Le parrain d’Hollywood, Francis Ford Coppola est arrivé à Cannes pour “Megalopolis” – 16/05/2024 à 19h26 – .

Le parrain d’Hollywood, Francis Ford Coppola est arrivé à Cannes pour “Megalopolis” – 16/05/2024 à 19h26 – .
Le parrain d’Hollywood, Francis Ford Coppola est arrivé à Cannes pour “Megalopolis” – 16/05/2024 à 19h26 – .

Francis Ford Coppola, centre, le 16 mai 2024, à Cannes, dans les Alpes-Maritimes (AFP/Valery HACHE)

Chapeau de paille et smoking blanc, Francis Ford Coppola a foulé le tapis rouge jeudi pour la présentation de “Mégalopolis”, le moment le plus attendu du Festival de Cannes, dont rêvait le légendaire réalisateur depuis quatre décennies.

Doyen du concours à 85 ans, le réalisateur de « Le Parrain », « Apocalypse Now » et « Conversation secrète » est en lice pour une troisième Palme d’or, qui serait historique.

Il a gravi les marches au bras de sa petite-fille Romy Mars, fille de la cinéaste Sofia Coppola, après avoir posé sur le tapis rouge sur la musique de “Le Parrain”, accompagné de ses acteurs Adam Driver, Giancarlo Esposito, Jon Voight, Shia Labeouf, Laurence Fishburne, Aubrey Plaza ou encore Talia Shire, sa sœur.

Il a reçu une ovation de cinq minutes au Palais des Festivals, avant que les lumières ne s’éteignent.

Le plus grand secret est gardé jusqu’à la fin de la projection officielle, à 21h30, sur son film, extraordinaire et au goût testamentaire dans lequel Coppola a englouti une partie de sa fortune.

Doté d’un budget de 120 millions de dollars, ce film sur la destruction d’une ville rappelant New York couve dans son esprit depuis plus de quarante ans. Coppola a abandonné le projet suite aux attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, avant de le reprendre.

« Quand un empire meurt-il ? Est-ce qu’il s’effondre dans un moment terrible ? demande la voix off dans la bande-annonce.

Francis Ford Coppola, à gauche, avec sa petite-fille Romy Mars, à droite, le 16 mai 2024, à Cannes, dans les Alpes-Maritimes (AFP / CHRISTOPHE SIMON)

Présenté sous la forme d’un film de science-fiction de 02:18, projeté sur un écran IMAX, « Megalopolis » tourne autour de la destruction d’une mégalopole et de sa reconstruction qui se joue entre un architecte (Adam Driver) et le maire de la ville (Giancarlo Esposito).

C’est un film sur “un homme qui a une vision du futur” et parle du “conflit” entre cette vision et les “traditions du passé”, confiait Coppola en 2019, au Festival Lumière où il était distingué. “Je dirais que c’est mon film le plus ambitieux, encore plus ambitieux qu’Apocalypse Now.”

De quoi faire saliver les cinéphiles du monde entier aussi passionnés par ses films que par ses tournages épiques, à commencer par celui d'”Apocalypse Now”, prévu pour durer quelques semaines et qui a finalement duré 238 jours.

À cela s’ajoutent les crises de paranoïa de Coppola, un toxicomane, qui a perdu une quarantaine de kilos et a dû hypothéquer ses biens pour financer le film. Le budget, initialement de 13 millions de dollars, va passer à 30 millions, le mettant au bord de la ruine.

– « Casse-cou » –

“Coppola est une tête brûlée”, rappelle Tim Gray, un vétéran du journalisme cinématographique aux Etats-Unis qui travaille désormais pour l’organisation des Golden Globes. Il « a toujours pris des risques énormes. Et son parcours a défié toute logique», confiait-il récemment à l’AFP.

Francis Ford Coppola et l’équipe de son film posent sur le tapis rouge, le 16 mai 2024, à Cannes, dans les Alpes-Maritimes (AFP/Antonin THUILLIER)

Le géant du cinéma avait aussi évoqué le souhait de filmer une histoire d’amour “avant de partir”. C’est chose faite avec le couple formé par Adam Driver et Nathalie Emmanuel (« Game of Thrones ») dans « Megalopolis ».

« Tout le monde espérait que Francis Ford Coppola continuerait à faire des films. Nous savions qu’il avait décidé de faire ce film et de le financer avec son propre argent», a déclaré lundi avant le coup d’Etat Thierry Frémaux, le délégué général de Cannes. du Festival.

« Je trouve admirable que cet homme de 85 ans se comporte comme un cinéaste indépendant, comme un artiste qui veut venir montrer son travail. Cannes est important pour lui et il est important pour Cannes.

Film testament brillant ou travail lent et disproportionné ? - fait ses pronostics et a publié des témoignages de membres de la production décrivant un tournage chaotique.

Le réalisateur de la trilogie “Le Parrain” n’avait pas réalisé de long métrage depuis “Twixt”, sorti en 2011, et semblait s’adonner à son autre passion, le vin, lui qui possède de nombreuses vignes.

C’était sans compter ce projet qu’il a dédié à son épouse Eleanor, décédée le 12 avril, avec laquelle il a été marié pendant soixante ans.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Kevin Spacey boycotté par la fille de Frank Sinatra
NEXT Dans ses mémoires, Adriana Karembeu raconte les violences qu’elle a subies de la part de son père