« Grand Tour », voir l’Asie et tenter d’aimer

« Grand Tour », voir l’Asie et tenter d’aimer
« Grand Tour », voir l’Asie et tenter d’aimer

Publié le 23 mai 2024 à 04h34.

Le cinéma du Portugais Miguel Gomes (Tabou, 2012 ; les trois parties de Mille et une nuits, 2015) peut être aride, dans le sens où il demande au public une certaine implication, qui dépasse le simple fait de se laisser guider par une histoire. Déclenché par la lecture d’un récit de voyage de l’écrivain britannique Somerset Maugham, le road movie qui est grande tournée commence en 1917 en Birmanie, où Edward, fonctionnaire de l’Empire britannique, attend sa fiancée Molly.

Mais soudain, il décide de partir pour Singapour, d’où il se rendra à Bangkok, puis à Saigon, et ainsi de suite au Japon et en Chine. Molly va elle aussi se lancer dans ce Grand Tour Asiatique à la recherche de l’homme qu’elle aime, mais leurs deux histoires ne s’emmêleront pas. Gomes nous racontera en effet d’abord celle d’Edward, puis celle de Molly, pour passer de la comédie au mélodrame, dit-il.

Intéressé par cet article ?

Pour profiter pleinement de notre contenu, abonnez-vous ! Jusqu’au 31 mai, profitez de près de 15 % de réduction sur l’offre annuelle !

CONSULTER LES OFFRES

Bonnes raisons de s’abonner au Temps :
  • Accès illimité à tout le contenu disponible sur le site.
  • Accès illimité à tous les contenus disponibles sur l’application mobile
  • Plan de partage de 5 articles par mois
  • Consultation de la version numérique du journal à partir de 22h la veille
  • Accès aux suppléments et à T, le magazine Temps, au format e-paper
  • Accès à un ensemble d’avantages exclusifs réservés aux abonnés

Déjà abonné ?
Ouvrir une session

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Qui est MJ Rodriguez (Blanca), l’héroïne de la série « Pose » sur Disney+ ? – .
NEXT l’inflation tombe à 2% en mai, une bonne nouvelle pour le gouvernement conservateur