Prix ​​du gaz, shrinkflation, nouveau plan d’économies… Ce qui change le 1er juillet – .

Nouveau plan d’économies pour les jeunes, hausse du prix de référence du gaz, affichage obligatoire de la démarque inconnue dans les grandes surfaces : tout ce qui change au 1er juillet 2024.

Un nouveau mois commence, et avec lui son lot de nouveautés. Nouveau plan d’épargne pour les jeunes, augmentation du « prix de référence » de l’essence ou encore affichage obligatoire de la « shrinkflation » dans les supermarchés : voici tout ce qui change en juillet.

• Un nouveau plan d’épargne pour les jeunes

Du nouveau en termes d’économies. Un nouveau produit d’épargne, baptisé « Plan d’économies d’avenir pour le climat (PEAC) », est disponible à partir du 1er juillet. Plafonné à 22 950 euros, il est exclusivement réservé aux jeunes de moins de 21 ans. Ce plan d’économies, issu de la loi « industrie verte », doit contribuer au financement de la transition écologique.

Les parents pourront l’ouvrir et y cotiser dès la naissance de l’enfant (il sera automatiquement fermé lorsque l’enfant aura 30 ans). L’épargne sera bloquée jusqu’à la majorité du titulaire et pendant cinq ans minimum. Ils pourront effectuer des retraits à la fin de la période de blocage, mais en cas de retrait, il ne sera plus possible d’effectuer de nouveaux versements.

La performance du PEAC dépendra des stratégies d’investissement, sur un modèle proche du plan d’épargne retraite (PER) par exemple. Les bénéfices et plus-values ​​ne seront pas soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

• Affichage obligatoire du « Shrinkflation »

Plus de transparence pour les consommateurs. Depuis le 1er juillet, les magasins doivent informer leurs clients de la « Shrinkflation » (ou « reduflation » en français), c’est-à-dire lorsqu’un produit a vu sa quantité baisser sans que le prix n’augmente. diminue.

Les supermarchés de plus de 400 mètres carrés devront apposer une étiquette ou un panneau « visible » et « lisible » à proximité, voire directement sur l’emballage, des produits concernés. Une mesure qui avait été contestée par les grandes chaînes de distribution, renvoyant la balle à l’industrie agroalimentaire.

« Shrinkflation » : la transparence bientôt exigée – 06/05

• Evolution du DPE pour les petits logements

Changement de logement. Le mode de calcul du diagnostic de performance énergétique (DPE), soit l’étiquette énergétique allant de « A » pour les logements les plus performants à « G » pour les moins performants, évolue à compter du 1er juillet 2024 pour les logements d’une superficie de 40 mètres carrés ou moins. Environ 220 000 logements devraient sortir de l’état « passoire thermique » (lorsqu’ils sont classés F ou G) grâce à une amélioration de leur classe énergétique.

Les logements concernés échapperont ainsi à l’échéance 2025 (interdiction de location de tous les logements classés G) ou à l’échéance 2028 (interdiction de location de tous les logements classés F). Ils seront cependant encore potentiellement interdits de location à partir du 1er janvier 2034 s’ils sont classés E. Les propriétaires de ces logements n’auront pas besoin de réaliser un nouveau DPE et bénéficieront d’une mise à jour automatique et gratuite via la plateforme de l’Ademe.

• Une nette augmentation du prix du gaz

Le prix moyen de la facture de gaz augmentera de 11,7% en juillet par rapport au mois précédent. Le niveau moyen du prix de référence, sorte de boussole tarifaire publiée chaque mois par la Commission de régulation de l’énergie depuis la disparition des tarifs réglementés en 2023, sera de 129,20 euros TTC par mégawattheure (MWh) en juillet contre 115,7 euros/MWh. en juin. Ce « prix de référence » permet aux consommateurs d’éviter les offres trop élevées.

Cette nette augmentation s’explique principalement par la récente décision de la CRE de revaloriser pour quatre ans le tarif de transport du gaz qui arrive aux habitations et aux entreprises, c’est-à-dire le péage facturé par le gestionnaire de réseau GRDF aux fournisseurs. Cette part du réseau, qui représente un petit tiers de la facture, est en augmentation puisqu’il faut répartir “des coûts croissants sur une consommation décroissante”, a fait valoir la présidente de la CRE, Emmanuelle Wargon, auprès de l’AFP.

• Réévaluation des prestations d’assurance chômage

Les allocations d’assurance chômage sont augmentées de 1,2% au 1er juillet. Cette hausse “toucherait environ deux millions de demandeurs d’emploi indemnisés” sur un total d’environ 2,7 millions, selon l’Unédic.

L’organisme géré conjointement par les syndicats et les organisations patronales fait valoir qu’il “prend en compte à la fois le contexte économique et l’équilibre financier du système d’assurance chômage” et rappelle que cette revalorisation “intervient après deux autres en 2023 (+1,9% en avril”. 1, puis +1,9% au 1er juillet) ». En moyenne, la revalorisation annuelle a été de 1,68% sur les cinq dernières années.

Un allocataire qui n’a pas travaillé durant le mois et perçoit l’allocation minimale passera ainsi de 979,29 euros brut à 991,07 euros brut, explique l’Unédic.

Jérémie Bruno avec l’AFP Journaliste BFMTV

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le photographe, auteur d’une photo historique, raconte les échanges de tirs sur BFMTV – .
NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet