La pandémie de COVID-19 a annulé une décennie de progrès en matière d’espérance de vie dans le monde

La pandémie de COVID-19 a annulé une décennie de progrès en matière d’espérance de vie dans le monde
La pandémie de COVID-19 a annulé une décennie de progrès en matière d’espérance de vie dans le monde

Selon l’agence mondiale de la santé des Nations Unies, entre 2019 et 2021 – premières années de l’urgence sanitaire mondiale – l’espérance de vie dans le monde a diminué de 1,8 an pour atteindre 71,4 ans, soit le niveau de 2012.

Réagissant à ces conclusions, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a souligné la fragilité des avancées sanitaires mondiales face à des situations d’urgence sans précédent telles que la pandémie, qui a causé plus de sept millions de décès confirmés.

Différences régionales

« En seulement deux ans, la pandémie de COVID-19 a effacé une décennie de progrès en matière d’espérance de vie », a déclaré le Dr Tedros. « C’est pourquoi le nouvel accord sur la pandémie est si important : non seulement pour renforcer la sécurité sanitaire mondiale, mais aussi pour protéger les investissements à long terme dans la santé et promouvoir l’équité au sein et entre les pays. »

Au niveau régional, les Amériques et l’Asie du Sud-Est ont été les plus durement touchées par le nouveau coronavirus, avec une espérance de vie en baisse d’environ trois ans.

En revanche, les pays du Pacifique occidental ont été très peu touchés au cours des deux premières années de la pandémie, avec de légères pertes d’espérance de vie et d’espérance de vie en bonne santé.

Le rapport de l’OMS sur les Statistiques sanitaires mondiales 2024 a confirmé que le COVID-19 était la troisième cause de décès dans le monde en 2020 et la deuxième cause de décès un an plus tard.

Le coronavirus était également la principale cause de décès dans les Amériques en 2020 et 2021.

Le personnel médical de l’hôpital Elmhurst du Queens s’occupe d’un nouveau patient pendant la pandémie de Covid-19 à New York.

Maladies non transmissibles et malnutrition

Avant la pandémie, les maladies non transmissibles restaient la principale cause de décès, selon l’OMS, représentant 74 % de tous les décès en 2019.

Pendant la pandémie, les maladies chroniques telles que les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux, le cancer et la démence ont représenté 78 % des décès non liés à la grippe aviaire.

La malnutrition, la dénutrition, le surpoids et l’obésité sont d’autres causes majeures de décès. En 2022, plus d’un milliard de personnes âgées de cinq ans et plus étaient obèses, tandis que plus d’un demi-milliard souffraient d’insuffisance pondérale.

“La malnutrition chez les enfants était également frappante”, indique le rapport de l’OMS, “avec 148 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrant d’un retard de croissance – trop petits pour leur âge – et 45 millions souffrant d’émaciation – trop maigres pour leur taille – et 37 millions de personnes en surpoids.

Inégalités de santé

Le rapport de l’OMS sur les statistiques sanitaires mondiales a également souligné les défis auxquels sont confrontés les personnes handicapées, les réfugiés et les migrants.

En 2021, environ 1,3 milliard de personnes, soit 16 % de la population mondiale, souffraient d’un handicap. « Ce groupe est touché de manière disproportionnée par les inégalités de santé résultant de conditions évitables, injustes et inéquitables », insiste l’OMS.

Des problèmes similaires d’accès à l’aide médicale existent pour les réfugiés et les migrants, a noté l’OMS, après avoir constaté que seulement la moitié des dizaines de pays étudiés entre 2018 et 2021 leur fournissaient des soins de santé financés par l’État. État au même niveau que les autres citoyens. « Cela met en évidence le besoin urgent pour les systèmes de santé de s’adapter et de répondre aux inégalités persistantes et à l’évolution des besoins démographiques des populations mondiales. »

Malgré les multiples revers de santé publique causés par le COVID-19, l’agence de santé des Nations Unies a insisté sur le fait que des progrès ont été réalisés vers une meilleure santé pour tous, conformément aux objectifs de développement durable (ODD). Cela inclut le fait que depuis 2018, 1,5 milliard de personnes supplémentaires ont bénéficié d’une meilleure santé et d’un meilleur bien-être dans le monde.

Dans le même temps, 585 millions de personnes supplémentaires ont désormais accès à la couverture maladie universelle.

Un site de test COVID-19 en Corée du Sud.

Discussions sur un traité relatif à la pandémie

Pour tenter de prévenir une future pandémie, l’OMS mène des discussions extrêmement complexes avec les États membres de l’ONU pour rédiger et négocier une convention visant à convenir des mesures collectives à prendre par les gouvernements du monde entier.

L’objectif est de présenter le résultat de ces négociations lors de la prochaine réunion de l’Assemblée mondiale de la santé, qui se tiendra à Genève la semaine prochaine et au cours de laquelle les 194 États membres de l’OMS devraient adopter l’accord international.

La participation des pays à l’accord serait volontaire – contrairement aux campagnes de désinformation en ligne qui prétendent faussement que l’accord signifierait un abandon de souveraineté – et dans l’intérêt des citoyens de ces pays et d’autres, car cela permettrait une préparation et une réponse plus efficaces à la pandémie.

Selon l’OMS, les négociations sur un futur accord tournent autour de la nécessité d’assurer un accès équitable aux outils nécessaires à la prévention des pandémies – vaccins, équipements de protection, informations et expertise – et un accès universel aux soins de santé pour tous.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Quelle forme prendra la médecine du futur ? (Michel Goldman) – .