Qu’arrive-t-il biochimiquement au cerveau lorsque nous ressentons de l’anxiété

L’anxiété c’est un état émotionnel qui agit comme réponse biologique Et psychologique essentiel pour stresser, préparant l’individu à faire face aux menaces et aux situations incertaines. Cette réponse d’alerte peut se manifester par rythme cardiaque augmenté, augmentation de la tension artérielle, pupilles dilatées et vigilance accrue, autant de réactions essentielles pour une réponse rapide au danger. Cependant, cela peut aussi devenir dysfonctionnel et conduisent à des troubles anxieux, notamment lorsque les comportements d’évitement limitent excessivement l’exposition à des situations perçues comme à risque. Dans la vie moderne, composée de nombreux stimuli forts, le système d’alerte est souvent activé de manière excessive et peut être à l’origine de stress chronique et les troubles anxieux.

Origine et fonctions de l’anxiété

L’anxiété prend différentes formes les fonctions crucial, tant d’un point de vue évolutif qu’en termes d’adaptation individuelle. Il agit comme un mécanisme d’avertissement qui prépare l’individu à répondre menaces potentielles ou situations d’incertitude. Cet état d’alerte se manifeste par différents signaux, comme un rythme cardiaque augmenté cardiaque, une plus grande vigilance et la préparation de réflexestous visant à améliorer la capacité de réaction au danger.

Sur le plan comportemental, l’anxiété contribue à éviter des situations qui peuvent être perçues comme menaçantes. Ce comportement d’évitement, bien qu’il puisse limiter l’exposition à des risques réels, peut devenir dysfonctionnel s’ils sont excessivement limitants, comme dans le cas des personnes souffrant de troubles anxieux ou de phobies sévères.

En ce sens le théorie polyvagaleformulé par Stephen Porges, suggère comment, dans la société moderne, Système d’alarme et souvent excessivement activé en raison d’un stress chronique et d’une exposition constante à des stimuli potentiellement menaçants (travail, pressions sociales ou simples stimuli urbains tels que la circulation et la foule).

Ce hyperactivation peut conduire à un déréglementation du système nerveux autonome, ce qui rend plus difficile au système vagal ventral de favoriser des états de calme et de sécurité, tandis que le système sympathique reste excessivement actif (combat-fuite). En conséquence, de nombreuses personnes peuvent se retrouver dans un état de anxiété chronique tu détestes hypervigilance sans véritable solution ni issue de secours, car la menace n’est pas aussi tangible ou immédiate que les dangers physiques qu’ont pu rencontrer nos ancêtres.

L’anxiété d’un point de vue neurobiologique : les neurotransmetteurs impliqués

D’un point de vue neurobiologique, l’anxiété se manifeste à travers un réseau complexe de réactions chimiques dans le cerveau, au centre duquel on retrouve neurotransmetteurs, des produits chimiques qui permettent la communication entre les neurones. Les principaux acteurs de ce scénario sont les GABA (acide gamma-aminobutyrique), glutamateLE sérotonine et le norépinéphrine.

Le GABA, principal neurotransmetteur inhibiteur du système nerveux central, joue un rôle clé dans la régulation de l’anxiété. De faibles niveaux de GABA sont associés à une activité neuronale accrue, ce qui peut entraîner de l’anxiété. Au contraire, le glutamate, le principal neurotransmetteur excitateur, lorsqu’il est en excès, peut aggraver les réponses anxieuses.

La sérotonine, souvent associée à la régulation de l’humeur, joue également un rôle important dans la modulation de l’anxiété. De faibles niveaux de sérotonine sont liés à une plus grande susceptibilité à l’anxiété, c’est pourquoi de nombreux traitements anti-anxiété visent à augmenter ses niveaux. La noradrénaline, impliquée dans les réactions de « combat ou de fuite », régule l’attention et l’éveil ; son déséquilibre peut donc contribuer aux troubles anxieux.

Hormones et régions cérébrales : les autres protagonistes

En plus des neurotransmetteurs, des hormones telles que cortisol, libérés en réponse au stress, jouent un rôle crucial dans l’anxiété. Le cortisol mobilise ressources énergétiques du corps pendant les périodes de stress, augmentant ainsi gluconéogenèse (production de glucose) dans le foie et réduisant l’utilisation du glucose par d’autres cellules. Ce fournit de l’énergie disponible immédiatement sur cerveau et avoir musclespréparer le corps à une réponse rapide et efficace aux menaces potentielles, un mécanisme essentiel à la survie.

Le cortisol a un effet immunosuppresseur, réduisant l’inflammation et limitant la réponse immunitaire. Même si cela peut paraître contre-productif, cela remplit son objectif. prévenir une réaction immunitaire excessive et des lésions tissulaires en période de stress aigu. Cependant, des niveaux de cortisol chroniquement élevés peuvent affaiblir le système immunitaire, augmentant la vulnérabilité aux infections et aux maladies, ce qui peut expliquer le une plus grande vulnérabilité organique typique de somatisation chez ceux qui souffrent d’anxiété.

>>>>

Le cortisol peut donc être considéré comme un indicateur biologique de l’état de stress de l’organisme. Des niveaux élevés de cortisol sont souvent associés à l’anxiété et aux troubles associés. Lorsque le cortisol reste élevé trop longtemps, il peut contribuer à un état de anxiété chroniqueconduisant à un trouble d’anxiété généralisée ou à d’autres troubles liés au stress.

Enfin, le cortisol altère certaines zones cérébrales importantes. L’amygdaleen particulier, est central dans l’évaluation des menaces et dans la génération de la réponse de peur, tandis que lehippocampe il est impliqué dans la formation de la mémoire, y compris les souvenirs liés à des expériences anxiogènes. Des niveaux élevés de cortisol entraînent sensibilité excessive de l’amygdalequi peuvent être corrélées à des états d’alerte fréquents.

En quête d’équilibre : soins et thérapies

Comprendre les mécanismes biochimiques de l’anxiété est essentiel pour développer des traitements efficaces. LE approches pharmacologiques Je suis actuellement inclus benzodiazépinesqui augmentent l’efficacité du GABA et des ISRS (inhibiteur sélectif du recaptage de la sérotonine), qui augmentent les niveaux de sérotonine dans le cerveau. L’efficacité de la composante pharmacologique est d’autant plus accentuée qu’elle s’accompagne de cours de psychothérapie ciblées : la thérapie cognitivo-comportementale en fait partie, dont l’objectif est changer les modes de pensée et de comportement qui contribuent à l’anxiété; ou même un Approche stratégiqueaxé sur l’identification des conditions réelles et contingentes pour éviter et gérer les déclencheurs induisant de l’anxiété.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Poutine menace toujours de fournir des armes à la Corée du Nord, les États-Unis sont très inquiets
NEXT 30 millions d’euros d’amendes au total contre Renault, Ikea ou ArcelorMittal