Pourquoi l’oubli est-il bénéfique ? – .

Pourquoi l’oubli est-il bénéfique ? – .
Pourquoi l’oubli est-il bénéfique ? – .

Crédit photo, Getty Images

Légende, Nos souvenirs imparfaits ont de bons côtés.
Informations sur l’article
  • Auteur, Par David Robson
  • Rôle, L’avenir de la BBC
  • il y a 57 minutes

La mémoire imparfaite et les faux souvenirs sont des éléments essentiels d’un esprit flexible, affirme le neuroscientifique Charan Ranganath dans un nouveau livre. David Robson lui demande pourquoi.

« La mémoire », écrit le neuroscientifique Charan Ranganath dans son nouveau livre Why We Remember, « est bien plus qu’une archive du passé ; c’est le prisme à travers lequel nous nous voyons nous-mêmes, les autres et le monde. .

Professeur de psychologie à l’Université de Californie à Davis, Ranganath a passé les 30 dernières années à étudier les processus cérébraux qui sous-tendent notre capacité à nous souvenir, à nous rappeler et à oublier. Il soutient que bon nombre de nos idées préconçues sur la mémoire sont fausses ; ses défauts apparents proviennent souvent de ses caractéristiques les plus utiles, créant une flexibilité cognitive essentielle à notre survie.

Il s’est entretenu avec le journaliste scientifique David Robson à propos de cette compréhension de pointe du cerveau et de la manière dont nous pouvons utiliser ces connaissances pour mieux tirer parti de notre esprit parfaitement imparfait.

Votre livre regorge de notions contre-intuitives. Commençons par l’idée « d’apprendre en faisant des erreurs ». Pourquoi apprend-on mieux quand on se permet de faire des erreurs ?

Les souvenirs se forment grâce à des changements dans la force des connexions entre les neurones. Toutefois, certaines de ces connexions ne seront pas optimales, tandis que d’autres seront plus solides et plus efficaces. Le principe de l’apprentissage par erreur est simplement que lorsque vous essayez de retrouver ces souvenirs, votre mémoire sera toujours un peu imparfaite. Ainsi, lorsque le cerveau tente de récupérer ce souvenir et de le comparer aux informations réelles, ces réseaux peuvent affaiblir les mauvaises connexions et renforcer les bonnes.

Cela signifie que la meilleure façon d’en apprendre davantage est de nous mettre au défi de redécouvrir la matière que nous essayons d’apprendre, car cela expose ces faiblesses et donne donc à notre cerveau une chance d’optimiser ces souvenirs. C’est pourquoi les techniques d’apprentissage actif, comme conduire dans un quartier au lieu de le rechercher sur Google Maps, ou jouer dans une pièce de théâtre au lieu de lire le scénario encore et encore, sont si efficaces.

Crédit photo, Getty Images

Légende, Notre mémoire merveilleusement imparfaite nous donne notre sentiment d’identité.

Beaucoup d’entre nous se sentent frustrés par les pertes de mémoire, mais vous affirmez que l’oubli est souvent bénéfique. Comment est-ce possible ?

Une analogie que j’aime faire est d’imaginer aller chez vous et vous demander : pourquoi n’êtes-vous pas un collectionneur ? Pourquoi ne ranges-tu pas tout ? Si nous n’oubliions rien, nous accumulerions des souvenirs et nous ne pourrions jamais trouver ce que nous voulons, quand nous le voulons.

En ce moment, je vis dans un hôtel et cela n’aurait aucun sens pour moi de me souvenir du numéro de cette chambre dans deux semaines. De même, pensez à toutes les personnes que vous croisez dans la rue. Avez-vous vraiment besoin de mémoriser tous leurs visages ?

Pourquoi les oublis augmentent-ils avec l’âge ?

Le problème à mesure que nous vieillissons n’est pas nécessairement que nous ne parvenons pas à former des souvenirs, mais plutôt que nous ne parvenons pas à nous concentrer sur les informations dont nous devons nous souvenir. Nous sommes de plus en plus distraits et toutes ces choses insignifiantes se font au détriment des informations importantes qui nous intéressent. Ainsi, lorsque nous essayons de nous remémorer ces souvenirs, nous ne parvenons pas à trouver les informations que nous recherchons.

Quelles stratégies pouvons-nous utiliser pour éviter cela et améliorer la qualité de nos souvenirs ?

Il existe trois principes de base. Le premier est le caractère distinctif. Nos souvenirs sont en compétition les uns avec les autres et, par conséquent, plus vous pouvez faire ressortir quelque chose, mieux c’est. Les souvenirs vifs associés à des images, des sons et des sensations uniques sont ceux dont on se souviendra. Se concentrer sur les détails sensoriels, plutôt que de les garder en tête, nous aide à mieux nous souvenir.

La deuxième stratégie consiste à encourager une meilleure organisation de vos souvenirs pour leur donner plus de sens. Dans le livre, je discute de la méthode du « palais de la mémoire », qui consiste à associer les informations que vous souhaitez apprendre avec les informations dont vous disposez déjà.

Troisièmement, nous pouvons créer des indices. La recherche d’un souvenir demande beaucoup d’efforts et est sujette aux erreurs ; c’est mieux si les souvenirs viennent simplement à l’esprit. Il est préférable que les souvenirs reviennent à l’esprit. La création de repères peut y contribuer.

Nous savons, par exemple, que les chansons peuvent naturellement évoquer des souvenirs de périodes particulières de notre vie. Et il existe de nombreux autres indices quotidiens que vous pouvez utiliser. Si j’essaie de me rappeler de sortir les poubelles le jour de la collecte, j’imagine me diriger vers la porte, puis regarder la poubelle avant de m’approcher. Ainsi, lorsque j’arrive à la porte dans la vraie vie, cela me signale que je dois sortir les poubelles.

Crédit photo, Getty Images

Légende, Les signaux quotidiens peuvent stimuler la mémoire.

En plus de perdre la mémoire, nous pouvons constater que nos souvenirs contiennent des détails erronés qui ne correspondent pas à des événements réels. Pourquoi cela arrive-t-il?

Nous avons des « schémas » qui nous aident à nous souvenir économiquement. Imaginez que vous venez d’aller à la banque : vous avez déjà beaucoup de connaissances sur les types d’événements qui se produisent à la banque et sur les types de choses qui ne s’y produisent pas. Cela vous permet de réduire la gamme d’informations dont vous devez vous souvenir, les modèles agissant comme le tissu conjonctif qui vous permet d’assimiler ces nouvelles informations. [données] et les appliquer. Mais parfois, les diagrammes comblent trop de lacunes et contiennent des détails erronés.

La deuxième raison est que les souvenirs évoluent avec le temps. C’est très important car vous voulez pouvoir rafraîchir vos souvenirs. Si vous avez vu un parent que vous n’avez pas vu depuis longtemps et que son visage a changé depuis la première fois que vous l’avez vu, vous devez créer un souvenir plus précis de son apparence. Mais parfois, notre imagination s’infiltre dans la mémoire.

En quoi la mémoire est-elle un processus collaboratif ?

Lorsque nous partageons des souvenirs avec d’autres personnes, ces souvenirs peuvent être mis à jour. Lorsque je vous explique un événement, inventer cette histoire pour vous la raconter peut changer la façon dont je m’en souviens. Vos réactions à la façon dont je raconte l’histoire, par exemple, façonneront la façon dont je m’en souviendrai plus tard ; l’histoire peut devenir plus humoristique.

Vous me donnez peut-être aussi des informations supplémentaires – mais incorrectes – qui peuvent s’infiltrer dans ma mémoire : je confonds ce qui s’est réellement passé avec ce que vous m’avez dit pendant que j’expliquais ce qui s’est passé. avait passé. Je dirais que beaucoup de nos souvenirs ne sont plus [purement] les nôtres – ce sont des mémoires collectives.

Comment vos recherches scientifiques ont-elles influencé votre rapport à vos propres souvenirs ?

L’écriture du livre, en particulier, m’a inspiré à préserver ma mémoire. J’essaie désormais de faire de l’exercice régulièrement et de porter une attention particulière à mon alimentation, afin de m’assurer de maintenir ma santé cognitive à un âge avancé.

————————————————– ————————————————

Why We Remember de Charan Ranganath est publié par Faber & Faber (Royaume-Uni) et Doubleday (États-Unis).

*David Robson est un écrivain et auteur scientifique primé. Son prochain livre s’intitule Les lois de la connexion : 13 stratégies sociales qui transformeront votre vie. Il sera publié par Canongate (Royaume-Uni) et Pegasus Books (États-Unis et Canada) en juin 2024.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV “Que vont devenir nos chiens ?”, saturée et en déficit, la SPA de Bordeaux s’inquiète pour son avenir
NEXT Bataille judiciaire chez Les Républicains, les dirigeants considèrent qu’Eric Ciotti n’a pas gagné « sur le fond »