L’Italie annonce reprendre son financement de l’UNRWA

L’Italie annonce reprendre son financement de l’UNRWA
L’Italie annonce reprendre son financement de l’UNRWA

L’Italie annonce la reprise du financement de l’UNRWA

Publié aujourd’hui à 9h46

À ce stade, vous trouverez du contenu externe supplémentaire. Si vous acceptez que des cookies soient placés par des fournisseurs externes et que des données personnelles leur soient ainsi transmises, vous devez autoriser tous les cookies et afficher directement le contenu externe.

Autorise les cookiesPlus d’informations

Le chef de la diplomatie italienne Antonio Tajani a annoncé samedi la reprise du financement de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). Il a déclaré cela après une rencontre avec le Premier ministre palestinien Mohammad Mustapha à Rome.

“J’ai informé M. Mustapha que le gouvernement a prévu de nouveaux financements en faveur de la population palestinienne pour un montant total de 35 millions d’euros (…) dont cinq seront alloués à l’UNRWA”, a indiqué M. Tajani selon un communiqué.

“L’Italie a décidé de reprendre le financement de projets spécifiques destinés à aider les réfugiés palestiniens, mais seulement après des contrôles rigoureux qui garantissent qu’un seul centime ne risque pas d’être utilisé pour soutenir le terrorisme”, a souligné M. Tajani.

« De la nourriture pour Gaza »

Les 30 millions d’euros restants sont destinés à l’initiative « Food for Gaza » lancée par l’Italie les agences de l’ONU, précise le communiqué.

L’UNRWA, qui coordonne presque toute l’aide à Gaza, est en crise depuis janvier, lorsqu’Israël a accusé une douzaine de ses 13 000 employés à Gaza d’être impliqués dans l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre.

Cela a conduit de nombreux pays, dont les États-Unis, principal donateur, à suspendre brusquement le financement de l’agence, menaçant ainsi ses efforts d’acheminement de l’aide à Gaza, même si plusieurs États ont depuis repris leurs opérations. Paiements.

Une étude indépendante de la situation de l’UNRWA, menée par l’ancienne ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna, a mis en lumière certains « problèmes liés à la neutralité » de l’agence, mais a souligné qu’Israël n’avait pas encore apporté la preuve de ses principales accusations.

Créée en 1949, l’agence emploie environ 30 000 personnes dans les territoires palestiniens, en Jordanie, au Liban et en Syrie. M. Mustafa devait ensuite rencontrer la chef du gouvernement italien Giorgia Meloni.

ATS

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV l’inquiétude grandit, son paquet pour l’euro mentionné
NEXT ce que contient (réellement) le programme économique du Rassemblement national