Dans le Lot-et-Garonne, vigilance renforcée contre le moustique tigre

Dans le Lot-et-Garonne, vigilance renforcée contre le moustique tigre
Dans le Lot-et-Garonne, vigilance renforcée contre le moustique tigre

l’essentiel
La saison 2024 de surveillance et de lutte contre le moustique tigre est lancée dans le Lot-et-Garonne.

Le sujet est devenu un châtaignier. Originaire d’Asie, le moustique tigre continue de gagner du terrain en France. 90% du territoire est désormais colonisé. En Nouvelle-Aquitaine, elle est active dans onze départements. Et le Lot-et-Garonne n’est pas épargné. A ce jour, 129 communes (soit 41% des communes du département) du département sont infestées, selon l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine. La dernière à avoir été classée colonisée par Aedes albopictus étant la commune de Beauziac, en 2023.

Problème : en plus d’être gênant, le moustique tigre est porteur de maladies comme la dengue, le chikungunya ou encore le virus zika. En 2023, huit cas importés de ces trois maladies ont été déclarés dans le Lot-et-Garonne. Et depuis le début de l’année en France métropolitaine, une augmentation des cas de dengue est constatée. Ceci « s’explique en partie par la situation épidémique dans les départements et régions d’outre-mer », indique l’ARS.

Plan de lutte contre les maladies

Pour l’Agence régionale de santé, la lutte contre les moustiques devient une priorité, tandis que selon Vigilance Moustique, les Jeux olympiques sont « une Source d’inquiétude ». Ainsi, une vaste campagne de surveillance est mise en œuvre dans toute la France et dans les départements. En Nouvelle-Aquitaine, le plan d’action 2024 de lutte contre les maladies à transmission vectorielle a été lancé du 1er mai jusqu’en novembre. Dans le Lot-et-Garonne, un réseau de 27 pièges à nidification a été déployé (ce qui était déjà le cas les années précédentes), notamment sur les sites touristiques de Walygator à Roquefort, les thermes de Casteljaloux, le château de Bonaguil à Saint-Front- sur-Lémance et Center Parcs sur les communes de Pindères/Beauziac, le MIN d’Agen à Boé et les sites hospitaliers du département.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Parlement œuvre pour le repli de la Suisse sur elle-même
NEXT Élections législatives 2024 | La France Insoumise (LFI) de Jean-Luc Mélenchon est-elle un parti d’extrême gauche comme le dit Emmanuel Macron ? – .