après AstraZeneca, pourquoi Sanofi cède son tour

après AstraZeneca, pourquoi Sanofi cède son tour
Descriptive text here

Après le britannique AstraZeneca mercredi, c’est au tour de Sanofi d’abandonner son vaccin anti-Covid. Le groupe français va désormais commercialiser celui de son concurrent américain Novavax, qu’il va également tenter de combiner avec ses vaccins contre la grippe.

Les dernières doses de VidPrevtyn Beta», le vaccin anti-Covid de Sanofi, «expiré fin janvier 2024», a indiqué le géant français vendredi dans un mail adressé à l’AFP. “Nous avons retiré la demande d’autorisation de mise sur le marché auprès de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)« .

Cette décision n’est pas liée à des problèmes d’efficacité, de sécurité ou de qualité, mais simplement au fait qu’il existe un approvisionnement suffisant en d’autres vaccins Covid-19 dans le monde.», a précisé Sanofi.

« Un accord de licence co-exclusif »

Cette décision marque une nouvelle étape dans la gestion post-pandémique par le secteur pharmaceutique. Les principaux groupes sont en effet confrontés à une nette baisse des ventes de vaccins anti-Covid.

Juste avant Sanofi, le britannique AstraZeneca a annoncé mercredi le retrait de son vaccin, l’un des premiers mis sur le marché pendant la pandémie, invoquant une baisse de la demande. Mais le laboratoire doit aussi faire face à la justice britannique : son vaccin étant impliqué dans au moins 81 décès en raison d’un effet secondaire rare et dangereux.

Le cas de Sanofi, dont le vaccin a tardé à arriver sur le marché, est cependant un peu différent, puisque les Français vont récupérer l’exploitation d’un autre vaccin anti-Covid, celui de l’américain Novavax. Les deux groupes ont conclu :un accord de licence co-exclusif pour la co-commercialisation d’un vaccin Covid-19 et le développement de vaccins combinés grippe-Covid-19», ont-ils annoncé vendredi dans un communiqué commun.

Différents problèmes

Cet accord, qui verra Sanofi verser au moins 500 millions de dollars et jusqu’à 1,2 milliard de dollars à Novavax, prévoit que le premier commercialisera le vaccin du second à partir de 2025. Les Français géreront également les questions réglementaires, ainsi que la recherche et le développement. Certains pays, comme l’Inde, feront toutefois exception, car Novavax y a déjà d’autres accords.

Le contrat prévoit également que Sanofi puisse développer des vaccins combinés contre la grippe et le Covid, sur la base de celui de Novavax. Enfin, le Français prendra une petite part – moins de 5 % – de Novavax.

Pour les deux groupes, les problématiques sont différentes, même s’ils ont en commun de proposer des vaccins Covid qui ne sont pas à base d’ARN messager. Cette technologie innovante sert de base aux vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna, qui sont rapidement devenus dominants dans les campagnes de vaccination anti-Covid des pays occidentaux en raison de leur grande efficacité.

Novavax en situation difficile

Arrivés plus tard, les vaccins plus traditionnels de Sanofi et Novavax ont eu plus de mal à trouver leur place. Le sort de l’Américain paraissait même menacé depuis plusieurs mois. Novavax, un petit groupe dont le portefeuille est très dépendant de son vaccin contre le Covid, a fait état l’an dernier d’importantes difficultés financières. Son titre, qui atteignait des centaines de dollars au plus fort de la pandémie, ne vaut désormais plus qu’entre 4 et 5 dollars.

Pour Sanofi, géant dont l’existence n’est pas remise en cause par la chute des ventes de vaccins anti-Covid, l’accord permet non seulement de régler le sort de son propre produit, mais aussi de miser sur une vaccination combinée avec la grippe. Le Français, qui a tardé à développer son vaccin anti-Covid, est en effet l’un des acteurs majeurs du vaccin contre la grippe.

Sanofi sera seul responsable du développement et de la commercialisation de tout nouveau vaccin combiné grippe-Covid-19 développé avec un vaccin antigrippal de Sanofi.», précise le communiqué.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Guerche-de-Bretagne. Une nouvelle organisation pour relancer le marché
NEXT Vaccin anti-Covid-19 – Victime de blessures à répétition, un joueur de Laval en « errance médicale » assigne Pfizer en justice