deux hommes arrêtés après des propos contre le Premier ministre sur l’homosexualité

deux hommes arrêtés après des propos contre le Premier ministre sur l’homosexualité
deux hommes arrêtés après des propos contre le Premier ministre sur l’homosexualité

Un militant et un prédicateur ont été placés sous mandat d’arrêt après avoir pris pour cible le Premier ministre sénégalais Ousmane Sonko et ses récents propos sur l’homosexualité, a indiqué jeudi à l’AFP l’un de leurs avocats.

Les deux hommes ont été inculpés de « diffusion de fausses nouvelles » et d’« outrage » au chef du gouvernement, a indiqué l’un de leurs avocats, Me Amadou Sall. Ils seront jugés lundi devant le tribunal des flagrants délits de Dakar, a-t-il précisé.

“Il s’agit d’une tentative de museler toute voix dissidente”, a-t-il réagi.

Le militant Bah Diakhaté, arrêté lundi par la Division de Recherche Criminelle (Dic, police judiciaire), s’est livré dans une vidéo à des attaques contre M. Sonko après une déclaration de ce dernier sur le thème de l’homosexualité à l’occasion de la visite du radical français L’opposant de gauche Jean-Luc Mélenchon.

Le prédicateur Cheikh Ahmed Tidiane Ndao, placé en garde à vue mardi par les mêmes services, a critiqué le Premier ministre dans une autre vidéo pour ce qu’il dénonce comme une complaisance à l’égard de l’homosexualité.

M. Sonko, champion d’un souverainisme et d’un panafricanisme imprégné de préoccupations sociales et de valeurs traditionnelles, a critiqué ce qu’il considère comme des tentatives des pays occidentaux d’imposer leur mode de vie aux pays africains et de pousser à la légalisation de l’homosexualité. Il a parlé de « casus belli ».

L’homosexualité est largement considérée comme une déviance au Sénégal où la loi punit les « actes contre nature avec une personne du même sexe » d’une peine d’emprisonnement d’un à cinq ans.

M. Sonko a réclamé le respect des pays occidentaux pour les spécificités des sociétés africaines pour lesquelles, selon lui, « la question du genre n’est pas nouvelle » et qui « les gèrent à leur manière ».

“Depuis la nuit des temps jusqu’à aujourd’hui, les sociétés ont vécu avec ces phénomènes et il n’y a jamais eu de persécution, ni ici au Sénégal ni nulle part en Afrique”, a-t-il déclaré. Si le fait « n’est pas accepté, il est toléré », a-t-il déclaré.

Des milieux proches des religieux, des opposants et des militants ont critiqué M. Sonko pour avoir défendu la tolérance envers l’homosexualité et pour avoir offert à M. Mélenchon une tribune pour plaider la cause des minorités sexuelles.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Gabriel Attal se présentera-t-il à nouveau dans son fief des Hauts-de-Seine ? – .