Washington attaque ceux qui facilitent la « migration illégale »

Washington attaque ceux qui facilitent la « migration illégale »
Washington attaque ceux qui facilitent la « migration illégale »

Antony Blinken au Guatemala, le 7 mai 2024.

AFP

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a appelé à sanctionner ceux qui facilitent la « migration illégale » lors d’une conférence régionale organisée mardi au Guatemala sur la migration, sujet au centre de la campagne présidentielle aux Etats-Unis. Uni.

La « nouvelle politique de restriction des visas cible les personnes qui fournissent sciemment un moyen de transport à ceux qui cherchent à émigrer illégalement aux États-Unis », a déclaré Antony Blinken lors de l’ouverture devant une vingtaine de ministres des Affaires étrangères et de hauts responsables. des pays signataires de la Déclaration sur la migration et la protection, à Los Angeles lors du Sommet des Amériques de 2022.

“Cette déclaration reconnaît que la migration irrégulière affecte chacun de nos pays et que chacun d’entre nous a la responsabilité de contribuer à y remédier”, a ajouté Antony Blinken, évoquant “un défi véritablement historique” pour le continent américain.

« Restrictions de visa »

Le secrétaire d’État américain a notamment pointé des « vols charters arrivant au Nicaragua » avec des candidats asiatiques et africains à l’exil aux États-Unis. Il a en outre souligné que Washington avait annoncé lundi « des restrictions de visa pour les dirigeants des compagnies maritimes colombiennes qui facilitent l’immigration clandestine ».

Soulignant « des mesures importantes pour élargir les voies de migration légale comme alternative à la migration irrégulière », il a déclaré qu’il soutenait « les efforts locaux visant à aider les gens à rester en sécurité dans leur propre pays en s’attaquant aux causes profondes qui poussent les gens à migrer ».

Quelque 2,8 millions d’immigrés illégaux entrent chaque année aux États-Unis. En pleine année électorale, l’immigration s’est imposée comme l’un des enjeux clés de la campagne opposant le président démocrate Joe Biden à son prédécesseur républicain Donald Trump, selon lequel Joe Biden n’en fait pas assez pour lutter contre l’immigration. immigration illégale.

« Causes structurelles »

Le président guatémaltèque Bernardo Arévalo a également appelé à « faciliter une migration sûre, ordonnée, humaine et réglementée afin que nous puissions trouver des solutions ».

“Nous sommes convaincus que la migration est un défi multilatéral et c’est à partir de là que nous devons trouver des solutions communes”, a déclaré à l’AFP la vice-ministre chilienne des Affaires étrangères Gloria de la Fuente.

« La migration devrait être un choix et non une obligation. C’est pourquoi notre première priorité est de s’attaquer aux causes structurelles », a déclaré la ministre mexicaine des Affaires étrangères, Alicia Barcena, lors de la séance plénière.

« Si nous le faisons tous, pays d’origine et de destination, nous pouvons progresser. Cela signifie lutter contre la pauvreté, les inégalités, le changement climatique, la violence, mais aussi éliminer les mesures coercitives unilatérales », a-t-elle ajouté.

1,15 million de migrants interceptés

Entre octobre et février, près de 130 000 Guatémaltèques ont traversé illégalement la frontière entre les États-Unis et le Mexique, selon l’autorité américaine aux frontières. Durant cette même période, quelque 1,15 million de migrants ont été interceptés par Washington, selon le Département d’État.

Tous les migrants n’effectuent pas leur long voyage par voie terrestre, certains empruntent des voies maritimes et aériennes. Le Nicaragua, souligné par M. Blinken, fonctionne comme un pont aérien par lequel les migrants asiatiques et africains cherchent à éviter le Darién, selon des responsables américains et des analystes centraméricains.

Le gouvernement autoritaire de Daniel Ortega, contre lequel Washington impose des sanctions, accorde de nombreux visas, assurent les mêmes sources. Le Nicaragua ne participe pas à cette conférence et n’a pas signé la déclaration de Los Angeles en 2002 à laquelle il n’a pas été invité.

(AFP)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un an après l’implosion du « Titan », ce milliardaire va plonger en sous-marin jusqu’à l’épave du Titanic
NEXT En Pologne, un appareil d’écoute découvert dans une salle de réunion gouvernementale – Libération