« Vous nous avez coûté trop cher ! » le club orléanais va disparaître, les joueurs en colère

« Vous nous avez coûté trop cher ! » le club orléanais va disparaître, les joueurs en colère
« Vous nous avez coûté trop cher ! » le club orléanais va disparaître, les joueurs en colère

Alors que le président orléanais Cyril Courtin a annoncé qu’il abandonnerait l’équipe féminine, qui venait de rester en D2, les joueuses ont exprimé leur mécontentement ce dimanche lors du dernier match de la saison.

Ce dimanche face à Strasbourg (0-0), l’équipe féminine de l’US Orléans aurait pu disputer le dernier match de son histoire. 7èmes de la saison, les Orléanaises restaient en D2 féminine. Mais pourtant, le club est sur le point de supprimer la section féminine pour des raisons économiques. Nouveau président du club depuis avril, Cyril Courtin souhaite favoriser le développement de l’équipe masculine avec comme point d’orgue la montée en Ligue 2.

« Pour des raisons économiques, non, nous ne reviendrons pas en D2 la saison prochaine. Vous nous coûtez trop cher et vous ne rapportez rien», a déclaré le président aux joueurs et au staff, cité par Footeuses.

Des conditions précaires toute la saison

Avec un budget déjà limité (environ 500 000 euros), les femmes étaient déjà impactées par une situation économique précaire (pas de kiné, pas d’entraîneur des gardiens à plein temps, un pique-nique apporté par elles-mêmes).

« Le club salue l’évolution positive du football féminin et sa professionnalisation à partir du 1er juillet 2024. […] mais les prérogatives du cahier des charges provisoire de la future Licence Club Féminine ne sont aujourd’hui pas compatibles avec les possibilités budgétaires d’un club National comme l’US Orléans. L’USO ne peut malheureusement pas supporter les charges financières de deux clubs professionnels, masculin et féminin», a expliqué le club ce dimanche dans un communiqué.

Ce dimanche après-midi, les joueurs ont exprimé leur colère lors de la réception des champions de D2 au stade de la Source. Insigne caché par du scotch et main sur bouche, les Orléanaises ont volontairement mis le ballon en touche dès la première minute pour respecter une minute de silence.

A la fin de la rencontre, les joueurs ont pris la parole pour exprimer leur colère face à la situation. «C’est notre travail. Bien plus qu’une passion, c’est notre métier. J’aimerais qu’il (Cyril Courtin) l’entende. Sportivement, nous avons tenu le rythme. Nous avons fait le travail. Le coach, les joueurs, nous avons fait le travail. Nous n’avons rien à nous reprocher. Ce qui se passe est très grave.

Meilleurs articles

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Stade Rennais. Un passage en douceur devant la DNCG
NEXT 24 Heures du Mans : le record de fréquentation de l’édition centenaire sera-t-il battu ?