur jusqu’à ce que nous parvenions à un accord.

Des voyageurs déconcertés

Depuis jeudi, WestJet a annulé 829 vols prévus entre cette date et lundi, le week-end de voyage le plus chargé de la saison, a indiqué le transporteur.

La grande majorité des vols de dimanche ont été annulés alors que WestJet a réduit sa flotte de 180 avions à 32 appareils actifs et est arrivé en tête de la liste mondiale des annulations parmi les principales compagnies aériennes au cours du week-end.

2:06

Violette Cantin’s report

Trevor Temple-Murray faisait partie des milliers de clients qui se sont précipités pour modifier leur réservation après que leurs voyages ont été annulés moins d’un jour avant le départ.

Nous devrons juste attendrea déclaré le résident de Lethbridge, en Alberta, qui attendait dans le stationnement de l’aéroport de Victoria pour essayer de prendre un avion pour Calgary avec sa femme et son fils de deux ans, tous deux dans la voiture, à côté de lui.

Leur vol, prévu à 18h05, a été annulé et ils ne sauront que dans la soirée si un vol prévu à 7h le lendemain aura lieu.

Il y a beaucoup de gens en colère» a déclaré M. Temple-Murray en désignant l’aéroport.

D’autres voyageurs se sont tournés vers les réseaux sociaux pour exprimer leur frustration, parfois dans un langage coloré.

Un client a affirmé que la compagnie aérienne ne l’avait pas informé avant 23h12 samedi que son vol du lendemain au départ de Las Vegas avait été annulé, qualifiant la décision de dernière minute de « comportement bâtard ».

Des accusations des deux côtés

WestJet et l’Airplane Mechanics Fraternal Association (AMFA) s’accusent mutuellement de refuser de négocier de bonne foi.

Le président de WestJet Airlines, Diederik Pen, a critiqué ce qu’il appelle les actions imprudentes continuent du syndicat, qui selon lui fait des efforts flagrants pour perturber les projets de voyage des Canadiens, tandis que le syndicat soutient que la société basée à Calgary a refusé de répondre à sa dernière contre-proposition.

Dimanche, le syndicat a déclaré que ses membres étaient victimes de la virulente campagne de relations publiques de WestJet qui [ils sont ]délinquantscitant calomnie contre les travailleurs concernant leur droit de grève.

Ces tactiques de pression surviennent après que les membres du syndicat ont voté massivement pour rejeter un accord de principe avec WestJet à la mi-juin et après deux semaines de négociations tendues entre les deux parties.

Alors que la date limite de grève de vendredi approchait, l’impasse a incité le ministre du Travail, Seamus O’Regan, à intervenir, exigeant que la compagnie aérienne et le syndicat se soumettent à un arbitrage exécutoire mené par le tribunal du travail du pays.

Ce procédé évite généralement un arrêt de travail. WestJet le pensait certainement, affirmant que le syndicat avait a confirmé qu’il suivrait les instructions.

Dans ces conditions, aucune grève ni lock-out n’auront lieu et la compagnie aérienne n’annulera plus de vols.a déclaré la compagnie aérienne jeudi.

L’AMFA a adopté un point de vue différent. Le comité de négociation syndical l’a dit se conformerait à l’arrêté du ministre et demanderait à ses membres de s’abstenir de toute action illégaleMoins de 24 heures plus tard, les travailleurs étaient sur les piquets de grève.

Une décision du Conseil canadien des relations industrielles semble confirmer la légalité de leurs actions, peu importe les protocoles entourant l’arbitrage, un processus qui évite généralement les arrêts de travail plutôt que de les déclencher.

Le Conseil considère que la saisine ministérielle n’a pas pour effet de suspendre le droit de grève ou de lock-outle tribunal a écrit vendredi.

M. O’Regan a déclaré le lendemain que la décision du conseil était clairement incompatible Il a suivi les instructions qu’il avait données, mais a ajouté plus tard qu’il respectait l’indépendance de l’organisme. Il a rencontré les deux parties samedi soir.

Je leur ai dit qu’ils devaient travailler de concert avec le Conseil canadien des relations industrielles pour régler leurs différends et parvenir à leur première entente.il a écrit dans un message publié sur les réseaux sociaux.

M. O’Regan dispose de vastes pouvoirs en vertu du Code canadien du travail. Bien que sa directive initiale au tribunal d’arbitrage exécutoire ait pu supposer qu’une grève était exclue en raison d’un précédent, le ministre du Travail pourrait prendre une série de mesures pour assurer la paix sociale et promouvoir les conditions favorables à la résolution des conflits du travailprécise la législation.

À ces fins, le Ministre peut (…) ordonner au Conseil de prendre les mesures qu’il juge nécessaires.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a déclaré dimanche dans un message sur les réseaux sociaux que le gouvernement fédéral pouvons faire ce qui s’impose en intervenant pour mettre fin à l’arrêt de travail aujourd’hui.

La première ministre de l’Alberta, Danielle Smith, avait un message similaire.

Territoire inconnu

C’est un territoire inexploré. Nous brisons ici un nouveau précédent.a déclaré Ian Evershed, mécanicien et représentant syndical impliqué dans les négociations, lors d’une entrevue téléphonique dimanche.

L’objectif du syndicat demeure un accord conclu par la négociation plutôt que par l’arbitrage, une voie à laquelle il s’est opposé depuis le début.

Ce processus pourrait prendre des mois, a-t-il dit, soulignant qu’une grève fait pression sur l’employeur. Cette position est en contradiction avec la déclaration de WestJet selon laquelle les tactiques de pression équivalaient à de « pures représailles » étant donné qu’un accord serait de toute façon réglé par arbitrage.

C’était notre seule décisiona précisé M. Evershed, ajoutant qu’un accord négocié pourrait encore voir le jour.

Dans un mémoire soumis au tribunal la semaine dernière, les avocats de WestJet ont déclaré que le syndicat recherchait un résultat déraisonnable et exorbitant et avait intentionnellement manœuvré pour placer la date de la grève au plus fort des voyages d’été.

Le syndicat affirme que ses revendications salariales coûteraient à WestJet moins de 8 millions de dollars de plus que ce que l’entreprise a offert pour la première année de la convention collective, le premier contrat entre les deux parties. Il a reconnu que les salaires seraient plus élevés que la rémunération de leurs collègues de l’industrie partout au Canada et seraient plus comparables à ceux de leurs homologues américains.

WestJet affirme avoir offert une augmentation salariale de 12,5 % au cours de la première année du contrat, ainsi qu’une augmentation salariale composée de 23 % sur le reste des cinq ans et demi.

En attendant, les turbulences du week-end ont fait des heureux.

Nous constatons une énorme augmentation des réservations, probablement due aux passagers qui se démènent pour sauver leur long week-end.a rapporté Kim Bowie, porte-parole de Flair Airlines, une compagnie aérienne à bas prix basée à Edmonton.

Avec les informations de Reuters

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Tentative d’assassinat contre Donald Trump lors d’un rassemblement en Pennsylvanie, le tireur abattu – .
NEXT La journée annuelle des jeux a fait salle comble.