Aude – Créée par d’anciens salariés de Pilpa, la coopérative glacée de Carcassonne « La Belle Aude » fête ses dix ans : « Au départ, personne ne croyait à ce projet »

Aude – Créée par d’anciens salariés de Pilpa, la coopérative glacée de Carcassonne « La Belle Aude » fête ses dix ans : « Au départ, personne ne croyait à ce projet »
Aude – Créée par d’anciens salariés de Pilpa, la coopérative glacée de Carcassonne « La Belle Aude » fête ses dix ans : « Au départ, personne ne croyait à ce projet »

En 2014, 19 salariés adhérents ont lancé la Fabrique du Sud et leur marque de glaces La Belle Aude suite à la fermeture de l’usine Pilpa. Dix ans plus tard, la grande aventure continue. Et les membres salariés comptent bien poursuivre avec de nouveaux objectifs pour les années à venir. Mais avant de se lancer dans ce nouveau chapitre de leur histoire, place à la fête samedi 15 juin prochain.

Qui peut dire qu’il le savait ? Il y a dix ans, combien pariaient sur le destin heureux de la coopérative glacée de La Belle Aude ? Pas beaucoup. Dix ans après sa création, les temps semblent bons pour la marque carcassonne née de la reprise de l’usine Pilpa par une partie du personnel qui refusait sa fermeture. En dix ans, La Belle Aude a conquis les rayons des supermarchés et le cœur des consommateurs. Une belle histoire humaine et économique, fruit d’un long cheminement sur lequel reviennent le président de la coopérative Christophe Barbier et le directeur général Maxime Jarne à l’occasion de l’anniversaire de l’entreprise.

En 2023, le chiffre d’affaires de l’entreprise serait d’environ 3,8 millions d’euros.
Indépendant – CHRISTOPHE BARREAU

En juillet 2012, à Carcassonne, les machines de l’usine Pilpa étaient à l’arrêt. Les 127 salariés du géant international des glaces viennent d’apprendre que leur site va bientôt fermer. En 2013, la multinationale R and R Ice-Cream rachète Pilpa et le nouvel actionnaire juge que le site de Carcassonne n’est pas assez rentable. Les salariés se battront pour sauver leur emploi. En vain. Pilpa fermera ses portes en juillet de la même année. Les salariés ont alors formé le projet de créer une société coopérative de production (SCOP). Grâce à leur indemnité de départ, 19 d’entre eux se sont lancés dans la fabrication de glaces artisanales à partir de produits français de qualité. Une entreprise dont ils sont tous actionnaires. Résultat : en 2014, pour leur première année de production, près de 150 000 pots ont quitté leur usine. L’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires initial de 750 000 €. En 2023, la coopérative en a vendu cinq fois plus : 800 000. Et a enregistré un chiffre d’affaires d’environ 3,8 millions d’euros.

Lire aussi :

Bien-être au travail : la délicieuse recette de la coopérative des salariés de La Belle Aude

Nous avons été sous-estimés mais nous avons prouvé à tout le monde que nous en étions capables.

« Au départ, c’était un rêve. Depuis 10 ans, c’est la réalité et c’est une réussite. Nous avons réussi à créer notre entreprise et à devenir acteurs de l’économie locale alors qu’au départ, personne ne croyait en ce projet. Beaucoup pensaient que les gens issus du monde du travail n’étaient pas capables de créer une entreprise. Nous avons été sous-estimés mais nous avons prouvé à tout le monde que nous en étions capables.se réjouit Christophe Barbier, pas peu fier des progrès réalisés ces dix dernières années.

La Belle Aude fête officiellement son dixième anniversaire samedi 15 juin sur son site de La Bouriette.
Indépendant – CHRISTOPHE BARREAU

Et il y a quelque chose à dire à ce sujet. Parce que ce n’était pas gagné d’avance. A l’époque, les 19 ex-Pilpa ont dû repartir de zéro et apprendre au fur et à mesure les rouages ​​d’un nouveau monde, de nouveaux métiers comme l’explique Maxime Jarne : « Nous sommes partis de rien. Nous sommes partis d’une page blanche. Petit à petit, nous avons dû nous structurer, créer des services et rechercher des clients. Presque tout le monde venait de la production. Nous avons tous appris un tout nouveau métier. différent. Je n’avais presque jamais vu de tableau Excel. Les comptes et les business plans nous étaient complètement étrangers. Nous avons eu du soutien et avons appris sur le tas..

Projections

Aujourd’hui, l’entreprise compte 22 salariés et propose plus de 30 parfums de glaces. En dix ans, La Belle Aude a développé plusieurs gammes de ces douceurs : une bio, une gamme dite « gourmande » et même des bûches de Noël… Dans les années à venir, elle compte bien continuer à développer sa croissance et atteindre ses objectifs. . Notamment celui d’asseoir sa présence dans la grande distribution tout en travaillant avec des partenaires locaux. Mais pas seulement. « C’est une grande fierté d’être encore là dix ans plus tard et d’avoir réussi à sauver des emplois avec nos petits moyens. Dans les années à venir, nous aimerions pouvoir investir dans de nouveaux outils de travail. Et pourquoi ne pas déménager dans des locaux plus adaptés. Et enfin continuer à développer de nouveaux produits.expriment les deux hommes.

La Belle Aude fête ses 10 ans le samedi 15 juin

Pour fêter ses dix ans d’existence, La Belle Aude organise une journée de fête sur son site de La Bouriette le samedi 15 juin de 11h30 à 19h30 (75 rue Edouard-Branly). « L’idée est d’accueillir le plus grand nombre, des consommateurs, pour leur faire découvrir l’entreprise », explique Christophe Barbier. Une journée libre est ouverte à tous. Seules celles et ceux qui souhaitent bénéficier du repas proposé sur place le midi doivent effectuer une réservation à l’adresse suivante : www.labelleaude.fr. Au programme de l’après-midi, en plus des visites, des tables rondes avec différents intervenants seront organisées pour en savoir plus sur les SCOP. « Lorsque nous avons célébré notre 5e anniversaire, nous avons été agréablement surpris par le nombre de personnes venues nous voir ! Près de 300 personnes sont venues. » Pour ce dixième anniversaire, souhaitons-leur le même succès.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV une promotion pour continuer à s’amuser à Miami ! – Ce que pensent les hommes – .
NEXT Thomas Cazenave joue une partie de son avenir politique à Bordeaux