David Lisnard souhaite que les maires côtiers régulent eux-mêmes le trafic maritime

David Lisnard souhaite que les maires côtiers régulent eux-mêmes le trafic maritime
David Lisnard souhaite que les maires côtiers régulent eux-mêmes le trafic maritime

Cette compétence maritime de l’Etat devrait revenir aux élus locaux selon l’édile de Cannes, également président de l’Association des maires de France, qui s’oppose à la congestion dans sa baie et s’inquiète de l’arrivée potentielle d’une plateforme comme L’île de Canua.

Les maires des communes côtières devraient pouvoir réguler le trafic maritime devant leur territoire, a déclaré ce jeudi David Lisnard, maire des Républicains de Cannes et président de l’influente Association des maires de France (AMF). Ces eaux relèvent de la compétence de l’État, mais l’édile de Cannes réclame depuis dix ans d’avoir son mot à dire sur la circulation des navires et des structures touristiques.

Il cible en priorité les bateaux de croisière qui bouchent la vue en été, mais aussi les plateformes de loisirs qui « créer une concurrence déloyale » par rapport aux baigneurs et aux restaurants soumis aux taxes et aux règles municipales.

Le projet de plage flottante de l’île Canua, qui devait voir le jour en 2023 au large de Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes), commune limitrophe de Cannes, suscite ainsi la polémique. Interdit l’an dernier, il a gagné son procès en justice à l’automne et ses promoteurs s’apprêtent à lancer leur trimaran géant avec piscine, restaurant et transats pour la saison estivale.

charte

Depuis 2019, David Lisnard a imposé aux croisiéristes une charte dans laquelle ils s’engagent à limiter la teneur en soufre de leur carburant à 0,1% afin de débarquer leurs passagers à Cannes et a obtenu un arrêté de la préfecture réglementant le mouillage des bateaux de 24 mètres ou plus. pour protéger les herbiers de Posidonie. « Mais il faut aller plus loin pour protéger notre baie et nous ne pouvons plus supporter cet excès de paquebots et de bateaux commerciaux. Pour que cela se produise, le droit français doit évoluer.il a insisté.

L’hostilité grandit à l’égard du secteur des croisières, Source de revenus importants pour les villes étape mais jugée néfaste pour la santé des riverains et l’environnement. Ces dernières années, Venise et Amsterdam ont banni les géants des mers de leurs centres-villes. En mars, une quinzaine de groupes européens se sont réunis à Marseille pour réclamer une réduction radicale des croisières.

Et AtmoSud, l’observatoire régional de la qualité de l’air, a annoncé mercredi que si la pollution atmosphérique est sur une tendance à la baisse depuis dix ans en Provence-Alpes-Côte d’Azur, les émissions de dioxyde d’azote dues au transport maritime avaient augmenté depuis 2019. Selon le premier Selon un rapport de l’Etat présenté en février, 1 700 escales de navires de croisière ont été recensées en 2023 dans les ports français de la Méditerranée, dont 622 à Marseille, 196 à Ajaccio et 160 à Cannes.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT l’essence et le diesel plus chers aujourd’hui