Un commissariat « pour 100 ans »

C’était la fête chez les flics, mardi avec le dévoilement du bâtiment situé à l’angle du boulevard Louis-XIV et de l’autoroute Laurentienne. Et pour cause.

J’aime beaucoup ces tournées de presse de bâtiments dont on entend parler depuis si longtemps. Surtout un commissariat où on espère ne plus avoir à remettre les pieds !

Découvrez les cellules, les salles d’interrogatoire, les vastes surfaces vitrées ouvertes avec, comme toujours, mes trop nombreuses références à Arrondissement 31 Et Indéfendable.

« Le bâtiment et sa structure sont bons pour 75 à 100 ans. Donc pour moi, nous regardons vers l’avenir», a déclaré mardi le directeur du Service de police de la ville de Québec, Denis Turcotte, à propos du bâtiment de 16 000 m² sur cinq étages.

>>>>>>

L’immeuble est situé au coin du boulevard Louis-XIV et de l’autoroute des Laurentides. (Frédéric Matte/Le Soleil)

L’homme avait de quoi être fier de l’inauguration de cette usine, trois ans presque jour pour jour après le premier pelletage de terre en mai 2021.

Trois ans aussi, après son arrivée à la tête du SPVQ en avril de la même année.

>>>>>>

Le directeur du Service de police de la ville de Québec (SPVQ), Denis Turcotte. (Frédéric Matte/Le Soleil)

Avec une facture de 112 millions, la construction réalisée par le Service de gestion immobilière de la Ville de Québec et conçue par la firme d’architectes CCM2 respecte le budget estimé à 114 millions depuis 2022.

Cette inauguration intervient moins de trois mois après celle de la bibliothèque Gabrielle-Roy, également dans le respect des coûts.

Voir deux grands projets en préparation depuis des années inaugurés en si peu de temps donne un peu de peps dans cette période où tout semble si cher, compliqué, retardé.

Mardi matin encore, le collègue Olivier Bossé a révélé que le gouvernement du Québec a doublé le budget alloué à la rénovation du ministère des Finances, l’édifice Gérard-D.-Lévesque, de 188 millions à 340 millions.

Il faut croire que la Ville de Québec arrive encore à réaliser des projets et à couper des rubans.

Crise et procrastination

Mais si la conclusion est heureuse, le chemin vers la nouvelle usine n’a pas été de tout repos.

Un petit retour dans le temps.

En 2016, la Ville a acheté le premier terrain pour 2,6 millions à l’angle du boulevard Pierre-Bertrand et de la rue des Rocailles. Rapidement, l’emplacement est critiqué, les coûts jugés mal évalués, le terrain trop petit, notamment pour les besoins de stationnement.

Cet épisode, certains s’en souviendront, a entraîné la démission de Jonatan Julien, alors vice-président du comité exécutif sous Régis Labeaume.

Lors d’une sortie solennelle en mai 2018, l’ancien maire avait littéralement jeté son conseiller sous le bus, estimant que M. Julien lui avait « échappé ».

Jonatan Julien a alors claqué la porte de l’Équipe Labeaume pour siéger comme indépendant. Il a ensuite fait le saut à la CAQ, où il est député et ministre depuis les élections de l’automne 2018.

En juin 2019, après crise et rebondissements, la Ville de Québec choisit finalement le site actuel.

Quel avenir pour les terrains du parc Victoria ?

>>>>>>

L’ancien quartier général de la police de Victoria Park sera démoli. (Érick Labbé/Archives Le Soleil)

Maintenant que les employés, les patrouilleurs et les enquêteurs vont se déplacer

Bientôt, il sera intéressant de voir quel sort sera réservé aux terrains de l’ancienne centrale électrique de Victoria Park.

Son état de décrépitude ne suscitera que peu de nostalgiques parmi les troupes de police.

Depuis décembre, on sait que l’ancienne centrale électrique de 1966 située rue de la Maréhaussee sera démolie.

Mais le terrain est contaminé et aucun projet n’est encore précis.

Lors de la campagne électorale de 2021, Bruno Marchand avait imaginé des arbres pour prolonger le parc Victoria et assuré qu’aucun projet résidentiel ne s’y développerait.

Le lieu est avantageusement situé à l’entrée du centre ville. Gageons qu’on le retrouvera dans certains programmes électoraux.

Pour répondre à cette chronique, écrivez-nous à [email protected]. Certaines réponses pourront être publiées dans notre rubrique Opinions.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Dans le 77, une fête a lieu dans les douves d’un château du XIIe siècle
NEXT Marie-Annick Lépine lance les festivités avec l’aide de Jean-François Pauzé