Cécile Pin remporte le prix Fragonard de littérature étrangère

Cécile Pin remporte le prix Fragonard de littérature étrangère
Cécile Pin remporte le prix Fragonard de littérature étrangère
>>>>

Cécile Pin. ARIANE LEBON

C’est pour son roman « Wandering Souls », qui retrace la tragédie des réfugiés vietnamiens.

Par BibliObs

Publié le 16 mai 2024 à 18h45

Pour sa troisième édition, la Maison Fragonard a décerné mardi 14 mai au Musée du Parfum de Paris le prix de littérature étrangère 2024 à Cécile Pin pour « Les Âmes errantes » (traduit de l’anglais par Carine Chichereau, Stock). Créé en 2022, ce prix récompense un livre écrit par une femme, traduit en français et publié en France entre le 1er septembre 2023 et le 31 mars 2024.

Lire aussi

Critique « Les Ames errantes », de Cécile Pin : les fantômes des boat people

Abonné

Lire plus tard

Les huit livres en lice étaient « Au temps des damnés et des bienheureux » d’Ayọ̀bámi Adébáyọ̀ (traduit par Virginie Buhl, Charleston), « Nevada » d’Imogen Binnie (traduit par Violaine Huisman, Gallimard), « Terre noire » de Rita Carelli (traduit par Marine Duval, Métailié), « La Diplomate » de Lucy Fricke (traduit par Isabelle Liber, Le Quartanier), « Les Filles du chasseur d’ours » d’Anneli Jordahl (traduit par Anna Gibson, l’Observatoire), « Du même sang » de Denene Millner (traduit par Valérie Le Plouhinec, Cherche-midi), « Le danger de ne pas être fou » de Rosa Montero (traduit par Myriam Chirousse, Métailié) et donc, le livre de Cécile Pin. Elle succède à la romancière japonaise Yoko Tawada, récompensée en 2023 pour « In Scouting » et recevra 5000 euros. Sa traductrice Carine Chichereau recevra 2000 euros.

Lire aussi

Yoko Tawada imagine un Japon isolationniste, liberticide et toxique (et remporte le prix Fragonard)

Accès libre

Lire plus tard

Née d’un père français et d’une mère vietnamienne, élevée entre Paris et New York, Cécile Pin s’installe à Londres à l’âge de dix-huit ans où elle obtient son diplôme du King’s College. Écrivaine pour le magazine « Bad Form Review » et lauréate des London Writers Awards 2021, elle publie son premier roman, « The Wandering Souls » en 2023.

Le livre tire son nom de l’opération de guerre psychologique menée par l’armée américaine pendant la guerre du Vietnam, ordonnant aux combattants du Viet Minh d’abandonner le combat sur la base de la croyance ancestrale aux fantômes. Le roman suit Anh, Thanh et Minh, trois frères et sœurs d’origine vietnamienne cherchant leur propre chemin au Royaume-Uni, après la mort de leurs proches. « Une histoire de migration méconnue de ces boat people, accueillie du bout des lèvres », a commenté notre camarade Doan Bui à la sortie du livre. Elle a ensuite parlé d’un « roman très maîtrisé », avec un aspect documentaire et un tressage des différents « des voix dans un chœur tragique ».

Cécile Pin invoque parfois des fantômes, comme dans l’extrait cité par Doan Bui, dans lequel on entend la voix de Dao, le petit frère mort, qui hante les survivants :

“Je ne me souviens pas grand-chose de ma mort […] Bien sûr, on m’avait raconté des histoires de fantômes de mon vivant. Il y avait le fantôme d’Ong Ngoại, à qui on offrait des cigarettes et des mangoustans, à côté de son portrait de l’encens brûlant sur l’autel de la maison. Il y avait Thân Lăng, le fantôme du village dont les vêtements dégoulinaient encore. Ce que les enfants ont entendu en jouant au bord du lac, qui les avait engloutis un siècle plus tôt […] J’avais toujours imaginé les fantômes comme de vieilles âmes sages et espiègles. Il ne m’était jamais venu à l’esprit qu’il existait des fantômes d’enfants de sept ans. Et pourtant, me voici. »

Âmes errantes, de Cécile Pin, traduit de l’anglais par Carine Chichereau, Stock, 288 pages, 20,90 euros.

À noter : aux dernières nouvelles, le jury du Prix Fragonard est composé de Jakuta Alikavazovic, écrivain et traductrice, Élise Boghossian, fondatrice de l’ONG EliseCare Danielle Cillien-Sabatier, libraire, Alina Gurdiel, directrice littéraire, Clara Dupont-Monod, écrivaine, éditrice et journaliste, Liya Kebede, mannequin et comédienne, Olivia de Lamberterie, écrivain et journaliste, Maria Larrea, écrivaine, réalisatrice et scénariste, Daniel Medin, professeur de littérature, Mathieu Palain, écrivain et journaliste, Agnès Costa, PDG de Fragonard, Charlotte Urbain , directeur culture et communication Fragonard.

Vous sentez-vous confus par la nouvelle ?

Découvrir les meilleurs obs. : chaque samedi, un post et six éditoriaux à ne pas manquer.

Notez encore : Les dernières nouvelles des prix littéraires sont à retrouver ici.

Sur le sujet Prix ​​littéraires

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV une boule de feu grosse comme un ballon de football
NEXT Rappel urgent d’un produit de cuisine « tropical » à 1,20 £ vendu à Sainsbury’s et qui pourrait présenter un risque pour la santé d’un Britannique sur 100