«C’est un faux pas», selon un expert

«C’est un faux pas», selon un expert
«C’est un faux pas», selon un expert

L’un des moments clés du conseil général du Parti libéral du Québec (PLQ) est le retour aux sources sur le plan économique, avec de potentielles discussions sur l’austérité. Pour un directeur des relations politiques, c’est une mauvaise décision de sa part.

• Lire aussi : Les libéraux célèbrent Philippe Couillard et souhaitent un retour à la « rigueur » budgétaire

• Lire aussi : 81 jeunes soutiennent Charles Milliard : Beauchemin confiant de trouver aussi du soutien chez les 16 à 25 ans

• Lire aussi : Trois partis, trois conseils au Québec ce week-end

«C’était bien parti pour le Parti libéral du Québec, on voyait tous les chefs réunis sous un même toit, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas vu ça de la part du PLQ», souligne Jeremy Ghio, directeur des relations. public à TACT.

“Pour moi, il y a eu un faux pas qui a été commis en fin de semaine et qui a été de ramener sur la table le spectre de l’austérité libérale”, ajoute-t-il.

Cela rappellerait de mauvais souvenirs aux Québécois des gouvernements précédents. À long terme, un tel choix pourrait nuire aux libéraux, selon M. Ghio.

Le député libéral Frédéric Beauchemin a déclaré samedi matin lors de la conférence que Québec doit embaucher davantage d’enseignants et que ce n’est pas en coupant dans les dépenses publiques que cela se fera. Selon Jeremy Ghio, il est tout à fait acceptable de critiquer la gestion des finances de la CAQ, sans nécessairement parler d’austérité.

Le directeur cite un exemple : « le parti aurait pu, par exemple, prétendre qu’il n’aurait pas envoyé de chèques de 600 $ et qu’il n’aurait pas réduit les impôts ».

Cette position pour les libéraux, qui se proclament « le seul parti de l’économie », aurait peut-être été plus profitable que de faire revenir le spectre de l’austérité libérale qui les a secoués lors des élections de 2018, selon lui.

Une course à la direction de plus en plus intéressante

Si le PLQ a choisi de « prolonger la sauce » de la course à la direction du PLQ jusqu’en janvier 2025, le directeur doit voir que c’est finalement une bonne décision.

Au moment d’écrire ces lignes, cinq candidats avaient manifesté leur intérêt : Frédéric Beauchemin, Karl Blackburn, Denis Coderre, Charles Millard et Antoine Tardif.

Capture d’écran, LCN

L’aile jeunesse du PLQ apporterait son soutien à Charles Millard.

La course débutera en janvier 2025, mais les concurrents auront jusqu’en avril pour déposer leur candidature. Le choix du prochain leader aura lieu en juin 2025.

Regardez l’interview complète dans la vidéo ci-dessus.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Conseiller | Substances | Emplois – .
NEXT Transat Distribution Canada invite 50 conseillers méritants dans le sud de la France