Mamadou Lamine Massaly démissionne de son poste de PCA et dénonce les dérives du Pouvoir – .

Mamadou Lamine Massaly démissionne de son poste de PCA et dénonce les dérives du Pouvoir – .
Mamadou Lamine Massaly démissionne de son poste de PCA et dénonce les dérives du Pouvoir – .

Mamadou Lamine Massaly a annoncé sa démission du poste de président du conseil d’administration de l’Office national de la formation professionnelle (ONFP).

Dans une déclaration poignante, il a expliqué sa décision en dénonçant ce qu’il considère comme des complots ourdis par le régime actuel aux dépens des Sénégalais. “J’ai décidé de démissionner du poste de président du conseil d’administration de l’Office national de la formation professionnelle (ONFP), pour affronter désormais les complots ourdis par le régime actuel, aux dépens des Sénégalais”, a-t-il déclaré. -a-t-il déclaré, exprimant ainsi son profond désaccord avec les pratiques politiques actuelles.

Massaly n’a pas mâché ses mots pour critiquer avec virulence la gestion du pays par le régime actuel. Il a affirmé que le Sénégal « n’est pas le titre foncier d’un groupe d’hommes de petite taille, aux idées très courtes », soulignant ainsi son opposition à ce qu’il perçoit comme une appropriation du pouvoir par une élite restreinte et égarée. Son appel est clair : il exhorte l’opposition à s’unir et à former un front commun pour lutter contre ce qu’il qualifie d’abus du gouvernement. « C’est aussi le moment pour l’opposition de former un seul bloc autour de l’essentiel, pour faire face aux erreurs de ce régime », a-t-il ajouté, appelant à la solidarité et à la concertation de l’opposition pour défendre les intérêts des citoyens sénégalais.

Son message complet à ses militants

Militants de l’UNR,
Sympatisans et sympathisantes,
Chers alliés,
Chers journalistes,
Je me suis donné le devoir de vous affronter aujourd’hui, dans un contexte marqué par l’aggravation des risques de voir le Sénégal, ce pays qui nous est si cher, qui nous a tant donné, tomber dans l’abîme.
Comme vous le savez, le 24 mars 2024, le peuple souverain a décidé de tracer une nouvelle trajectoire, en signant une troisième alternance politique et démocratique, portant au pouvoir une nouvelle équipe, cristallisant tous les espoirs, notamment ceux de la jeunesse.

Mais malheureusement, force est de constater que tous ces espoirs ont été trahis, pour la simple raison qu’au lieu d’un programme alternatif, les porteurs de ce que le pouvoir appelle pompeusement le PROJET, n’ont vendu aux Sénégalais, en particulier à la jeunesse, que de faux, purs et la simple tromperie, l’aspersion et l’hypocrisie. C’est dire en réalité, que ce PROJET n’existe que dans l’imagination fertile des vendeurs de chimères et d’illusions.
La seule arme d’un pouvoir tête vide et aux ambitions limitées est d’insulter la justice et les institutions de la République, dont l’Assemblée nationale.

Le Sénégal est certainement sur une pente descendante, comme en témoigne la situation catastrophique que vivent les vendeurs ambulants, les commerçants, les meuniers, les conducteurs de motos de Jakarta, les transporteurs et les agriculteurs qui n’ont reçu que des semences inefficaces.
Notre conviction intime et profonde est que laisser cela se produire, c’est être acteur de cette mascarade et garder le silence, c’est être complice.

C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de démissionner du poste de Président du Conseil d’Administration de l’Office National de la Formation Professionnelle (ONFP), pour affronter désormais les complots ourdis par le régime actuel, sur le dos des Sénégalais.
Je tiens également à remercier profondément le Président Macky Sall qui m’a nommé à ce poste le 30 novembre 2022.

Chers dirigeants et militants de l’UNR
L’heure de la grande mobilisation est venue, pour défendre ce pays et la République, qui risquent d’être moissonnés. Le refus du Premier ministre de se livrer à l’exercice constitutionnel de Déclaration de Politique Générale (DPG) devant la représentation nationale en est une parfaite illustration.
Mais que chacun sache que le Sénégal n’est pas le titre foncier d’un groupe d’hommes à courte vue et aux idées très courtes. C’est aussi le moment pour l’opposition de former un seul bloc autour de l’essentiel, pour faire face aux erreurs de ce régime.

Les Sénégalais ont trop laissé faire, mais nous nous dresserons contre tous les incendiaires, d’où qu’ils viennent. Aux paysans, aux djakartas, aux vendeurs ambulants, aux agents des collectivités locales, à toutes les couches sociales désabusées, je suis à votre entière disposition, pour barrer la route aux politiciens aventuriers. C’est un combat politique pour la santé publique et l’avenir de ce pays en vaut la peine.

N’est-ce pas Ousmane Sonko qui a dit ceci : « Il faut que les Sénégalais arrêtent de donner un chèque en blanc aux dirigeants. La souveraineté appartient à ceux qui la délèguent…. »
Merci pour votre attention !
Mouhamadou Lamine Massaly
Président du parti Union pour une Nouvelle République

Complétez la lecture avec ces articles :

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Contrat de Ville 2024/2030 de Saint-Etienne Métropole concerne 20% de sa population – .
NEXT La colère gronde à Eze, isolé lors de la dernière étape – .