la grande désillusion des jeunes ostéopathes

la grande désillusion des jeunes ostéopathes
la grande désillusion des jeunes ostéopathes
En 2024, la France comptera environ 27 000 ostéopathes exclusifs, contre 5 300 en 2010.
MANUEL – stock.adobe.com

ENQUÊTE – En un peu plus de dix ans, le nombre d’ostéopathes a quintuplé en France. Incapables d’en vivre, de plus en plus de jeunes professionnels sont contraints d’arrêter de travailler. Une concurrence féroce qui pèse aussi sur la sécurité des patients.

Lorsque Laura* a obtenu son diplôme d’ostéopathie en 2016, elle n’avait aucune idée de ce qui l’attendait. « En trois ans de travail dans une grande ville française, j’ai dû me payer une fois le Smic, le reste du temps j’étais toujours en dessous. Ces études étaient une perte d’argent, de temps et d’énergie. », regrette-t-elle. De son côté, Guillaume*, la trentaine, a conservé pendant deux ans sa pratique en banlieue d’une métropole, avant de jeter l’éponge. « Durant cette période, je ne gagnais aucun revenu, mes parents m’aidaient à vivre. A la fin de ma deuxième année de pratique, je n’arrivais à générer que 300 euros de revenus mensuels alors que j’étais disponible de 6h à 21h. »Lâcha-t-il, dégoûté.

Comme eux, au moins 3 000 ostéopathes désabusés ont mis la clé sous la porte ces dernières années faute de pouvoir gagner leur vie, selon Ostéopathes de France, principale organisation du secteur. Cette réalité, les 31 écoles…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous en reste 91% à découvrir.

Voulez-vous en savoir plus?

Débloquez tous les objets immédiatement.

Déjà inscrit? Se connecter

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Nikki Haley annonce qu’elle votera pour Donald Trump
NEXT la préfecture réunit un comité de suivi pour fixer les aides