Législatives en France | Une centaine de candidats se retirent pour faire barrage à l’extrême droite – .

(Paris) Une centaine de candidats de gauche ou du camp présidentiel qualifiés pour le second tour des législatives en France se sont déjà désistés lundi, afin de contrer l’extrême droite, selon un décompte provisoire de l’AFP.


Publié à 12:24



Ces candidats sont engagés dans des triangulaires (trois candidats qualifiés), et arrivent en troisième position dans des circonscriptions où le parti d’extrême droite du Rassemblement national (RN) pourrait s’imposer dimanche.

Au total, 311 circonscriptions sur 577 sont en situation triangulaire (306) ou quadrangulaire potentielle (5), dont 161 où le RN et ses alliés sont arrivés en tête.

Parmi les candidats qui ont annoncé qu’ils se retiraient à ce stade figurent une majorité de représentants de l’alliance de gauche Nouveau Front populaire (NFP).

Par exemple, en Normandie (Ouest), un candidat du NFP s’est désisté au profit de l’ancienne Première ministre macroniste Élisabeth Borne.

PHOTO FRED TANNEAU, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Ancienne Première ministre Elisabeth Borne

La gauche a aussi partiellement mis de côté pour l’occasion ses dissensions internes, avec des retraits dans certaines circonscriptions où deux candidats se présentaient (NFP et gauche dissidente), comme dans le sud de la région parisienne ou à Marseille (Sud).

Du côté du camp du président Emmanuel Macron, trois ministres candidates ont décidé de se retirer (Sabrina Agresti-Roubache, Marie Guévenoux, Fadila Khattabi).

Lors d’une réunion avec des membres de son gouvernement lundi à midi, M. Macron ne leur a pas donné d’instructions claires de se retirer, selon plusieurs sources ministérielles.

Mais, selon un participant, il leur a dit que « pas un seul vote » ne doit « aller à l’extrême droite », rappelant que la gauche s’était mobilisée contre le RN en 2017 et en 2022, ce qui lui a permis d’être élu deux fois président.

« Il ne faut pas se tromper. C’est l’extrême droite qui est sur le point d’accéder aux plus hautes fonctions, personne d’autre », a également déclaré le chef de l’État.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le bilan des morts s’élève à 37 900 depuis le 7 octobre
NEXT L’Espagne refuse de gracier Carles Puigdemont