Bannière, rivalité et chaleur pour le premier match local des Alouettes

Bannière, rivalité et chaleur pour le premier match local des Alouettes
Bannière, rivalité et chaleur pour le premier match local des Alouettes

Les joueurs et toute l’organisation des Alouettes vivront jeudi des émotions fortes qu’ils devront gérer avant le coup d’envoi de leur premier duel à domicile contre le Rouge et Noir d’Ottawa.

C’est dans un stade Percival-Molson bondé qu’ils dévoileront la bannière soulignant la huitième conquête de la Coupe Grey dans l’histoire de la franchise montréalaise.

Je pense que l’ambiance sera électrique. J’ai très hâte de vivre ce moment. Faire cela au cours de la troisième semaine du calendrier n’est pas génial. Mais ce que nous avons réalisé la saison dernière est difficile à réaliser. Je pense que les fans apprécieront cette opportunitéa reconnu le quart-arrière Cody Fajardo.

Pour Marc-Antoine Dequoy, l’événement aura une signification toute particulière.

C’est définitivement un jour spécial. C’est amusant pour enfin ramener une bannière à Montréal. C’est une première pour moi en tant que joueur plutôt que fan. La grande différence sera de ne pas se laisser emporter par les émotions car nous avons un match à jouer et une victoire à remporter.

Une citation de Marc-Antoine Dequoy, demi défensif des Alouettes de Montréal

Le discours est le même de la part de l’entraîneur-chef Jason Maas, pour qui représenter le Québec dans la Ligue canadienne de football est une immense fierté.

Cette bannière est tout pour nous. C’est pourquoi nous avons uni nos forces. Depuis mon embauche, notre objectif est de remporter une huitième Coupe Grey pour cette franchise et nos partisans.

Il ne semble pas trop se soucier de la gestion de ses émotions. Pour lui, ses protégés jouent toujours avec la même passion.

C’est sûr que la course pour entrer sur le terrain et ensuite voir cette bannière va créer un sentiment incroyable pour les gars qui étaient là l’année dernière. Pour les nouveaux arrivants, cela leur donnera ce sentiment d’appartenance.

Rouge et Noir, de sérieux rivaux

Quant au match lui-même, tous ceux à qui nous avons parlé conviennent que les Rouge et Noir d’Ottawa (1-0) sont une équipe bien améliorée. Fajardo est le premier à le reconnaître.

Nous avons commencé avec deux victoires et, au vu du calendrier du début de saison, nous savions que nous pouvions repartir avec un bilan de 0-2. Heureusement, nous sommes dans une situation optimale, mais Ottawa est une équipe avec un haut degré de confiance. Ils ont dépensé des sommes importantes pour acquérir les meilleurs joueurs. Défensivement, nous n’avons vu qu’un seul match de leur part, mais ils constituent une bien meilleure unité que la saison dernière.

Une citation de Cody Fajardo, quart-arrière des Alouettes de Montréal

Marc-Antoine Dequoy

Photo : Radio-Canada / Étienne Bruyère

Marc-Antoine Dequoy a insisté sur l’importance des matches au sein de la Division Est.

On l’a vu avec leur match contre Winnipeg. J’ai l’impression qu’aucune équipe ne peut être prise à la légère dans le football canadien, surtout pas cette année. Chaque victoire compte. Il est important d’être bien préparé et de ne pas se laisser distraire par cette bannière.”,”texte”:”C’est une très bonne équipe. On l’a vu avec leur match contre Winnipeg. J’ai l’impression qu’aucune équipe ne peut être prise à la légère dans le football canadien, surtout pas cette année. Chaque victoire compte. Il est important d’être bien préparé et de ne pas se laisser distraire par cette bannière. »}} »>C’est une très bonne équipe. On l’a vu avec leur match contre Winnipeg. J’ai l’impression qu’aucune équipe ne peut être prise à la légère dans le football canadien, surtout pas cette année. Chaque victoire compte. Il est important d’être bien préparé et de ne pas se laisser distraire par cette bannière.

Enfin de retour

Pour le receveur Reggie White, jeudi soir sera une véritable délivrance après 619 jours.

C’est le temps qui s’est écoulé depuis qu’il a disputé son dernier match sous l’uniforme des Alouettes. Depuis, l’équipe a beaucoup changé : un nouvel entraîneur, un nouveau quart-arrière et une conquête de la Coupe Grey à laquelle il n’a pas participé.

Cela a été un long processus, mais je suis reconnaissant pour le processus qui a conduit à mon rétablissement complet. Je remercie tous mes coéquipiers et ma famille qui m’ont soutenu pendant ce long voyage.

A-t-il pensé à abandonner ?

Je n’ai jamais vraiment pensé à abandonner. Il y a eu des bons et des mauvais jours où je me demandais si j’allais un jour m’en remettre. Je me suis lentement remis en forme à l’entraînement la saison dernière. J’ai retrouvé ma vitesse et la capacité de m’appuyer sur mon genou.

Une citation de Reggie White, receveur large des Alouettes de Montréal

Il a hâte de jouer devant Cody Fajardo, un quarterback en qui il a déjà confiance et en qui il apprécie l’envie de gagner et l’attitude toujours positive aussi bien sur le terrain que dans les vestiaires.

Ouvrir en mode plein écran

Reggie White Jr. n’a pas joué depuis 619 jours.

Photo : La Presse Canadienne / Nick Iwanyshyn

Chaud tu dis ?

Enfin, il y aura un invité supplémentaire jeudi. La chaleur qui envahit le Québec enveloppera le stade avec un mercure au-dessus de 32 degrés Celsius et un indice humidex proche de 40.

Il n’y a pas de place à l’improvisation dans de telles conditions. Les joueurs s’y préparent depuis plusieurs jours pour être bien hydratés et bien manger.

Jason Maas reconnaît qu’il pourrait être appelé à utiliser au maximum les 45 joueurs à sa disposition afin d’éviter les coups de chaleur et la surutilisation des principaux éléments de l’équipe.

Nous nous sommes entraînés mercredi dans ce temps chaud et humide. Nous avons surmonté cela. Ce n’est pas le genre de préparation qu’on fait à la dernière minute. Les joueurs ont suffisamment de temps pour bien se préparer et arriver au stade complètement hydratés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV brefs affrontements lors de la manifestation – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné