Faux médicaments, coup de froid… 3 questions à Être ou pas Toubib, le pédiatre qui ne dit pas de bêtises

Faux médicaments, coup de froid… 3 questions à Être ou pas Toubib, le pédiatre qui ne dit pas de bêtises
Descriptive text here

Le praticien hospitalier aux urgences pédiatriques, bien connu des internautes et des parents affolés, a répondu à nos questions, à l’occasion de la sortie de son nouveau livre « Le baiser magique existe-t-il ? « .

Il n’est pas toujours facile de démêler le vrai du faux dans la vie de tous les jours, et encore plus lorsqu’on devient parent. Faire face aux maladies et aux affections mineures de vos enfants peut vraiment effrayer même l’enfant le plus calme, et il est important de trouver des outils qui nous permettent de prendre du recul et de réfléchir sereinement.

C’est l’une des missions de Être ou ne pas Toubib, médecin aux urgences pédiatriques d’un grand centre hospitalier en France. Depuis plusieurs années, il partage des recommandations et des fiches pratiques à destination des parents qui se retrouvent un peu comme une poule face à un couteau lorsque leur héritier est malade, pour éviter qu’ils ne se tournent vers ce qu’on appelle De faux médicaments. Après un premier ouvrage déjà paru aux Premières Editions intitulé Urgences ou pas urgences, Le revoilà avec son nouveau guide pour trier le vrai du faux en pédiatrie : Le baiser magique existe-t-il ? ?

A cette occasion, nous lui avons posé quelques questions sur 3 mythes qui ont la vie dure dans le doux monde de la parentalité.

Réduire le fossé entre la science et les parents serait-il une solution pour éviter de voir les parents se tourner vers des médecines alternatives qui peuvent être soit une ponction financière, soit des pratiques carrément dangereuses ?

Mademoiselle. Devons-nous vraiment toujours courir après notre enfant et lui dire de mettre son chapeau sinon il va attraper froid ou ça ne sert à rien ?

Être ou ne pas Toubib. Vous pouvez courir après l’enfant, cela vous réchauffe et n’oubliez pas qu’il faut faire le plus d’exercice possible pour rester en forme !
Par contre, pas besoin de courir de peur qu’il attrape froid car il n’a pas de bonnet, d’écharpe, de doudoune, de pulls en laine de mammouth ou autre, ce n’est pas vraiment comme ça que ça marche. LE mythe de la « vague de froid » est intéressant dans la mesure où il montre qu’on a compris que deux phénomènes sont liés : l’enfant est plus malade en hiver quand il fait froid, mais qu’on n’arrive plus à établir correctement les liens.

En réalité, il ne s’agit pas tant d’attraper un rhume que d’attraper l’un de ces méchants virus qui circulent librement, surtout en hiver où les températures préservent mieux ces vilaines bestioles et où elles fragilisent les délicates muqueuses nasales de nos enfants. .
Le froid est donc un facteur contributif, mais pas une cause. En effet, si vous mettez l’enfant seul dans la neige, sans personne autour et sans surface souillée par des virus, il ne tombera pas malade. Du moins pas à cause d’une maladie virale. Par la suite, vous risquez cependant de le récupérer en mode glaçon, je le déconseille également fortement.

Est-ce que cela aide vraiment le système immunitaire à intégrer des vitamines pendant l’hiver ou est-ce simplement de l’argent qui est jeté par les fenêtres ?

Être ou ne pas Toubib. Alors les vitamines, les parents les adorent. Les vitamines font du bien, elles donnent un « boost » et les commerciaux l’ont bien compris depuis longtemps.
Comme les vitamines interviennent dans un grand nombre de choses dans notre corps, on dit facilement que plus nous en avons, mieux c’est.
Sauf que comme toujours, tout est une question de dose. Si vous prenez trop de vitamines, vous aurez également des problèmes.

Prenez la fameuse vitamine D, indispensable à la croissance et à la solidité des os chez l’enfant, si vous en donnez en excès, vous calcifiez le rein qui fonctionnera beaucoup moins bien du coup. Prendre des vitamines en hiver, hormis la vitamine D recommandée aux enfants jusqu’à 18 ans selon des conditions strictes, ne présente pas beaucoup d’intérêt. En réalité, ce qui est important c’est d’avoir une alimentation équilibrée et saine, avec des fruits et légumes, qui doivent vous apporter ce dont vous avez besoin en vitamines. Les compléments alimentaires, hors prescription médicale et pathologies spécifiques, n’ont d’autre intérêt que d’engraisser ceux qui les vendent.

À votre avis, pourquoi les faux médicaments sont-ils si populaires auprès des parents ? À qui profite-t-il ?

Être ou ne pas Toubib. Les faux médicaments sont populaires parce que les parents ont peur.
Lorsque nous sommes parents, nous nous inquiétons chaque jour de ne pas faire au mieux pour notre enfant. Nous voulons qu’il soit à l’abri de la maladie, de la douleur, de tout ce qui peut lui nuire. C’est insupportable pour un parent de voir son enfant souffrir et ça se comprend !

Cependant, certaines affections du bébé nécessitent du temps et une maturation de l’enfant pour disparaître. Poussées dentaires, coliques du nourrisson, RGO, etc… et ce qui arrive c’est que bien souvent, il n’y a rien d’autre à faire que de câliner, rassurer et surveiller son enfant pendant son passage.
Certaines choses peuvent être données pour franchir des étapes, notamment dans le cas du RGO compliqué, mais c’est cette « inaction » qui va créer un appel des parents vers de faux médicaments qui prétendent guérir tous ces maux qui se guérissent naturellement.
Les faux médicaments fonctionnent d’autant mieux que nous n’en avons pas besoin pour guérir ! En conséquence, tout un groupe de personnes opportunistes y ont vu une opportunité de gagner de l’argent grâce à la souffrance/terreur parentale. C’est tout simplement abominable : profiter de la peur d’un parent pour la santé de son enfant.

Tout cela profitera non seulement à ces « thérapeutes » mais aussi à ceux qui les « forment » dans des écoles privées qui promettent réussite et professionnalisation alors qu’elles ne sont que des tirelires qui ne servent qu’à entretenir un système qui fonctionne bien.
Si nous poussions les choses un peu plus loin, nous pourrions dire qu’un bon nombre de ces praticiens de faux médicaments n’étaient même pas conscients de l’existence d’un programme d’études non scientifique basé sur des futilités. Les victimes sont plus nombreuses qu’on ne le pense…

type="image/avif"> type="image/webp">>>


Lire aussi :

Kinésiologie, ostéopathie… pourquoi les médecines alternatives ont autant de succès auprès des jeunes parents


 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Salles-la-Source. Le film « Mon père, ce pêcheur » diffusé au cinéma CGR de Rodez, jeudi
NEXT une soirée festive pour recruter des bénévoles