pourquoi cette chanson est si chère à Greta Gerwig

pourquoi cette chanson est si chère à Greta Gerwig
pourquoi cette chanson est si chère à Greta Gerwig

MMardi 14 mai. Il est vers 19h30 lorsque les premières notes se font entendre. Certaines cordes grattées que les aficionados avaient déjà reconnues. Et au milieu de la pièce, Zaho de Sagazan se tient droit, le torse à peine relevé et l’air fier, toujours avec un visage de bébé. Tournée vers la scène, elle observe la flopée de cinéastes et d’acteurs qui l’entourent. A quoi pense-t-elle ?

Le bulletin culturel

Tous les mercredis à 16h

Recevez l’actualité culturelle de la semaine à ne pas manquer ainsi que des Enquêtes, décryptages, portraits, tendances…

MERCI !
Votre inscription a été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisation et notre politique de confidentialité.

Probablement pas la sensation solaire que cela va créer dans quatre minutes. En réinterprétant L’amour moderne de David Bowie, Zaho de Sagazan électrise tout un public en pleine froideur cannoise. A commencer par Greta Gerwig, présidente du jury, dont les larmes ont ému toute l’assemblée.

Avant Barbie, il y avait Frances Ha

Sa danse sur scène – point culminant de la représentation – est un véritable clin d’œil au chef-d’œuvre qui marquera la carrière de Greta Gerwig. Parce qu’avant le blockbuster Barbie (2023), il y avait surtout Frances Ha (2013), co-écrit avec Noah Baumbach, son compagnon, et réalisé par ce dernier. Dans ce long-métrage, Greta Gerwig incarne une attachante danseuse, sorte de rêveuse un peu perdue, qui s’accroche à ses désirs d’enfant pour survivre au terrible Manhattan.

Cette quête de sens, comme un refus de se conformer au triptyque « métro-travail-dodo », interroge le spectateur : doit-on vivre de sa passion – aussi irréalisable soit-elle – quitte à sacrifier tout le reste ? Ce dilemme se cristallise dans la scène mythique de Frances Ha, quand l’héroïne parcourt New York et contraste avec la monotonie de la capitale. Une traversée de la ville aussi lyrique que ses habitants sont blasés.

Toute en noir et blanc, l’œuvre emprunte largement aux codes de la Nouvelle Vague et porte en elle la mélancolie d’un Annie Hall (1977) de Woody Allen. Ici et là s’éparpillent des références à de grandes figures, comme Arnaud Desplechin ou Denis Lavant. Pas étonnant que ce cinéaste – et grand cinéphile – soit le président de ce 77e édition du Festival de Cannes.

Frances Ha représente un tournant dans la carrière de Greta Gerwig et lui vaut plusieurs nominations, dont celle de la meilleure actrice dans une comédie aux Golden Globes. Déjà détecté dans Greenberg (2010) de Noah Baumbach – dans lequel elle vole la vedette à Ben Stiller – son talent se confirmera plus tard en tant que réalisatrice avec Dame Oiseau (2017), le récit d’apprentissage d’une jeune femme en dernière année de lycée.

Ensuite, le succès mondial de Barbie (2023) fera connaître son nom au grand public. Et contrastera aussi avec son début de carrière, fait de films « mumblecore », mouvement très confidentiel du cinéma indépendant américain des années 2000. A cette époque, comme son héroïne Frances, Greta Gerwig y était peut-être aussi crue ?

Frances Ha est disponible gratuitement sur la plateforme france.tv

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV malgré la polémique, Kilian Jornet n’oublie pas l’UTMB
NEXT Le Parlement doit voter mardi pour vaincre le veto présidentiel