La famille demande 80 000 $ à la NASA pour un objet spatial tombé sur leur maison

La famille demande 80 000 $ à la NASA pour un objet spatial tombé sur leur maison
La famille demande 80 000 $ à la NASA pour un objet spatial tombé sur leur maison

Une famille américaine réclame plus de 80 000 dollars à la NASA pour les dommages causés par un objet spatial qui a percé le toit de leur maison il y a quelques mois, a annoncé vendredi un avocat.

• Lire aussi : Un objet de la Station spatiale internationale a percé un toit en Floride, confirme la NASA

Le problème des débris spatiaux s’aggrave à mesure que l’industrie spatiale se développe, et la manière dont la NASA répondra à cette demande créera un précédent important, indique un communiqué du cabinet d’avocats représentant la famille.

Cette décision constituera « les fondations sur lesquelles le paysage juridique sera construit dans ce domaine », a-t-il observé.

Le 8 mars 2024, un objet pesant environ 700 grammes a heurté la maison d’un habitant d’une ville de Floride, Alejandro Otero, faisant un trou dans le toit et dans un sol.

Après analyse, la NASA a confirmé que l’objet provenait d’un chargement de vieilles batteries à bord de la Station spatiale internationale (ISS), déchet libéré en 2021 et dont l’agence spatiale américaine avait assuré qu’il reviendrait sur Terre « en toute sécurité ».

Mais au lieu de se désintégrer comme prévu, une pièce a « survécu » à sa rentrée dans l’atmosphère, selon l’agence spatiale.

Alejandro Otero lui-même n’était pas dans la maison au moment de l’impact, contrairement à son fils.

“Mes clients demandent une indemnisation adéquate pour prendre en compte le stress et les conséquences que cet événement a eu sur leur vie”, a déclaré l’avocat Mica Nguyen Worthy. “Ils sont heureux que personne n’ait été blessé, mais… si les débris étaient tombés de quelques mètres dans une autre direction, il aurait pu y avoir des blessés graves, voire un mort.”

L’argent doit également servir à couvrir, entre autres, des dommages matériels qui ne sont pas assurés, précise le communiqué.

Cette demande s’inscrivait dans le cadre d’un texte permettant de faire appel auprès du gouvernement en cas de négligence. Si le problème n’est pas résolu de cette manière, une action en justice sera alors possible.

L’avocat avance que si l’objet était tombé sur une maison à l’étranger, « les États-Unis auraient été absolument obligés de payer ces dommages » en vertu d’un traité international. “Nous demandons à la NASA de ne pas appliquer une règle différente aux citoyens ou résidents américains.”

D’autant que « les débris spatiaux constituent un problème réel et sérieux en raison de l’augmentation du trafic spatial ces dernières années », a-t-elle souligné.

La NASA, qui n’a pas immédiatement répondu à une sollicitation de l’AFP, dispose de six mois pour répondre à cette demande, selon l’avocat.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet