Atos : accord avec les banques et ses créanciers – 01/07/2024 à 08:34 – .

Atos : accord avec les banques et ses créanciers – 01/07/2024 à 08:34 – .
Atos : accord avec les banques et ses créanciers – 01/07/2024 à 08:34 – .

(AOF) – Atos annonce avoir conclu un accord sur les principaux termes d’un plan de restructuration financière avec un groupe de banques et d’obligataires de la société. Le conseil d’administration d’Atos a conclu, sous l’égide du conciliateur, que cet accord est conforme aux paramètres financiers. Il prévoit la conclusion d’un accord de lock-up contraignant entre la société et un groupe de banques et d’obligataires et d’autres créanciers financiers souhaitant soutenir l’accord.

Comme indiqué dans ses communications précédentes, la société rappelle que la mise en œuvre du plan de restructuration financière prévu entraînera une dilution massive pour les actionnaires actuels d’Atos, qui devraient, en l’absence de participation aux augmentations de capital prévues, détenir moins de 0,1% du capital social.

AOF – EN SAVOIR PLUS

En savoir plus sur le secteur IT/ESN (entreprises de services du numérique)

A toute vitesse vers l’IA générative

Les entreprises du numérique ont déjà commencé à adapter leurs offres et leurs pratiques à cette évolution qui mêle ChatGPT et systèmes d’information. Les cas d’usage les plus développés concernent les centres d’appels avec intervention de chatbots ou en marketing, pour générer automatiquement du texte ou des images. Le potentiel est énorme et Accenture France ambitionne d’atteindre 30% de son activité sur le créneau data & IA d’ici 2025. Leader mondial, Accenture a annoncé un investissement de 3 milliards de dollars sur trois ans dans ce domaine, avec un doublement du nombre d’employés dédiés. salariés pour atteindre 80 000 (sur 738 000 au total). Quant au leader français du secteur, Capgemini, il vise un investissement de 2 milliards d’euros sur les trois prochaines années, et 60 000 salariés spécialisés (sur 360 000 actuellement).

L’intelligence artificielle désormais réglementée en Europe

Une tentative a été faite de trouver un équilibre entre la volonté de protéger les droits fondamentaux des citoyens et la volonté de ne pas restreindre le développement des start-up européennes. Les associations française et allemande d’entreprises du numérique, Numeum et Bitkom, avaient également appelé à un règlement européen sur l’intelligence artificielle (AI Act) favorable à l’innovation pour l’IA en Europe et sans règles trop restrictives, notamment pour l’IA générative. L’approche européenne consiste à imposer des obligations pour les systèmes d’IA à haut risque, notés de faible à inacceptable. Pour la régulation de l’IA générative (systèmes de type ChatGPT), l’UE a établi des exigences plus fortes pour les modèles les plus puissants.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Cette montre Cartier dévoilée au Watches and Wonders 2022 connaît une réelle valeur ajoutée – .
NEXT BMW va copier Hyundai pour ses voitures de sport électriques – .