Paris 2024. Athlètes et étudiants de haut niveau, comment ils visent la « performance » à l’université et aux JO

Paris 2024. Athlètes et étudiants de haut niveau, comment ils visent la « performance » à l’université et aux JO
Paris 2024. Athlètes et étudiants de haut niveau, comment ils visent la « performance » à l’université et aux JO

Parallèlement à leur carrière sportive, de nombreux athlètes de haut niveau poursuivent des études supérieures. Un double itinéraire exigeant, que beaucoup choisissent d’entreprendre dans les Alpes. De nombreux établissements proposent des formations sur mesure, comme l’Université de Grenoble, première université de France pour accueillir des sportifs de haut niveau.

Capucine Viglione vient de battre le record de France en escalade de vitesse lors des qualifications olympiques de Shanghai. Son objectif : décrocher une place aux Jeux de Paris cet été. A seulement 21 ans, elle est confrontée à un double défi sportif et étudiant.

La jeune femme a intégré il y a deux ans la prestigieuse école de management de Grenoble (GEM). « Notre année est divisée en trois trimestres. Mes deux premiers trimestres, je les ai fait normalement et le troisième, c’est un peu ajusté avec les compétitions que j’ai en ce moment qui me prennent beaucoup en tête”sourit l’athlète.

Pour obtenir son master, Capucine Viglione suit un programme de cinq ans, généralement réalisé en trois ans par des étudiants non sportifs. “J’ai toujours voulu étudier après le baccalauréat”confie la jeune femme. En parallèle, elle doit encore passer les sélections pour les JO.

>>

Capucine Viglione, qui vient de battre le record de France d’escalade de vitesse, espère se qualifier pour les Jeux de Paris.

© Dominique Semet – France Télévisions

Un rythme de vie effréné, qui demande une grande indépendance. « Cela demande beaucoup de choses. Il faut savoir s’organiser, être assidu car l’enseignement à distance est différent. C’est comme dans le sport, rechercher la performance dans les études est un objectif. Capucine Viglione suit ses cours à distance, dans une classe de sportifs de haut niveau.

>
>

Les étudiants en sport de haut niveau de GEM suivent la plupart de leurs cours à distance.

© Dominique Semet – France Télévisions

« Je trouve ça passionnant car c’est un lien particulier qu’on a avec les étudiants» partage Laure Prenat-Experton, professeur de finance d’entreprise à GEM. Ce sont des étudiants qui ont généralement beaucoup à dire, qui ont quand même des cours intéressants. C’est un public de rêve pour un enseignant !

Une trentaine d’étudiants athlètes de haut niveau concourent pour les Jeux de Paris. Une fierté pour l’établissement. « Nous savons que les sportifs développeront des compétences spécifiques en termes de savoir-être : questions d’engagement, de détermination, d’organisation, de travail en équipe… Il faut aussi pouvoir leur transmettre une richesse de connaissances »détails Agnès Angelier, responsable du programme institut et management au GEM.

L’Université Grenoble Alpes (UGA) propose également des cours adaptés aux jeunes sportifs. Parmi les étudiants sélectionnés pour les Olympiades, Fayçal Sawadogo. Il défendra les couleurs du Burkina Faso, son pays natal, lors des épreuves de taekwondo. Depuis quatre ans, il étudie l’éco-gestion à l’UGA, avec un planning sur mesure. « Le programme que l’UGA proposait aux sportifs de haut niveau m’a beaucoup séduit car il s’adapte à mon parcours professionnel.

>Né au Burkina Faso, Faysal Sawadogo prépare les Jeux olympiques de Nuremberg, parallèlement à ses études à l'UGA.
>

Né au Burkina Faso, Faysal Sawadogo prépare les Jeux olympiques de Nuremberg, parallèlement à ses études à l’UGA.

© Faysal Sawadogo

Une stratégie payante, puisque l’Université de Grenoble a réussi à obtenir 29 médailles, tous sports confondus, depuis les Jeux de Sotchi (Corée) en 2014. “Nous avons représenté un quart de l’équipe de France et un tiers des médailles de l’équipe de France avec nos élèves diplômés il y a deux ans”dire Philippe Giroud, directeur du service aux personnes ayant des besoins spécifiques à l’UGA.

Comme Margaux Nicollin, lanceuse de javelot ou Bastien Auzeil, décathlète, ils sont plus de 600 à étudier à l’UGA, première université de France accueillant des sportifs de haut niveau.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV ENTRETIEN. Kylian Mbappé décrit ses coéquipiers en attaque, Didier Deschamps… et lui-même (3/3)
NEXT Une pole qui souligne les progrès de Porsche depuis un an selon Kévin Estre