Pourquoi la transparence financière va diminuer en France, avec la fermeture du registre des bénéficiaires effectifs

Pourquoi la transparence financière va diminuer en France, avec la fermeture du registre des bénéficiaires effectifs
Pourquoi la transparence financière va diminuer en France, avec la fermeture du registre des bénéficiaires effectifs

Fin juillet, la France connaîtra un net recul en matière de transparence financière, avec la fermeture au public de son registre des bénéficiaires effectifs des sociétés (RBE). L’information a été confirmée à Monde par la Direction générale du Trésor (DGT), qui dépend du ministère des Finances.

Ce registre ouvert en avril 2021 permettait à tout citoyen de connaître facilement l’identité des propriétaires d’entreprises françaises – via la plateforme officielle Data.inpi.fr, ou l’un des nombreux réémetteurs spécialisés dans l’information juridique, comme Pappers, Doctrine ou Société. ninja. Longtemps réclamé par les organisations de la société civile, le RBE était considéré comme une avancée majeure en matière de transparence financière et de lutte contre la fraude et le blanchiment d’argent. En l’absence d’informations sur les bénéficiaires effectifs, des personnalités criminelles ou sanctionnées peuvent en effet facilement – ​​et légalement – ​​se cacher derrière des prête-noms ou des sociétés écrans agissant en tant que dirigeants ou actionnaires.

Certains bénéficiaires d’entreprises reprochent au registre public d’empiéter excessivement sur leur vie privée en révélant leur date de naissance et la liste de leur patrimoine. Mais depuis trois ans, c’est devenu un réflexe pour de nombreux acteurs économiques. « Le bénéficiaire est une donnée clé pour identifier qui se cache derrière une entreprise, extrêmement utile et consultée par nos utilisateurs »témoigne Pierre Fruchard, le créateur de Pappers. « Dans un monde de plus en plus complexe, il est important de savoir à qui l’on a affaireajoute Hugo Ruggieri, directeur des affaires juridiques et publiques de Doctrine. Si, par exemple, un boulanger veut vérifier que son blé ne provient pas d’intérêts russes, cela va malheureusement s’avérer très complexe. »

Une décision inévitable

Le RBE est également largement utilisé par les médias enquêtant sur la corruption et la criminalité financière. En juillet 2022, l’hebdomadaire L’Obs L’avait utilisé pour révéler qu’une soixantaine de personnalités impliquées dans des affaires de corruption ou visées par des sanctions internationales avaient investi massivement dans l’immobilier français. Le même registre avait permis aux médias d’investigation Divulgué de remettre en cause les liens d’Agnès Pannier-Runacher, alors ministre de la transition énergétique, avec la compagnie pétrolière Perenco – l’obligeant à prendre un décret pour se retirer des décisions sur cette entreprise. Le monde l’utilise régulièrement pour démasquer les conflits d’intérêts entre hommes politiques, suivre la piste de mouvements sectaires ésotériques ou d’éventuels « biens mal acquis ».

Il vous reste 64,95% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné