Trois publications consacrées à Jean-Louis Murat

Trois publications consacrées à Jean-Louis Murat
Trois publications consacrées à Jean-Louis Murat

Contenu réservé aux abonnés

Trois livres célèbrent l’Auvergne disparue il y a un an. Notamment Les Journées du Jaguar, véritable mine d’informations.

Jean-Louis Murat en concert au Bicubic de Romont, en 2006. © Charly Rappo-archives

Jean-Louis Murat en concert au Bicubic de Romont, en 2006. © Charly Rappo-archives

Publié le 24/05/2024

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Ce 25 mai 2023, il faisait beau, raisonnablement chaud. Un de ces jours de printemps où rien de grave ne pouvait arriver. C’est du moins ce que nous pensions jusqu’à ce que le téléphone portable vibre. Message d’un ami auvergnat partageant le reportage d’un journal local : le chanteur Jean-Louis Murat est mort. D’abord, nous n’avons rien ressenti, nous n’avons pas compris l’information, pourtant si explicite. L’étonnement sans doute avant que le cœur ne se brise. Murât ? Mort? Ça n’a aucun sens…

Un an plus tard, la souffrance demeure. En se replongeant dans sa discographie les larmes aux yeux, on a compris que le temps ne risque pas d’effacer quoi que ce soit en la matière.

Ce samedi, sur la scène de la Coopérative de Mai à Clermont-Ferrand, une soirée à guichets fermés (filmée par Laetitia Masson) verra Jeanne Cherhal, Morgane Imbeaud, Florent Marchet, Alex Beaupain, Frédéric Lo, JP Nataf, The Delano Orchestra , Nicola Sirkis d’Indochine et bien d’autres artistes venus rendre hommage à Jean-Louis.

On ne pouvait espérer mieux pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le berger poète du Col de la Croix-Morand.

Parallèlement, en plus d’une édition limitée en vinyle de Parfum d’acacia dans le jardin (live en studio à partir de 2003), trois livres reviennent sur le destin de cet homme hors du commun. Des livres bien documentés, écrits avec ferveur par des passionnés. Foule romaine d’Antoine Couder (Editions Le Boulon) et Le lien défait de Franck Vergeade (Editions Séguier) fera chaud au cœur des aficionados mais LE Les jours du Jaguar de Pierre Andrieu (Le Boulon) est sans doute le plus accessible du lot. Une véritable bible, illustrée notamment par des photos des différents paysages auvergnats qui hantent les chansons du prodige.

On ne pouvait espérer mieux pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le berger poète du Col de la Croix-Morand. Dès le prologue écrit par Jennifer Charles, chanteuse du groupe new-yorkais Elysian Fields et complice sur différents titres mythiques, l’intensité émotionnelle est au rendez-vous. A travers les témoignages de fidèles collaborateurs comme Denis Clavaizolle, on redécouvre l’étonnant parcours de la grande bête remuante. Les petites joies effacent la douleur et font briller les souvenirs.

>Pierre Andrieu, Les jours du JaguarÉd. Le Bolon.Antoine Couder, Jean-Louis Murat – Foule romaineÉd. Le Bolon.Franck Vergéade, Le lien défaitÉd. Séguier.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV C’est l’heure de l’évasion sur TV5MONDEplus
NEXT La maladie d’Alzheimer se transmet davantage par les mères selon une étude