Ce géant pétrolier arabe enregistre une grosse perte début 2024 – La Nouvelle Tribune

Début 2024, le géant pétrolier saoudien Saudi Aramco a enregistré une baisse significative de ses bénéfices. Ce repli, marqué par une baisse de 14,5% de son bénéfice net par rapport à la même période en 2023, suscite des interrogations sur la santé financière de l’entreprise. Alors que la demande mondiale de pétrole reste instable, les décisions stratégiques prises par l’Arabie saoudite et l’OPEP+ semblent avoir de graves conséquences sur les performances de ce mastodonte industriel.

L’une des principales raisons évoquées pour expliquer ce résultat mitigé est la politique de réduction de la production pétrolière initiée par l’Arabie Saoudite et soutenue par l’OPEP+. Cette stratégie, mise en œuvre depuis octobre 2022, vise à stabiliser les prix du pétrole en réduisant l’offre sur le marché mondial. Même si cette initiative a eu un impact positif sur les prix du pétrole, elle a également entraîné une baisse des revenus de Saudi Aramco, en raison de la réduction du volume de pétrole brut vendu.

En tant que premier exportateur mondial de brut, l’Arabie saoudite a réduit sa production à environ neuf millions de barils par jour, bien en dessous de sa capacité maximale de 12 millions de barils par jour. Ces restrictions de production, combinées aux réductions successives décidées lors des réunions de l’OPEP+, ont eu un impact direct sur les résultats financiers de Saudi Aramco.

La situation économique de l’Arabie Saoudite elle-même est également un facteur déterminant dans les défis auxquels Saudi Aramco est confrontée. Le pays, dirigé par le prince héritier Mohammed ben Salmane, cherche à diversifier son économie et à réduire sa dépendance aux revenus pétroliers grâce à son programme de réformes, connu sous le nom de Vision 2030. Cependant, les dépenses élevées engagées pour mettre en œuvre ces réformes ont contribué à des déficits budgétaires persistants, aggravée par la baisse des revenus pétroliers.

Ces conditions économiques difficiles se reflètent également dans les chiffres, avec une baisse de 1,8% du PIB saoudien au premier trimestre 2024 par rapport à l’année précédente, principalement imputable à une baisse de 10,6% des activités pétrolières. Cette tendance met en évidence les défis structurels auxquels le pays est confronté dans sa transition vers une économie post-pétrolière.

Face à cette situation, Saudi Aramco explore des stratégies pour atténuer l’impact financier d’une réduction de la production. En décembre 2019, la société a réalisé la plus grande introduction en bourse au monde en vendant 1,7 % de ses actions sur le marché boursier saoudien, générant ainsi d’importants fonds à court terme. De plus, l’Arabie saoudite a récemment transféré une partie des actions d’Aramco au Fonds d’investissement public (PIF), dans le cadre de ses efforts visant à diversifier ses investissements et à stimuler sa croissance économique. Ce géant pétrolier n’est pas le seul à enregistrer des pertes. Le poids lourd britannique, par exemple, a également enregistré une forte baisse.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Où et à quelle heure peut-on voir la flamme olympique dans le Var ? – .
NEXT Taïwan révise à la hausse ses prévisions de PIB pour 2024 en raison de la vigueur des exportations liées à l’IA et de la consommation intérieure