Mohamed Ziane fait face à un nouveau procès pour détournement de fonds

Mohamed Ziane fait face à un nouveau procès pour détournement de fonds
Mohamed Ziane fait face à un nouveau procès pour détournement de fonds
Né à Malaga, Mohamed Ziane a été ministre des Droits de l’Homme au Maroc entre 1995 et 1996 et possède la double nationalité espagnole et marocaine.

Tags: Maroc, Mohamed Ziane, ex-ministre, détournement de fonds,

L’ancien ministre et avocat marocain Mohamed Ziane, qui purge depuis novembre 2022 une peine de trois ans de prison pour onze infractions, fait face à un nouveau procès pour détournement de fonds, accusé de ne pas avoir restitué l’argent d’une campagne électorale.

Ziane, âgé de 82 ans, a été transféré ce vendredi de la prison d’Arjat I (banlieue de Rabat) à la Cour d’appel de Rabat pour assister à une séance du procès, a informé son fils et avocat, Ali Reda Ziane, à l’EFE.

Née à Malaga, Ziane a été ministre des Droits de l’Homme entre 1995 et 1996 et possède la double nationalité, espagnole et marocaine.

Selon son avocat, Ziane est accusé de ne pas avoir restitué 1 million de dirhams (environ 100 000 euros) de l’argent qui lui avait été accordé à titre de subvention à son parti, le Parti libéral marocain, pour une campagne électorale, à la suite d’une plainte. déposée par un autre avocat et membre du parti politique, Ishaq Charia.

Au cours de l’audience, a expliqué son avocat, Ziane a demandé à parler à deux reprises, une fois pour affirmer son innocence et une autre pour remettre en question les arguments du parquet contre la demande de liberté de son avocat.

Ali Reda Ziane a assuré à EFE qu’une centaine d’avocats marocains de différentes régions du pays se sont rendus au tribunal de Rabat pour soutenir son client, une circonstance reflétée dans le quotidien Lakome en montrant une photo des avocats posant en toge devant la porte du le tribunal.

Ziane a été condamné en novembre 2022 pour « insulte aux juges et aux agents publics », « donné un mauvais exemple aux enfants », « incitation à violer les mesures visant à prévenir la propagation du covid », « diffusion de fausses informations », « aide à sortir une personne ». illégalement sur le territoire national » et « adultère », entre autres accusations.

L’ex-ministre s’est montré critique à l’égard du roi Mohamed VI et Amnesty International a dénoncé dans son dernier rapport annuel sur les droits de l’homme que Ziane fait partie d’un groupe de six personnes condamnées au Maroc pour « avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d’expression ». EFE

#Maroc #MohamedZiane #exminister

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV au club de rugby, une volonté de se développer mais un bilan 2023 très contrasté – .
NEXT l’expérience de l’univers CANAL+ évolue – .