la vague marseillaise prête à choquer Bergame ! – .

la vague marseillaise prête à choquer Bergame ! – .
la vague marseillaise prête à choquer Bergame ! – .

Après le nouvel échec du Paris Saint-Germain en Ligue des Champions avec cette élimination en demi-finale face au Borussia Dortmund, le football français place son ultime espoir européen entre les mains de l’Olympique de Marseille, toujours en lice pour empocher un ticket pour la grande finale de la Ligue Europa. En effet, les Phocéens, qui avaient dû se contenter du match nul (1-1) à l’aller au Vélodrome, devront réaliser un bel exploit face à l’Atalanta ce jeudi sur la pelouse du stade Atleti Azzurri. Italie – Stade Gewiss pour le match retour. Contrairement à l’affiche contre Benfica où se jouait le match retour de ce quart-temps à domicile, les supporters de l’OM auront la difficile mission de porter les couleurs d’une ville et la voix d’un peuple lombard, alors que ce déplacement en Italie était un véritable voyage vers organiser avec un parking limité qui a déjà littéralement secoué la ville de Bergame depuis le match aller. Tous les médias italiens se sont félicités de la ferveur populaire et de l’ambiance électrique qui régnait au Vélodrome.

Le reste après cette annonce

A l’unanimité, les journalistes italiens ont été choqués par l’enceinte marseillaise, lors du premier tour de la double confrontation, au point où les supporters marseillais sont devenus un paramètre à ne pas négliger pour les joueurs de Gian Piero Gasperini. Pourtant, l’Italie est un pays où le football est élevé au rang d’art et où les tifosi et autres groupes ultras ont un véritable rôle prépondérant dans la culture et la société. La Gazzetta du Sport a écrit: « Je ne sais pas combien de stades en Europe ont une ambiance qui se rapproche même de celle du Vélodrome : pour gagner ici, dans une telle ambiance, on a le sentiment qu’il faut un véritable exploit. Anfield ressemble à une bibliothèque en comparaison ». Corriere della Sera a ajouté que « Pendant tout le match, le stade a tremblé. Les deux tours se répondent dans un jeu sans égal. La Dea a dû faire face à l’effet Vélodrome, unique en Europe ». La République avait poursuivi une analyse similaire, affirmant « L’Atalanta était plus forte que l’OM, ​​mais le Vélodrome est un conteneur de bruit brisé car chaque secteur du stade le supporte à sa manière. Le résultat est un rugissement incroyable qui ne s’arrête jamais..

Lire
Atalanta Bergame – OM : suivez l’avant-match en direct !

Parking limité, mais en feu

Dans un stade en construction réduit à 15.000 places, seules 750 places seront disponibles sur le parking extérieur du Gewiss Stadium. Un nombre très limité, surtout pour l’un des clubs les plus populaires de France qui a pour habitude de faire de grands déplacements impressionnants. Mais cette exception n’a pas effrayé les Marseillais arrivés en Lombardie avec une grande motivation : « Je ne pense pas que le nombre de supporters dans un parc ait une quelconque influence sur le fait que le stade puisse être incendié ou non. Il faut apprécier la chance de faire partie des 750 supporters qui seront là, qui suivront leur équipe en demi-finale de Coupe d’Europe, donc je pense que nous sommes tous surmotivés pour tout donner à nos joueurs. Avec cette mentalité, ça peut faire beaucoup de bruit avec 750, jusqu’à 4000 supporters endormis »nous raconte Clément qui a pris la route mercredi soir pour ne rien rater de cette grande affiche dorée.

Le reste après cette annonce

Alors que l’OM connaît une saison mouvementée, marquée par de nombreuses blessures et pas moins de quatre entraîneurs sur son banc, ce match retour face à l’Atalanta représente une occasion en or de terminer cette campagne de façon historique. Les supporters ne cachent pas leur enthousiasme pour l’un des rendez-vous les plus importants de ces dernières années : « Je reste confiant pour ce match retour. Nous avons fait un match solide à l’aller, nous avons mérité la victoire. Même s’il ne nous reste que 4 victoires en TCC à l’extérieur cette saison, je sens que l’OM peut renverser Bergame et remporter cette finale. L’Europe est dans l’ADN de l’OM, ​​contrairement à notre adversaire et ça peut faire la différence. C’est clairement l’un des matchs les plus importants de l’histoire de l’OM, cela fait des années que nous manquons de titres, nous sommes à 90 minutes d’une finale européenne, l’enjeu est immense et nous espérons que les joueurs en sont bien conscients. », explique Clément, supporter de l’OM et membre d’une des associations présentes à Bergame cette semaine. Mais comment choisir ces Lucky 750 ? C’était toute la grande question à laquelle il fallait répondre.

Une organisation minutieuse

Un véritable casse-tête s’est imposé à tous les groupes de supporters qui ont été contraints de rejeter de nombreuses demandes. Enfin, les 750 places seront réparties entre les noyaux des différentes associations, dont certaines ont rencontré quelques problèmes avec la règle imposée par les Italiens sur les billets nominatifs : « La grosse contrainte est venue des autorités italiennes qui imposent des billets nominatifs. Nous avons donc été contraints de fournir nos informations personnelles. Tout cela a perturbé notre organisation, en effet lorsqu’il y a des retraits, nous mettons en place un système de file d’attente. C’est ce qui s’est produit ici, mais les autorités italiennes ont refusé de modifier les billets. On s’est donc retrouvé avec une personne en moins dans le J9 (minibus de marque Peugeot, ndlr) et avec un siège supplémentaire. A part ça, je ne me souviens pas de difficultés particulières par rapport à d’habitude », nous assure un membre du conseil d’administration qui a tenu à rester anonyme. Le système de billets nominatifs avait déjà contrarié les supporters du FC Nantes la saison dernière, alors qu’ils se rendaient à Turin pour le match contre la Juventus en Ligue Europa.

Le reste après cette annonce

La ville de Bergame a organisé mercredi une nouvelle réunion pour établir une procédure officielle. Ainsi, les groupes marseillais seront rassemblés sur la Piazzale Alpini, où la police sera présente pour surveiller la situation, avant que des navettes ne soient mises à disposition pour emmener en toute sécurité les supporters français jusqu’au stade Gewiss. Une ferveur que promettent les Marseillais qui seront là : « Je ne pense pas qu’on « établisse » une ferveur. La ferveur ne s’organise pas, vous l’avez ou vous ne l’avez pas. Vous y aurez 750 personnes motivées. Tout le monde aura conscience de la chance qu’il a d’être là, ce seront des animaux surexcités dans cette cage. Nous avons un jeune membre de l’association qui remplace celui qui s’est retiré, en l’absence de changement de nom sur le billet, il restera sûrement en J9 ou il ira dans un bar voir le match avec un local qu’on connaît. Tant qu’il peut tenir dans la cour. Les difficultés d’organisation étaient principalement liées à la forte demande de places dans la section (30) et au nombre de places qui nous étaient attribuées (9) », a conclu ce supporter marseillais de cette association qui a participé à la logistique et à l’organisation de ce voyage en Italie. Impressionnée au Vélodrome, l’Italie pourrait être surprise à domicile lors du match retour.

Les autorités italiennes en alerte

Derrière cette ferveur marseillaise se cache une intense préparation de la part de la municipalité de Bergame. Malgré le faible nombre de billets mis à disposition pour l’OM, ​​la ville de Bergame attend plus d’un millier de supporters marseillais dans ses rues jeudi. En raison d’une réputation assez négative de l’autre côté du Mont Blanc, les mesures de sécurité seront strictes. La présence policière avait déjà été considérablement renforcée mercredi dans les endroits les plus à risque comme autour de la gare et dans le très populaire quartier médiéval fortifié de Città Alta. Mercredi après-midi, la présence de supporters dans la ville était encore assez faible, malgré quelques maillots de l’OM dans la Città Alta, mais pas de groupes ultra. La majorité des associations marseillaises ont pris la route dans la nuit de mercredi à jeudi pour arriver à Bergame dans la matinée. Parmi les précautions, la municipalité de Bergame a renouvelé l’ordonnance anti-alcool habituelle : du jeudi 9 heures au vendredi 6 heures du matin dans les zones situées comme le stade Gewiss, le Centro Piacentiniano et le Centro storico di Città Alta, la vente de boissons alcoolisées au-dessus de 5 degrés est interdit dans les conteneurs ou les canettes, y compris dans les supermarchés et les distributeurs automatiques.

Le reste après cette annonce

La consommation de boissons alcoolisées est néanmoins autorisée dans les restaurants « à condition qu’elle ait lieu en même temps que la consommation immédiate de la nourriture et uniquement dans les locaux servant à la servir ou dans les zones régulièrement autorisées ». Présent à Bergame, Mercato à pied » ont interrogé les carabiniers déployés dans les rues : « Depuis plus de 15 ans dans la police de Bergame, j’ai rarement préparé autant par semaine un match de football. Nous avons eu beaucoup de réunions ces dernières semaines et nous avons activé le système bien plus tôt que prévu. La France a une semaine particulière avec des jours fériés donc nous avons voulu anticiper. Nous ne sommes pas là pour jouer aux mauvais arbitres, nous connaissons l’importance du football, mais nous voulons d’abord calmer le jeu avec les Marseillais et éviter que la fête soit gâchée., explique Tommaso, policier de Bergame et supporter de l’Atalanta. En tout cas, les supporters ont de quoi répondre puisque le journal local L’Eco de Bergame distribué plus de 20 000 drapeaux bleus et noirs créés le club et l’aéroport, afin que les habitants puissent décorer les balcons des maisons. Une manière de faire ressentir à l’équipe la proximité d’une ville entière. Une manière de sceller ce lien indissoluble qui existe entre Atalanta et ses habitants. Faire une équipe qui ravit et rêve de voler encore plus loin sur les ailes de l’enthousiasme.

Pub. LE 09/05/2024 14h17
Mise à jour 09/05/2024 17h50

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV «Je ne sais toujours pas ce que l’avenir me réserve» – .
NEXT mais qui sont ces gars ? Quand trois toulousains inconnus battent le Stade Français de Dominguez