Crise dans les régions éloignées | Le ministre Dubé espère pouvoir déployer une équipe volante de 500 soignants

Crise dans les régions éloignées | Le ministre Dubé espère pouvoir déployer une équipe volante de 500 soignants
Crise dans les régions éloignées | Le ministre Dubé espère pouvoir déployer une équipe volante de 500 soignants

(Québec) Christian Dubé espère pouvoir déployer 500 travailleurs de la santé sur la Côte-Nord, en Abitibi-Témiscamingue et en Outaouais pour éteindre les incendies du réseau cet été. Par ailleurs, ce n’est qu’une « question de jours » avant l’arrivée des premiers soignants, assure le ministre.


Publié à 13h51

Mis à jour à 17h27

« On m’a dit que les embauches seraient signées demain au plus tard [le 20 juin], comme nous en étions convenus», a argumenté le ministre de la Santé dès son arrivée au Conseil des ministres. Les premières cohortes seront déployées sur le terrain dans la dernière semaine de juin, a-t-il ajouté.

La Côte-Nord recevra les premiers travailleurs, puis l’Abitibi-Témiscamingue et enfin l’Outaouais. “C’est une question de jours”, a assuré le ministre.

La presse rapportait mardi que les établissements de la Côte-Nord et de l’Abitibi-Témiscamingue n’avaient toujours aucune idée de la date à laquelle ils accueilleront les premiers travailleurs de l’équipe volante, ni même de leur nombre. « Nous avons reçu 1 200 CV », s’est défendu le ministre, affirmant que les équipes du ministère examinent actuellement les candidatures reçues.

«Je ne vous dis pas qu’il y a 1 200 personnes qui sont admissibles», a-t-il nuancé.

Le ministre de la Santé a toutefois révélé qu’il s’attend à ce que quelque 500 travailleurs soient déployés cet été. Des cohortes d’une quarantaine d’infirmières et préposées aux bénéficiaires se relayeront, a-t-il précisé.

«Quand on a une cohorte de 40 ou 50 personnes qui partent sur la Côte-Nord, il faut s’assurer qu’il y ait une cohorte qui puisse les relayer 10 ou 15 jours plus tard», a soutenu le ministre.

Des fils à nouer, affirme la CSN

Malgré le renouvellement des conventions collectives, Québec doit encore conclure une entente distincte avec les syndicats pour « les modalités particulières d’application » de l’équipe volante.

« Bref, les conditions salariales et sociales sont déjà déterminées par la nouvelle convention collective négociée et signée avec le Front commun », a précisé le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) dans un courriel adressé à La presse. Christian Dubé a déjà précisé que les travailleurs de l’équipe volante recevront une prime de 100 $ par jour, en plus des primes offertes dans les régions touchées.

Le gouvernement Legault a déclaré à plusieurs reprises que la création de l’équipe volante a été rendue possible grâce aux nouveaux leviers en matière de mobilité, négociés dans les dernières conventions collectives signées avec la FTQ et la CSN. La FIQ ne fait pas partie de l’offensive puisque le syndicat des infirmières n’a toujours pas de contrat de travail.

Il reste cependant des fils à attacher, selon la FSSS-CSN. «Il y a d’autres termes sur lesquels il faut s’entendre et qui n’existent tout simplement pas», a déclaré le président Réjean Leclerc.

Il prétend que le MSSS a présenté une première proposition « incomplète » seulement mardi alors que le syndicat « est réclamé » depuis la mi-mai.

M. Leclerc note que l’arrivée de travailleurs de l’extérieur offrant de meilleures conditions pourrait avoir un effet démobilisateur sur le personnel en place.

«Il ne faut pas qu’ils soient tentés de quitter la région pour revenir via l’équipe volante, il ne faut rien prendre pour acquis, et le gouvernement n’est pas là du tout. Nous essayons d’inclure [des modalités] pour ne pas déshabiller Pierre pour habiller Paul», plaide M. Leclerc.

Le MSSS assure que la négociation d’une entente distincte « ne repousse en rien la fourchette cible du déploiement de l’équipe volante sur le terrain » puisque les conditions s’appliqueront rétroactivement, une fois l’entente conclue et signée.

Plus de 1.500 lits fermés cet été

Christian Dubé a encore prévenu les Québécois, mercredi, que l’été sera « difficile » dans les hôpitaux de la province. Quelque 1 500 lits d’hôpitaux sur 17 000 seront fermés pendant la saison estivale en raison du manque de personnel. L’année dernière, ce nombre était d’environ 1.600, a précisé le ministre. “Oui, ça va être un autre été difficile parce qu’il y aura des couloirs de service, mais je pense que nous avons réussi à stabiliser la situation et je pense que c’est encourageant de voir pour la population que nous allons dans la bonne direction”, a-t-il souligné. . Le nombre de rendez-vous disponibles au Guichet d’accès de première ligne (GAP) est en augmentation depuis la conclusion d’une entente avec les médecins de famille, a également indiqué le ministre.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV qui est l’équipe Cin’été ? A la découverte des intervenants et stagiaires – .
NEXT Les contrats à terme de la Bourse de Toronto étaient modérés avant les données sur l’inflation nationale – .