les dernières nouveautés révélées

les dernières nouveautés révélées
les dernières nouveautés révélées

A À quinze jours de l’ouverture du Festival de Bayonne, avancée du 10 au 14 juillet en raison des JO de Paris, les préparatifs s’accélèrent. L’adjoint à la culture et à l’événementiel Yves Ugalde, le président de la commission extra-communale des Festivals Henri Lauqué, ainsi que le directeur général des services de la ville David Tollis ont reçu « Sud Ouest » afin d’évoquer les dernières nouveautés de la prochaine édition. Certaines auront valeur de test, à l’heure où de nombreux fans de l’événement réclament des mesures fortes pour lutter contre un sentiment « d’excès généralisé ».

1 La fête foraine : divisée pour moins encombrer

Tout comme la décision d’avancer la cérémonie d’ouverture à 17 heures au lieu de 22 heures, c’est un autre changement majeur : les manèges forains seront, cette année, répartis en deux sites, le bas de l’allée Boufflers et le parking Charles de Gaulle, derrière la mairie. Le but n’est pas de revivre ces scènes angoissantes de foules immenses écrasées sur les stands de churros et de pêche aux canards lors des moments forts de la fête, comme le réveil du roi Léon ou le défilé du corso lumineux.

« Le déplacement de la foule après l’ouverture des vacances l’année dernière nous a placé devant de nouvelles responsabilités. Il a fallu trouver des solutions contre cette pression énorme au bout du pont du Mayou, à l’entrée des arches du Port-Neuf ou de la rue Victor-Hugo », insiste Yves Ugalde.

Le pont Saint-Esprit, l’Échauguette, la place du Réduit et le sommet de l’Allée Boufflers retrouveront un peu d’oxygène. Sur cette artère qui rejoint le rond-point du Nautique, les métiers forains se déploieront dès le deuxième îlot d’immeubles, rue Jacques-Laffite. Les familles pourront y accéder sans entrer dans la zone payante, via la rue de Ravignan.

« Sur le parking de Gaulle, on parle d’une occupation périphérique. La surface centrale restera libre. Des commerces seront implantés tout autour et un engagement a été pris avec les forains qu’aucun arbre ne soit abattu, explique David Tollis. Cette installation sera couplée à quelques commerces au bord de l’Adour, quai Pedros. Une dernière série de commerces sera implantée le long de la rue Bernède avec des stands de restauration, afin d’éviter au maximum les nuisances sonores pour les riverains. »

2 Un jeudi préservé de la fureur des sound system

Autre source de nuisance lancinante : l’utilisation des systèmes de sonorisation extérieurs, dont la plupart sont reliés par des bars, sera interdite toute la journée de jeudi, jusqu’à 19 heures. Faire la fête trop fort tuerait les vacances. De nombreuses festivités locales partagent le même constat. « Comme la musique adoucit les mœurs, nous avons constaté un climat plus apaisé dans les lieux où l’offre musicale était qualitative. Contrairement à ces endroits où les enceintes crachent des décibels», précise Henri Lauqué. La réflexion a été menée en amont avec les membres de la Commission Extra-municipale des Fêtes et du Collectif 2032, composé d’une douzaine d’associations de commerçants, de peñas, de musiciens, de riverains ou encore de propriétaires de cafés.

« Ils ont accepté l’idée d’un jeudi dédié à la musique live. En revanche, on est conscient qu’il y a des problèmes dans le centre-ville, quand la fête bat son plein, souligne l’adjointe à la culture. Nous serons intransigeants dans le domaine payant. Au-delà, nous saurons agir intelligemment. »

« Concernant la sonorisation en général, un arrêté pris par le maire visera à faire respecter les règles, tant au niveau des décibels (1) que de la position des enceintes, orientées vers l’intérieur des bars. Une brigade de lutte contre les nuisances sonores, composée d’agents assermentés, sera mandatée pour procéder à des contrôles et, le cas échéant, prononcer des sanctions », poursuit le directeur général des services.

3 Sécurité : un représentant par bar ou peña

Les organisateurs de l’événement ont retenu une autre proposition proposée par le Collectif 2032 pour améliorer la sécurité des Fêtes : l’idée de réaliser un maillage de la ville en désignant un référent dans chaque établissement, peñas comprises. « Ces contacts, en cours d’identification, pourront relayer des informations en cas d’incident, mais aussi remonter des alertes au PC de sécurité basé à la Maison des associations », explique David Tollis. Le rôle de ce réseau sera par exemple d’interrompre la sonorisation pour diffuser un message et peut-être favoriser le passage des pompiers. »

Quant à la présence des forces de l’ordre durant les cinq jours de fête, le dispositif sera le même que les années précédentes. A savoir : quatre compagnies de CRS, trois de jour et une de nuit, soit près de 280 policiers, ainsi que 600 agents de sécurité privée. « L’État a décidé de réagir, ce qui n’était pas acquis à la veille des JO », affirme le directeur général des services.

(1) Comme l’année dernière, les décibels ne doivent pas dépasser 92 le jour et 95 la nuit.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Il est urgent de dé-décorbyniser la gauche française » – .
NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet