Un cyclone frappe le Kenya et la Tanzanie déjà touchés par des inondations

Un cyclone frappe le Kenya et la Tanzanie déjà touchés par des inondations
Un cyclone frappe le Kenya et la Tanzanie déjà touchés par des inondations

Les plages sont désertes et de nombreux magasins ont fermé samedi au Kenya et en Tanzanie alors que de fortes pluies et des vents de cyclones tropicaux ont frappé les zones côtières des deux pays voisins d’Afrique de l’Est.

Le Kenya et la Tanzanie sont en alerte face au cyclone Hidaya après des semaines de pluies torrentielles et d’inondations qui ont ravagé de nombreuses régions d’Afrique de l’Est et fait plus de 400 morts.

Mais aucune victime ni aucun dégât n’avaient été signalés samedi après-midi, le cyclone ayant touché terre en Tanzanie depuis l’océan Indien.

“C’est tellement étrange aujourd’hui de voir si peu de monde à la plage, nous sommes habitués à voir des foules surtout pendant le week-end”, a déclaré Yusuf Hassan, un habitant de Dar es Salaam, la principale ville de Tanzanie. . “Les gens ont peur”.

©AFP

Dégâts causés par les inondations dans le village de Kamuchiri, Kenya, 29 avril 2024

Le service météorologique kenyan a indiqué samedi dans un bulletin que les effets du cyclone se faisaient déjà sentir au large, avec des vents dépassant 75 km/h et des vagues de plus de 2 m.

De fortes pluies sont attendues à partir de dimanche le long de la côte de l’océan Indien et devraient s’intensifier au cours des deux prochains jours, prévient-il.

« Les observations actuelles suggèrent que le cyclone tropical Hidaya a touché terre sur la côte tanzanienne. Mais derrière cela se développe une autre dépression », a-t-il ajouté. Les autorités tanzaniennes n’ont pas immédiatement confirmé.

Le ministre kenyan de l’Intérieur, Kithure Kindiki, a annoncé l’interdiction de toutes les activités de plage, de baignade et de pêche.

« Précautions maximales »

L’Autorité météorologique tanzanienne a noté des vents violents et de fortes pluies le long des côtes dans la nuit de samedi.

Dans la région de Mtwara, 75,5 mm de pluie sont tombés en 12 heures, alors que la pluviométrie moyenne du mois de mai est de 54 mm.

L’agence tanzanienne a demandé aux habitants des zones à risques et aux personnes travaillant dans le secteur maritime de prendre “un maximum de précautions”.

Le cyclone devrait atteindre son apogée avec des rafales de 165 km/h dès qu’il touchera terre, a annoncé vendredi le centre climatique régional ICPAC.

Dans l’archipel de Zanzibar, tous les transports maritimes ont été suspendus.

“Nous pensons qu’il n’est pas sûr de voyager dans de telles conditions météorologiques provoquées par le cyclone”, a déclaré à l’AFP la directrice générale de l’Autorité maritime de Zanzibar, Cheikha Ahmed Mohamed.

La saison des cyclones dans le sud-ouest de l’océan Indien dure généralement de novembre à avril et connaît une douzaine de tempêtes chaque année.

“Aucun coin n’est épargné”

Le président kenyan William Ruto a jugé vendredi “terribles” les prévisions météorologiques pour le pays, qui va faire face au premier cyclone de son histoire, et a reporté sine die la réouverture des écoles prévue lundi.

Environ 400 personnes ont été tuées en Afrique de l’Est depuis mars et des dizaines de milliers ont été déplacées par des pluies torrentielles qui ont provoqué des inondations et des glissements de terrain, emporté des maisons et détruit des routes et des ponts.

Au Kenya, durant cette période, au moins 210 personnes sont mortes et près de 100 autres ont disparu tandis que 165 000 personnes ont été déplacées, selon les chiffres officiels.

©AFP

Des maisons sous l’eau dans une zone gravement touchée par les inondations après des pluies torrentielles dans le village de Mohoro, en Tanzanie, le 17 avril 2024.

“Aucun coin de notre pays n’a été épargné par cette dévastation”, a résumé le président.

Le ministère de l’Intérieur a ordonné jeudi à toute personne vivant à proximité de grands fleuves ou à proximité de 178 « barrages ou réservoirs remplis ou presque remplis d’eau » d’évacuer la zone dans les 24 heures.

M. Kindiki a déclaré que 138 camps avaient été installés pour fournir un abri temporaire à plus de 62 000 personnes déplacées par les eaux de crue.

Des membres de l’opposition et de la société civile ont accusé le gouvernement de ne pas être préparé à gérer la crise malgré les avertissements météorologiques.

Au moins 155 personnes sont mortes en Tanzanie dans des inondations et des glissements de terrain.

très vulnérable

L’Afrique de l’Est est très vulnérable au changement climatique et les précipitations dans la région cette année ont été amplifiées par El Niño, un phénomène climatique naturel généralement associé au réchauffement climatique, qui provoque des sécheresses dans certaines parties du monde et de fortes pluies. abondant ailleurs.

Au Burundi, au moins 29 personnes sont mortes et 175 ont été blessées depuis le début de la saison des pluies en septembre, et d’autres décès liés aux intempéries ont également été signalés en Éthiopie, au Rwanda, en Somalie et en Ouganda.

Fin 2023, des pluies torrentielles au Kenya, en Somalie et en Éthiopie ont déjà causé la mort de plus de 300 personnes, dans une région qui peinait à se remettre de la pire sécheresse enregistrée depuis 40 ans.

burs-txw/sba/cls

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Décès de la chroniqueuse Marie Dominique Kacou de l’émission Peapl’Emik
NEXT une journée 100% festive pour les 18e Foulées et le 140e anniversaire du viaduc