Carlos Tavares dans la peau d’un constructeur chinois avec Leapmotor

Carlos Tavares dans la peau d’un constructeur chinois avec Leapmotor
Descriptive text here

Carlos Tavares s’avoue opportuniste

La photo était étrange et un peu surréaliste, quand on se souvient des déclarations de Carlos Tavares, PDG de Stellantis, il y a quelques mois, les constructeurs chinois arrivaient en Europe avec des modèles 40 % moins chers. A ce niveau, c’est un vrai talent ! Et il faut aussi être sacrément opportuniste pour entreprendre un tel retournement de situation en ouvrant grand les portes de la marque. Moteur Leap au marché américain et principalement européen. Même si rien n’a été annoncé aux Etats-Unis pour le moment.

« Les constructeurs chinois vont capter 10 % du marché européen »

Un opportunisme pleinement assumé par le leader du groupe franco-italo-américain. Pas question de laisser le marché européen aux constructeurs chinois qui arrivent avec des véhicules à moins de 20 €. 000 euros. Il est évident que ces mêmes constructeurs chinois auront 10 % de part de marché en Europe rapidement. Il faut être dans cette dynamique grâce à Leapmotor ».

Et d’ajouter : « Avec ou sans nous, Leapmotor aurait été présent en Europe de toute façon, certainement plus lentement. Je préfère profiter de l’occasion pour être présent à leurs côtés et faire bénéficier le groupe Stellantis plutôt que de ne pas être dans la bataille. Je ne veux pas laisser le marché des véhicules électriques d’entrée de gamme à d’autres. Nous entrerons en concurrence avec d’autres marques chinoises quelles que soient les restrictions et éventuels protectionnistes. ».

Toujours dans la peau d’un constructeur chinois, Carlos Tavares ambitionne de déployer des véhicules électriques chinois abordables qu’il juge importants “pour le développement de l’électricité dans le monde et ainsi réduire les émissions de CO2”.

>> LIRE AUSSI : Stellantis, le cheval de Troie de Leapmotor en Europe et aux Etats-Unis

« Des modèles chinois économiques dotés d’une technologie de pointe »

En déclinant cette stratégie Asset de présence en Chine à travers l’exportation de véhicules chinois, le directeur de Stellantis apparaît très fidèle à son nouveau partenaire Leapmotor au point d’avoir un discours qu’eux-mêmes auraient pu prononcer s’ils avaient attaqué le marché européen sans Stellantis. .

Aux multiples questions des médias américains, préoccupés par la nouvelle taxe américaine sur les importations de véhicules chinois qui passe de 25 à 100%, Carlos Tavares n’est nullement contrarié ni impressionné par ces barrières douanières.

Même s’il dément apparaître comme le cheval de Troie d’une marque chinoise, le dirigeant rappelle qu’en Europe ou ailleurs, les deux stratégies seront étudiées au cas par cas. A savoir une pure et simple importation de voitures électriques de Chine ou en cas de barrière douanière, les usines Stellantis ouvriront leurs lignes de production locales qui échapperont ainsi aux sanctions douanières. C’est simple et astucieux, une relation « gagnant-gagnant ».

>> LIRE AUSSI : Leapmotor T03 de Stellantis, l’invité surprise face aux nouvelles Citroën ë-C3 et Fiat 500e

“Je suis certain que nous trouverons un accord au niveau technologique”

Et comme l’aurait fait autrefois un constructeur chinois avec un constructeur européen s’implantant en Chine, Carlos Tavares aborde sans complexe le niveau de développement technologique de Leapmotor qu’il juge meilleur et plus économique.

« L’accord actuel ne se situe pas au niveau de la technologie mais au niveau du commerce. Et nous n’avons pas encore le temps d’en discuter par rapport à notre déploiement international avec la marque. Nous le ferons plus tard… Et je suis sûr que nous trouverons un accord plus tard ».

Cette deuxième phase possible de l’accord entre Leapmotor et Stellantis lui apparaît comme une bonne voie « pour stimuler nos propres ingénieurs chez Stellantis ». Et pour conclure : “Le protectionnisme n’est pas une solution, nous devons nous battre ou abandonner, nous n’avons pas l’intention d’abandonner.”

>> LIRE AUSSI : Stellantis va commercialiser le Leapmotor chinois dans neuf pays européens

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’Antillais Cédric Nankin rêve d’or en rugby fauteuil
NEXT les effets pervers d’une inévitable décompensation