LES NOUVEAUX BACHELS RETOURNENT AU TRAVAIL PRIVÉ

LES NOUVEAUX BACHELS RETOURNENT AU TRAVAIL PRIVÉ
LES NOUVEAUX BACHELS RETOURNENT AU TRAVAIL PRIVÉ

Pour l’année universitaire 2024-2025, les nouveaux bacheliers seront à nouveau orientés vers les établissements d’enseignement supérieur privés. Le cadre unitaire des établissements d’enseignement supérieur privés du Sénégal (Cudopes) l’a fait savoir hier, vendredi 24 mai, lors d’un atelier organisé en prélude à un séminaire sur l’enseignement supérieur.

Les établissements d’enseignement supérieur privés accueilleront à nouveau de nouveaux bacheliers. L’annonce a été faite hier, vendredi 24 mai, en marge d’un atelier sur les préoccupations de l’enseignement supérieur privé organisé par le Cadre Unitaire des Etablissements d’Enseignement Supérieur Privé du Sénégal (Cudopes). « Il y a une première orientation des étudiants au niveau privé. Il y a une dette du gouvernement mais nous savons qu’il est en bonne position pour payer cette dette sans que cela soit une conditionnalité. Nous voulons désormais participer à l’absorption des bacheliers car chaque année, il y a de nouveaux bacheliers qui arrivent au niveau de l’enseignement supérieur et les universités publiques sont surchargées. Les universités privées souhaiteraient proposer une offre qualitative qui permette d’absorber ce surplus de bacheliers et de donner à tous les étudiants sénégalais la même chance de trouver un emploi », a déclaré le coordinateur de Cudopes, Dr Jean Marie Sène.

Revenant sur le montant de la dette, il a souligné : « Lors des dernières discussions, elle était inférieure à 10 milliards et ils (le gouvernement) sont en train de faire un bilan pour vérifier, ou n’y a-t-il rien n’a cette dette aussi qui est une dette fictive ».

En effet, l’atelier est organisé en prélude au séminaire sur l’enseignement supérieur au Sénégal avec le Mesri prévu la semaine prochaine. « Nous avons décidé d’organiser un atelier pour parler de la problématique de l’enseignement privé au Sénégal. Le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Mesri) nous a demandé de produire un document de programme afin de l’intégrer dans le cadre stratégique qu’il met en place pour trouver des solutions à l’enseignement supérieur en général au Sénégal. Nous savons que l’enseignement supérieur au Sénégal connaît certaines difficultés et l’atelier que nous organisons a pour but de permettre au secteur privé de proposer des solutions au gouvernement afin qu’il puisse les intégrer dans le cadre d’un programme général », a déclaré le coordonnateur de Cudopes.

L’atelier d’échanges, qui a réuni des acteurs clés du secteur de l’éducation, a également été l’occasion d’échanger sur les grands enjeux de l’enseignement supérieur.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 36 cas adoptés en conseil municipal
NEXT A Châteauroux, la salle Gaston-Papiot sort peu à peu de terre