Julian Alaphilippe met fin à sa disette en remportant la 12e étape du Giro

Julian Alaphilippe met fin à sa disette en remportant la 12e étape du Giro
Julian Alaphilippe met fin à sa disette en remportant la 12e étape du Giro

Il avait tenté sa chance à de nombreuses reprises lors de la première semaine du Tour d’Italie, si désireux de goûter à nouveau à la victoire après presque un an de disette, depuis l’étape de la Chaise-Dieu dans le Critérium du Dauphiné 2023, mais aussi après un début sombre de la saison, et jeudi, à l’occasion de la 12e étape du Tour d’Italie, ce fut la bonne pour Julian Alaphilippe. Le puncheur français s’est imposé à Fano avec une trentaine de secondes d’avance sur Jhonathan Narvaez et Quinten Hermans au terme d’une performance de haut vol.

Alaphilippe, qui découvre le Giro cette année, s’est élancé seul à 11,5 km de l’arrivée, au pied de la colline du Monte Giove, où il avait laissé son compagnon d’échappée Mirco Maestri (Polti-Kometa). Mais l’aventure avait commencé bien plus tôt. Le double champion du monde a attaqué à près de 140 km de l’arrivée, dès que la première montée de cette étape crantée s’est présentée.

Un groupe important d’assaillants, près d’une quarantaine d’unités, s’est alors précipité avec lui. Une dizaine de kilomètres plus loin, le puncheur de Soudal Quick-Step a insisté, accompagné de Maestri. Alaphilippe s’est montré le plus aérien sur les côtes, mais il ne s’est pas débarrassé de son ami italien, trop précieux pour collaborer sur les parties plus plates.

Vainqueur des trois grands Tours

Derrière le couple de fugitifs, un groupe important poursuivait la poursuite, mais elle allait se séparer à 90 km du terme, sous l’effet de la désorganisation et des difficultés rencontrées. Les neuf plus forts, sans Ewen Costiou (Arkea-B&B), éjecté sur problème mécanique, se distinguaient alors : Jhonatan Narvaez (Ineos), Benjamin Thomas (Cofidis), Dion Smith (Intermarché), Cristian Scaroni (Astana), Matteo Trentin (Tudor), Michael Valgren (EF), Quinten Hermans (Alpecin), Gijs Leemreize (DSM) et Simon Clarke (Israël).

A 30 kilomètres de l’arrivée, le duo Alaphilippe-Maestri possédait encore 1’20” d’avance, un écart qui tombera à moins d’une minute 10 km plus loin grâce à une portion de plat. Au pied de la dernière difficulté, le Français conservait 45 secondes d’avance et résistait aussi bien au rythme de Valgren qu’à l’accélération du duo Narvaez-Hermans. Une maîtrise parfaite qui permet à Alaphilippe de rejoindre le cercle des vainqueurs d’étapes sur les trois grands Tours.

Le peloton du Maillot Rose Tadej Pogacar s’est présenté sur la ligne avec près de cinq minutes de retard, certes très maigre, mais sans casse dans le top 10 du classement général, même si le Bahreïn d’Antonio Tiberi avait tenté de faire trembler la ruche à 20 km de la finition et créez un trait de bordure.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV périphérique bloqué, gaz lacrymogènes, nouvelle soirée de manifestation de soutien à la Palestine à Paris
NEXT L’entraîneur de David Goffin très fier de sa combativité face à Mpetshi Perricard à Roland-Garros : “Beaucoup d’émotion”