Appel urgent à restaurer les télécommunications au Soudan déchiré par la guerre

Appel urgent à restaurer les télécommunications au Soudan déchiré par la guerre
Appel urgent à restaurer les télécommunications au Soudan déchiré par la guerre

Alors que le pays est au bord d’une crise alimentaire majeure, des appels se font entendre pour rétablir les communications afin de garantir que l’aide puisse être coordonnée là où elle est nécessaire.

A Une coalition d’organisations non gouvernementales axées sur les droits de l’homme a appelé au rétablissement urgent des infrastructures de télécommunications au Soudan, après une année de guerre dans le pays.

Dans une déclaration commune publiée cette semaine, 94 organisations humanitaires, de la société civile et de défense des droits de l’homme ont lancé un appel à diverses instances – dont l’ONU, le gouvernement soudanais et Starlink – pour la fourniture ininterrompue de services de télécommunications dans ce pays déchiré par la guerre.

« Nous appelons toutes les parties prenantes à garantir la fourniture ininterrompue des services de télécommunications au Soudan. Toute interruption des services de télécommunications constitue une violation des droits de l’homme », peut-on lire dans la déclaration commune.

La coalition affirme que les infrastructures de télécommunications ont été ciblées par les différentes factions belligérantes pendant le conflit, ce qui affecte la fourniture d’aide et de nourriture, et affirme que le pays est « sur le point de devenir la pire crise alimentaire au monde ».

Le dernier conflit qui a frappé le pays a commencé l’année dernière alors qu’une lutte de pouvoir a éclaté entre les dirigeants des différentes branches de l’armée.

Les États-Unis, au nom du HCR, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, affirment que la moitié de la population soudanaise – quelque 25 millions de personnes – a besoin d’une aide humanitaire et d’une protection en raison du conflit actuel. Il indique que le pays est confronté à des pénuries extrêmes de nourriture, d’eau, de médicaments et de carburant et que près de 18 millions de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë.

« Les deux parties ont systématiquement eu recours à des attaques ciblées contre les infrastructures de télécommunications ou à l’imposition de restrictions bureaucratiques (telles que l’interdiction de l’importation et de l’utilisation de certains appareils Internet par satellite) qui ont de graves conséquences sur les populations civiles », ajoute le communiqué de la coalition.

Le collectif humanitaire, qui comprend Action contre la faim, Islam Relief Worldwide et Save the Children, a appelé les combattants à s’abstenir d’attaquer et d’endommager les infrastructures de télécommunications et à faciliter la réhabilitation de tout système endommagé.

La coalition a également appelé à un assouplissement des restrictions sur les services Internet par satellite afin de faciliter l’importation d’appareils Internet par satellite.

Le gouvernement soudanais a interdit Starlink en décembre, et l’opérateur de télécommunications par satellite a récemment annoncé qu’il couperait ses services vers le pays.

Le communiqué de la coalition précise que même si certains niveaux de services de télécommunications ont été rétablis dans l’est du Soudan, de grandes parties du pays restent déconnectées des fournisseurs de réseaux cellulaires, à savoir Zain, MTN et Sudani. Il indique que les zones touchées, notamment la région du Darfour, certaines parties de Khartoum et du Kordofans, sont les mêmes qui ont été les plus exposées au conflit et présentent le risque de famine le plus élevé.

Bien que les services par satellite, tels que Starlink, soient d’un coût prohibitif pour une grande partie de la population du pays, ils sont utilisés par les agences humanitaires internationales et les intervenants locaux sur le terrain.

« Bien que des inquiétudes légitimes subsistent quant à l’utilisation de cette technologie – et d’autres systèmes de télécommunications – par les parties au conflit, la fermeture potentielle de Starlink (telle qu’annoncée en avril 2024) aurait un impact disproportionné sur les civils et les organisations humanitaires qui sont impliquées. essayer de les atteindre », explique le collectif.

La déclaration commune appelle également tous les fournisseurs de services susceptibles de fournir une connectivité dans le pays à le faire « sans interruption ni augmentation des coûts supplémentaires ». Il identifie que cela peut inclure la diversification des technologies de connectivité ; qu’il s’agisse de « solutions basées sur la technologie satellite et WiMAX, ou de l’utilisation d’e-SIM à proximité des frontières du pays ».

En outre, la coalition appelle les Nations Unies, par l’intermédiaire du Cluster des télécommunications d’urgence, à augmenter de toute urgence la capacité de télécommunications d’urgence au Darfour et au Kordofans. Il a également demandé que l’ONU fournisse l’accès aux services à tous les organismes humanitaires de la région jusqu’à ce que d’autres options soient disponibles.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un gendarme de 56 ans décède dans une collision frontale sur la D146, dans l’est du Loiret
NEXT Hydro-Québec a mal planifié la demande industrielle, selon le ministre Fitzgibbon