Val-d’Oise. Philippe Kieffer célébré en « héros » pour le 80e anniversaire du Débarquement

Val-d’Oise. Philippe Kieffer célébré en « héros » pour le 80e anniversaire du Débarquement
Val-d’Oise. Philippe Kieffer célébré en « héros » pour le 80e anniversaire du Débarquement

Par

Daniel Cholet

Publié le

20 mai 2024 à 7h16

Voir mon actualité
Suivre La Gazette du Val d’Oise

Philippe Kieffer, « un héros cormeillais », combattant de la Seconde Guerre mondiale.

“Avec une rue, une stèle et un lycée d’enseignement général à son nom, Philippe Kieffer est l’un des personnages les plus illustres à avoir vécu à Cormeilles (lire encadré)”, souligne la mairie de Cormeilles-en-Parisis (Val – d’Oise).

A l’occasion du 80e anniversaire du Débarquement, le 6 juin 1944, on saura tout de Philippe Kieffer, de sa naissance à Port-au-Prince jusqu’à la création en Angleterre, par cet officier de marine promu lieutenant-commandant le jour avant le Jour J, du commando Kieffer. Les commandos, ces unités marines de combattants, que l’on doit à Churchill.

177 commandos français entraînés par Philippe Kieffer, sous les ordres des Anglais

Composé de 177 hommes, les fameux bérets verts, le commando Kieffer, sous ordres et uniforme anglais, constitua le premier bataillon français de commandos de marine (il y en eut d’autres par la suite : Hubert, Jaubert, Trépel, de Montfort…).

Une exposition à retrouver dès le 23 mai aux portes du marché et du lycée Philippe-Kieffer.

Ces 177 commandos de marine sont d’ailleurs les seuls français, parmi les 140 000 hommes des troupes alliées, débarqués sur les plages de Normandie, près de Ouistreham, le 6 juin 1944 !

Objectif, neutraliser le casino de la ville, devenu le bunker du commandement ennemi. Sous le feu allemand, Kieffer est blessé à la cuisse et au bras mais refuse d’être évacué et donne l’ordre d’avancer avec lui en tête. Dix hommes ont perdu la vie le 6 juin et dix-sept autres les jours suivants.

Le rôle du commando Kieffer

Une autre exposition abordera l’opération navale du 6 juin 1944 et plus particulièrement le rôle du 1euh bataillon de commandos marins. Une cinquantaine d’objets (mitrailleuse, grenade, ration de survie, brosse à dents…), une reproduction de la tenue de Philippe Kieffer lors de l’atterrissage ainsi que des maquettes à l’échelle 1/72e les péniches, qui ont accosté sur les plages normandes, seront notamment visibles.

Vidéos : actuellement sur -

Du 23 mai au 6 juin à la salle du conseil municipal aux horaires d’ouverture de la mairie du lundi au vendredi et le samedi de 8h30 à 12h et de 13h15 à 17h30

Le crash du bombardier américain

Le 28 mai 1944, le « Shopworn Angel » et ses six membres d’équipage sont chargés de détruire le pont ferroviaire reliant Sartrouville à Maisons-Laffitte (Yvelines). Cibles de la Dca allemande, ils furent touchés à plusieurs reprises et s’écrasèrent dans un champ rue des Tartres, à Cormeilles. L’exposition ainsi qu’une conférence (25 mai) se concentreront sur l’une de ces petites histoires qui font les choses en grand.

Les temps forts du samedi 25 mai

Samedi 25 mai aura lieu le dévoilement du totem sur le crash du bombardier, à 11h, rue des Tartres (à l’angle de la rue La Fontaine) puis le vernissage des expositions « Le crash du bombardier B-26 » et « Le Débarquement du 6 juin 1944 » à 12h30 dans la salle du conseil municipal, avec une conférence sur le crash du bombardier à 14h30 au centre de loisirs scolaire Maurice-Berteaux, 3 rue Maurice-Berteaux.

Qui était Philippe Kieffer

Né à Port-au-Prince (Haïti) le 24 octobre 1899, Philippe Kieffer quitte son poste de directeur de banque pour revenir en France en mars 1939 au début de la guerre. Il rejoint la marine et devient officier. Répondant à l’appel du général de Gaulle, il décide en juin 1940 de partir pour le Royaume-Uni et de rejoindre les Forces navales françaises libres. Impressionné par les méthodes des commandos britanniques, il forme en 1942 la « Troupe 1 » des commandos français avec une vingtaine de volontaires. Formés en Ecosse, ses hommes recevront le fameux béret vert. Il s’agit du 1er Bataillon de Commando de Marines, connu par la suite sous le nom de Kieffer Commando. Promu lieutenant puis lieutenant-capitaine à la veille du jour J, Philippe Kieffer débarque en Normandie le 6 juin 1944 à la tête de ses 177 hommes. A la fin de la guerre, il quitte l’armée et est élu conseiller général d’Isigny-sur-Mer en septembre 1945. Il est également conseiller municipal de Grandcamp-Maisy. Il reçoit plusieurs distinctions : Commandeur de la Légion d’Honneur, Compagnon de la Libération, Croix de Guerre, Croix du Combattant. En 1950, il s’installe avec sa famille à Cormeilles-en-Parisis et entre au service de l’OTAN. Décédé le 20 novembre 1962, il fut inhumé à Grandcamp-Maisy (Calvados). En 2019, l’association Commandant Philippe Kieffer a été créée, pour perpétuer sa mémoire. Une stèle lui est dédiée, rue du Commandant-Kieffer, au rond-point de la rue Mauberger, à Cormeilles. Les commandos marins existent toujours. Cette troupe d’élite de l’armée fait partie des forces spéciales. Écoutez un podcast sur RTL de Lorànt Deutsch, sur l’histoire du commando Kieffer lors du débarquement. https://www.rtl.fr/programmes/entrez-dans-l-histoire/7900381640-la-quotidienne-debarquement-du-6-juin-1944-l-histoire-du-commando-kieffer

.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV sans sa génération dorée, la Belgique à un tournant de son histoire
NEXT une approche innovante pour une gestion durable de l’eau en zone urbaine