Le Canada s’abstient du vote de l’Assemblée de l’ONU en faveur de la candidature palestinienne à l’adhésion

L’Assemblée générale des Nations Unies a voté à une large majorité en faveur de l’octroi de nouveaux « droits et privilèges » aux représentants palestiniens et a appelé le Conseil de sécurité à reconsidérer favorablement sa demande visant à ce qu’un État palestinien devienne le 194e membre des Nations Unies.

Le Canada était l’un des 25 pays à s’abstenir lors du vote vendredi. Le Premier ministre Justin Trudeau a déclaré plus tard que le pays s’était abstenu de voter en raison de son engagement à parvenir à une solution à deux États – un État palestinien en Cisjordanie occupée et à Gaza aux côtés d’Israël.

« Ces derniers temps, nous avons constaté que nous nous éloignions de plus en plus de la solution à deux États. Le gouvernement israélien, dirigé par le premier ministre Netanyahu, a fermé la porte de manière inacceptable à toute voie menant à une solution à deux États, et nous sommes fondamentalement en désaccord avec cela », a déclaré Trudeau après une conférence de presse sur un autre sujet à West Kelowna, en Colombie-Britannique.

« Dans le même temps, le Hamas continue de gouverner comme une organisation terroriste à Gaza. [and] continuer à mettre la vie des civils en danger, continuer à refuser de reconnaître l’État d’Israël d’une manière qui est également inacceptable.

“Le Canada a donc décidé de changer sa position du ‘non’ à l’ONU à l’abstention.”

Bob Rae, l’ambassadeur du Canada auprès de l’ONU, a déclaré que le pays reconnaîtrait l’État palestinien au moment le plus propice à une paix durable, ajoutant que cela ne se produirait pas nécessairement après un accord de paix final avec Israël.

« Nous pensons qu’il doit y avoir des progrès continus vers l’autodétermination palestinienne et nous ne pouvons pas nous permettre d’abandonner », a déclaré Rae lors de son discours lors du vote à New York vendredi.

« Il est clair que nous devons de toute urgence reconstruire une voie crédible vers une solution à deux États – une solution qui donne l’espoir aux Palestiniens et aux Israéliens, qu’ils puissent vivre côte à côte dans la paix, la sécurité et la dignité. Ce processus ne peut pas retarder indéfiniment la création d’un État palestinien », a-t-il poursuivi.

REGARDER | Les principaux défis qui s’opposent à une solution à deux États :

Pourquoi une solution à deux États est presque impossible à réaliser

Pendant des décennies, les dirigeants du monde ont présenté une solution à deux États israélo-palestiniens comme le meilleur espoir de paix dans la région, mais est-ce vraiment possible ? Ellen Mauro, de CBC, détaille les principaux défis qui se dressent sur le chemin.

Les États-Unis ont opposé leur veto le 18 avril à une résolution du Conseil largement soutenue qui aurait ouvert la voie à l’adhésion à part entière de l’État palestinien à l’ONU, un objectif que les Palestiniens recherchent depuis longtemps et qu’Israël s’est efforcé d’empêcher.

La nouvelle poussée en faveur d’une adhésion à part entière des Palestiniens à l’ONU intervient alors que la guerre à Gaza place le conflit israélo-palestinien, vieux de plus de 75 ans, au centre de la scène. Lors de nombreuses réunions du conseil et de l’assemblée, la crise humanitaire à laquelle sont confrontés les Palestiniens à Gaza et le meurtre de plus de 34 900 personnes sur le territoire, selon les responsables de la santé de Gaza, ont suscité l’indignation de nombreux États membres.

L’ambassadeur du Canada auprès des Nations Unies, Bob Rae, s’adresse à une session extraordinaire d’urgence de l’Assemblée générale des Nations Unies sur le conflit en cours entre Israël et le Hamas au siège de l’ONU à New York, le 27 octobre. (Mike Segar/Reuters)

Le projet original de résolution de l’assemblée a été considérablement modifié pour répondre aux préoccupations non seulement des États-Unis mais aussi de la Russie et de la Chine, selon trois diplomates occidentaux, s’exprimant sous couvert d’anonymat car les négociations étaient privées.

Le premier projet aurait conféré à l’État palestinien « les droits et privilèges nécessaires pour assurer sa participation pleine et effective » aux sessions de l’assemblée et aux conférences de l’ONU « sur un pied d’égalité avec les États membres ». Il ne faisait pas non plus référence à la question de savoir si l’État pouvait voter à l’Assemblée générale.

Selon les diplomates, la Russie et la Chine, qui sont de fervents partisans de l’adhésion de l’État palestinien à l’ONU, craignaient que l’octroi de la liste de droits et privilèges détaillés dans une annexe à la résolution puisse créer un précédent pour d’autres candidats à l’adhésion à l’ONU – avec La Russie s’inquiète du Kosovo et la Chine de Taiwan.

REGARDER | Les États-Unis ont opposé leur veto à la demande palestinienne d’adhésion à part entière à l’ONU le mois dernier :

Les États-Unis opposent leur veto à la demande palestinienne d’adhésion à part entière à l’ONU

Les États-Unis ont utilisé leur position de membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies pour opposer leur veto à la demande palestinienne d’adhésion à part entière aux Nations Unies. Le résultat final du vote était de 12 voix pour, deux abstentions et une contre.

Le projet final abandonne le libellé qui mettrait un État palestinien « sur un pied d’égalité avec les États membres ». Et pour répondre aux préoccupations chinoises et russes, elle déciderait « à titre exceptionnel et sans créer de précédent » d’adopter les droits et privilèges figurant en annexe.

Le projet ajoute également une disposition en annexe sur la question du vote, déclarant catégoriquement : « L’État de Palestine, en sa qualité d’État observateur, n’a pas le droit de voter à l’Assemblée générale ni de présenter sa candidature à l’Assemblée générale. Organes des Nations Unies.

La liste finale des droits et privilèges du projet d’annexe inclut le fait de donner à l’État palestinien le droit de s’exprimer sur toutes les questions – pas seulement celles liées aux Palestiniens et au Moyen-Orient – ​​le droit de proposer des points à l’ordre du jour et de répondre dans les débats, et le droit de être élus membres des bureaux des commissions principales de l’Assemblée. Il donnerait aux Palestiniens le droit de participer aux conférences de l’ONU et aux conférences internationales convenues par les Nations Unies – mais il supprimerait leur « droit de vote », qui figurait dans le projet initial.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a présenté pour la première fois la demande d’adhésion de l’Autorité palestinienne à l’ONU en 2011. Elle a échoué parce que les Palestiniens n’ont pas obtenu le soutien minimum requis de neuf des 15 membres du Conseil de sécurité.

Ils se sont adressés à l’Assemblée générale et ont réussi, à une majorité de plus des deux tiers, à faire passer leur statut d’observateur de l’ONU à celui d’État observateur non membre. Cela a ouvert la porte aux territoires palestiniens pour rejoindre l’ONU et d’autres organisations internationales, dont la Cour pénale internationale.

Lors du vote du Conseil de sécurité du 18 avril, les Palestiniens ont obtenu un soutien bien plus important en faveur d’une adhésion à part entière à l’ONU. Le vote a été de 12 voix pour, le Royaume-Uni et la Suisse s’abstenant. Les États-Unis ont voté non, mettant leur veto à la résolution.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Aide financière au réaménagement de la commune de Buais-les-Monts
NEXT Deux personnes condamnées pour avoir organisé des loteries illégales dans l’Eure